Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contacts

Jean-Claude Barbier, membre permanent du conseil d'administration de l'AFCU, adresse

Archives

9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 13:43

Transylvanie--blason.jpgNdlr – les traductions en français ont été faites par Jean-Claude Barbier, à partir de la version anglaise donnée sur le site de l’Eglise unitarienne de Hongrie (dont le siège est à Budapest), elle même traduite à partir du texte en magyar. L'Eglise de Hongrie étant un doublon datant du début du XXème siècle de celle de Transylvanie, le contenu de son site vaut aussi pour l'Eglise de Transylvanie (laquelle date de 1568).


Le credo de l’Eglise unitarienne de Transylvanie (lien)


Je crois en un Dieu unique, créateur de la Vie et Père providentiel.
Je crois en Jésus, le meilleur fils de Dieu, notre vrai enseignant.
Je crois à l'esprit saint.
Je crois à la mission de l’Eglise unitarienne.
Je crois à la rémission des âmes et à la Vie éternelle. Amen


A ce credo s’ajoute une profession de foi unitarienne (même lien que précédent).


Je suis unitarien ; je vis et je travaille dans cette foi. Jésus est mon guide, et Dieu est mon soutien. Nous, humains, nous sommes tous frères et sœurs ; notre loi est une : AIMER. Le but de notre travail est de partager les félicités du Royaume de Dieu.

à suivre ...

Repost 0
Published by Eglise unitarienne de Transylvanie - dans l'Eglise unitarienne de Transylvanie
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 13:00

suite de la page précédente.


Des « Principes de foi » de cette Eglise ont été écrits par Árpád Gazdag et mis en ligne en janvier 2000. Il s’agit là d’un texte d’auteur – qui donc n’est pas un document officiel engageant l’Eglise en tant que telle, mais il reflète suffisamment bien l’opinion des fidèles pour se retrouver à la Une d’une page du site officiel de cette Eglise ( lien). Sa traduction s’est révélée un peu difficile, sans doute parce qu’elle est faite par l’anglais interposé.


Principes de foi


En exergue : « Nous ne pouvons apprendre à aucun endroit de l'Écriture de Dieu, que ses paroles et la religion sont destinés à être diffusés par le feu et l'épée. » « Dieu a toujours pris soin de sa vérité Lui-même et, à l'avenir, Il le fera toujours aussi bien. » (Francis David).


Introduction


Transylvanie-armoiries-de-Jean-II-Sigismond-Zapolya.png«Vu que c'était la volonté de notre Seigneur souverain, le Très-Haut, que soient apporter des décisions pour accompagner ce pays durant les sessions de la Diète des jours précédents, en ce qui concerne les questions de religion, la Diète est prête à confirmer la même chose ce jour *, à savoir que les prédicateurs sont censés propager l'Evangile en tous lieux, en accord avec leur propre compréhension ; et si la communauté est prête à accepter ce qu’ils disent, c'est bien, et , si elle ne l'est pas, nul n'est autorisé à contraindre les fidèles de le faire alors qu’ils ne sont pas rassurés en leur cœur ; mais ils peuvent garder un prêcheur dont ils aiment les enseignements. Et personne parmi les superintendants ou autres n’est autorisé à leur faire du mal pour cela à un prédicateur ; pour une question de religion et conformément aux règles anciennes nul ne doit être raillé. Personne n’est autorisé à menacer quiconque d'emprisonnement ou de privation de sa fonction ; vu que la foi est le don de Dieu, elle vient de l'écoute, de l'écoute des paroles de Dieu »

* En 1568, du 6 au 13 janvier, le roi Jean II Sigismond, qui règne sur la Transylvanie, convoqua la Diète à Torda. En illustration, les armoiries de ce roi.

 

L'histoire de la spiritualité unitaire a commencé avec la proclamation de cette loi. Un moment particulier de l'histoire européenne. Peut-être cela est dû à l'esprit libre des hautes pinèdes qui recouvrent les pentes des montagnes en bordure orientale de l'Europe. Les vallées douces, les prairies fleuries et les feuilles bruissantes de la Transylvanie, véritable paradis sur terre [ndlt - dans le texte "Fairyland"]. Peut-être cela est-il dû aux privilèges de liberté dont disposait la nation guerrière des Székely [ndlt - en français les Sicules], appréciée dans son rôle de défense de la frontière du pays [ndlt – frontière Est du royaume de Hongrie]. Peut-être que l'esprit chaleureux et convivial de ces paysans libres vivant dans cette région sauvage et enchantée de la Transylvanie les pousse à accepter toute personne avec ses croyances et aussi bien ses superstitions. Sans doute la nature toute-puissante était-elle la seule autorité qu'ils connaissaient.

 

Et l'histoire apporta une opportunité que des hommes qui disposaient d’une autorité religieuse mirent à profit, confessant cette conviction jusqu’alors cachée et la faisant reconnaître officiellement. Il semble qu'ils n'avaient pas peur de tout autre pouvoir spirituel. Ils ont dénié les dogmes et toutes les autorités qui en sont créatrices ; et en même temps, ils ont laissé les gens croire à ce qu'ils veulent et se trouver à l’aise avec leur propre croyance. Il semble bien que leur confiance en « Dieu qui est un seulement Un » existait déjà et était suffisamment forte.


Cette loi sur la liberté religieuse et la conscience ayant été proclamée en janvier, l'année 1568 verra le succès de l’un des principaux principes unitariens [ndlt – à savoir l’unicité de Dieu]. Le pays tout entier a accepté ce principe pour la première fois dans l'histoire chrétienne. Mais cela n'a duré que trois ans. Ces courtes années d'âge d'or furent en effet suivis par de longs siècles de compromis difficiles et de lourdes pertes. Les tendances culturelles humanistes et rationnelles mises en sourdine et l’arrêt d’un esprit missionnaire plein d’enthousiasme, cette spiritualité, qui obstinément essayait de rester fidèle à la suite de Jésus au lieu de l'adorer dans les nuées du ciel, fut stoppée dans son élan.


Qu’en est-il aujourd’hui de cette foi chrétienne qui, en matière de foi, essaie de s’en tenir aux règles de la raison à côté de la conscience ? Se porte-t-elle bien ? A quoi ressemble l’unitarisme hongrois après des siècles de dogmatisme et d’athéisme ?


Les unitariens - en raison de leur minorité et le besoin permanent de se défendre - étaient connus dans le monde dogmatique pour le fait de ne pas avoir de croyances déterminées. Or, l’unitarisme est une croyance positive avec des principes simples. Sa simplicité prend sa source à l’époque des Réformes, afin d’ouvrir le monde religieux en le rendant plus compréhensible, plus perceptible à nos sentiments. Les intermédiaires et les outils tels que les sacrements sont volontairement manquants. Le croyant au cœur enfantin se trouve seul dans un univers vivant avec plein de mystères tant intérieurs, en lui-même, qu’extérieurs.


Les idées suivantes sont appelées « les principes unitariens de foi », ce qui signifie qu'elles sont sujettes à l'évolution, tout comme toute autre corpus de culture humaine.


Principes de foi


Dieu est Un, esprit, créateur et conservateur du monde. Les unitariens ont adopté définitivement la vision scientifique du monde tout en croyant qu’un esprit conscient est à l’œuvre derrière les évènements marquant de notre évolution (ndlt – évolution de la vie, des espèces, histoire de nos civilisations]. Ils croient en Dieu comme étant un pouvoir personnel et spirituel qui prend soin de ses créatures par des actes providentiels se manifestant dans la nature et l'histoire, aussi bien sur le plan universel et personnel. Lors de nos prières publiques, nous pouvons souvent entendre citer Jean 4,24 : «Dieu est Esprit, et, seulement par la puissance de son Esprit, les gens peuvent l'adorer comme il est vraiment" * Venez donc, mes frères, écoutons tout d'abord la voix de l'esprit, et prions pour un moment de retraite dans un silence absolu.
* la Bible de Jérusalem ne va pas jusqu'à dire que l’adoration de Dieu est subordonnée à la « puissance de son Esprit », ce qui est une affirmation toute calviniste  ! : « Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent adorer ».


Le genre humain est la créature la plus noble de Dieu, avec les facultés de la raison, la sensibilité et la conscience. Dieu a donné à l'homme la capacité d’avoir de la bonne volonté d’une façon désintéressée. De par sa raison et sa conscience, l'homme est capable de faire la distinction entre le bien et le mal moral. En outre, il est capable de choisir librement. S'il choisit le bien, il agit selon la volonté de Dieu et pour son propre bien-être. Mais en raison de la volonté libre, il peut, au contraire, agir avec faiblesse, imperfection et ignorance. Etre libre, signifie l'indépendance morale, la possibilité d’apprendre la croissance spirituelle, et, en plus, la chance et la garantie d’atteindre le salut personnel out of one's own in the same time [ndlt - expression que nous n'avons pas pu traduire].

 

L'homme est pris en charge dans cet effort par la providence et l'Esprit saint, qui est le pouvoir spirituel de Dieu. Le but de l'espèce humaine est l'accomplissement du royaume de Dieu sur Terre, ce qui signifie l'accomplissement des bonnes dispositions naturelles des hommes sur le plan personnel et social. La plupart des précieuses vertus sont : la foi, le libre arbitre, la conscience et l'amour. Les êtres humains sont tous les enfants de Dieu, frères et sœurs à égalité.


Ayant vécu sa vie entièrement selon la volonté de Dieu, Jésus fut le meilleur de ses enfants. Jésus était un homme. Enseignant de la religion juive, prophète, il est considéré par les unitariens comme un exemple à suivre, un maître de la vie religieuse et éthique par son enseignement et ses actions. C'est à partir de son enseignement que nous pouvons découvrir comment ce royaume de Dieu doit être. La partie la plus importante dans son enseignement est le « double commandement de l'amour » : « Tu aimeras ton Dieu et tu aimeras ton prochain comme vous le faites vous-même ».


La Bible est un recueil d'écrits de création humaine, comprenant les enseignements de juifs et de chrétiens, des récits historiques et des textes littéraires. Ces œuvres ont été inspirées par Dieu, mais nous n’avons pas à oublier que cette inspiration a été saisie par des auteurs qui ont vécu il y a très longtemps, à certaines époques et lieux historiques. C'est pourquoi chaque écriture porte les marques du contexte culturel de ces temps anciens, avec cette vision du monde de l’époque contenant à la fois de précieuses intuitions et des erreurs. C'est pourquoi la théologie unitarienne, tout en adoptant l’éthique et la philosophie contenues dans la Bible, suit et accepte les résultats de la critique scientifique de celle-ci.. La partie la plus valable de la Bible est le Nouveau Testament, et plus particulièrement les quatre évangiles, où nous pouvons en apprendre davantage sur la vie de Jésus et ses enseignements.


Le but de sa vie est d'atteindre le salut. Cet état physique et spirituelle de l'esprit et la récompense pour une bonne conduite ne sont pas toujours atteints dans cette vie terrestre. Les unitariens croient en la vie éternelle, au-delà de notre vie terrestre, où l'âme immortelle va gagner sa récompense selon la façon dont elle a vécue.

 

La philosophie unitarienne est d'ordre pratique (la foi et l'agir ayant la même valeur), une religion terrestre qui signifie que, contrairement aux principes énoncés ci-dessus, son côté pratique n'est pas détaillé, la croyance en elle étant suffisamment confiante pour que ces principes soient réellement vécus.
 

à suivre ...

Repost 0
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 12:38

suite et fin de la page précédente

 

Informations prises sur le site de l’Eglise unitarienne de Hongrie, pages en anglais ( lien).


Eglise-unitarienne-de-Transylvanie--drapeau-Eg.-Transylvani.jpg

sortie de culte à l'Eglise unitarienne de Jobbagyfalva-Nyaradszereda, dans la province de Targu Mures (Transylvanie). Photo du révérend Sandor Szilard.

 

Fêtes chrétiennes (en général elles durent trois jours) selon les principes édictés ci-dessus, elles ont la signification suivante :


- Noël commémore la naissance de Jésus.
- les fêtes de Pâques manifestent notre croyance en l'âme immortelle.
- la Pentecôte célèbre la victoire des idées de Jésus dans la confession des disciples.
- l’Action de grâce (Thanksgiving) d’automne l’est pour les récoltes et a lieu le dernier dimanche de septembre.


Cérémonies


- le baptême, qui se fait « dans le nom du seul vrai et unique Dieu », « pour suivre Jésus ».
- la confirmation : elle a lieu généralement à l'une des principales fêtes mentionnées ci-dessus, et au terme d’une année d'études et sur la base du livret de catéchisme : « Question-réponse »).
- le mariage.
- les funérailles.
- la communion,qui peut se faire lors du premier et deuxième jour pour chaque fête mentionnée ci-dessus. Elle est une commémoration de Jésus et signifie notre intention d’appartenir à la communauté de ses disciples.

fin

Repost 0
Published by Eglise unitarienne de Hongrie - dans l'Eglise unitarienne de Transylvanie
commenter cet article
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 19:02

Albert Blanchard-Gaillard, maître d’œuvre de l’unitarisme en France et actuel président d’honneur de l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU), maintenant âgé de 78 ans, se souvient très bien de la présence du révérend Arpad Szabo à la conférence mondiale de l'International Association for Religious Freedom (IARF) / Association internationale pour la liberté religieuse qui se tint à la Faculté libre de théologie protestante de Montpellier du 7 au 11 juillet 1986. Il était venu avec un autre révérend transylvain, l’historien Janos Erdö. Tous deux étaient des collaborateurs de l’évêque Lajos Kovacs, lequel n’avait pas pu faire le déplacement ; Janos Erdô succédera d’ailleurs à ce dernier en 1994 (pour un règne de 2 ans 1994-1996), puis ce sera Arpad Szabo qui prendra le relais à partir de 1996.

 

Eglise_unitarienne_Transylvanie_Arpad_Szabo.jpg

 

Il y avait aussi l’évêque Jozsef Ferencz de l’Eglise unitarienne de Hongrie (dont le siège est à Budapest). Ce dernier parlant bien le français, c’est avec lui que Albert Blanchard-Gaillard eut le plus de contact et il fut d’ailleurs chargé de lui servir de guide.

 

C’est précisément cet évêque qui, quelques mois plus tard, consacrera comme pasteur l’Américaine Lucienne Kirk, le 7 décembre 1986, en l'église unitarienne de Cluj-Napoca (l’évêque unitarien de Transylvanie, dont le siège est Cluj-Napoca, était alors le Dr Lajos Kovacs, susmentionné et qui fut évêque de 1972 à 1994). Après cette ordination, Lucienne Kirk exercera des suppléances au sein de l’Eglise réformée de France (ERF), notamment dans une paroisse des Cévennes à Vialas ; puis elle rentra aux Etats-Unis en 1990 et milita au sein de l’Unitarian Universalist Christian Fellowship (UUCF).


Suite au décès du révérend Arpad Szabo, ce jeudi 30 septembre, les chrétiens unitariens de France et des pays francophones voisins envoient leurs condoléances à la famille du défunt et assurent l’Eglise unitarienne de Transylvanie de toute leur fraternité.

 

Voir aussi notre article dans les Actualités unitariennes : "les unitariens sont en deuil de l'ancien évêque de Transylvanie, Arpad Szabo" (lien). Ces deux textes ont été traduits en anglais et mis sur la page "Tribute website to the Rev. Dr. Arpad Szabo" sur le site de l'International Council of Unitarians and Universalists (ICUU) (lien)

 

 


Repost 0
Published by d'après un témoignage d'Albert Blanchard-Gaillard - dans l'Eglise unitarienne de Transylvanie
commenter cet article
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 20:13

A visiter durant vos vacances d'été ! L'église unitarienne de Darjiu, au nord-ouest de Brasov, en Transylvanie (Roumanie). L'Eglise, de facture gothique date du 13ème siècle ; elle a été fortifiée au 15ème siècle afin de faire face aux invasions tartares. C'est la communauté villageoise, d'ethnie sicule, en majorité unitarienne, qui l'a récupérée et qui la gère.


A l'intérieur des fortifications, des greniers familiaux et aussi des caves pour conserver le lard. Les habitants ont maintenu ce mode des fonctionnement et la cloche du village retentit chaque jour pour que chacun puisse aller prendre ses provisions.

 

 

  
Repost 0
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 06:46

Timea matefi singing-in-the-rainTimea Mátéfi est née à Szentàbrahàm dans la province Harghita, qui est au cœur de la Transylvanie.

 

Elle suit des études au Protestáns Teológiai Intézet qui est un séminaire commun, à Kolozsvar / Cluj-Napoca, entre unitariens, luthériens et calvinistes de la Roumanie, afin de devenir ministre du culte de l’Eglise unitarienne de Transylvanie, notre Eglise historique. Elle est en 3ème année du cursus.


Elle a 22 ans, a appris des rudiments de français à l’école. Elle va venir en France au mois d’août avec un groupe de jeunes catholiques dont la plupart parlent le hongrois et dont l’objectif est d’aller prier avec la communauté œcuménique de Taizé durant une semaine. Du 11 au 25 août, le groupe passera par Salzburg, Innsbruck, Zurich, Berne, Lausanne, Genève, Lyon, Taizé, Cannes, Milan et Padoue.

 

Photo de Timéa, qu'elle a intitulée "I'am singing in the rain" (je chante, je chante sous la pluie).

 

Un verset de Paul à propos des prophéties qu’elle cite sur sa page Facebook (Première épîtres aux Thassaloniciens, 5, 21) : « « 19 - N’éteignez pas l’Esprit. 20 – Ne méprisez pas les prophéties. 21 – Mais examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon »


Nous lui souhaitons un bon séjour en France.

 

Ajout du 6 août 2011 - Timéa organise un second séjour à Taizé d'une semaine à partir de ce 14 août 2011. La semaine auparavant, elle aura visité Paris, Versailles, Orléans et Château de Sully-sur-Loire (son message du 5 août via Facebook). Nous lui souhaitons un bon séjour en notre pays.

Repost 0
Published by Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens - dans l'Eglise unitarienne de Transylvanie
commenter cet article
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 09:27

amalia_ferenc.jpg

J’ai 26 ans et je suis un jeune pasteur unitarien. Je suis de né à Kolozsvár (Cluj Napoca), là où l’Eglise unitarienne a été fondée. J’ai grandi dans cette ville car ma famille est de là. Ma famille est de tradition unitarienne puisque les 7 dernières générations de mon côté de mon père ont travaillé pour cette Eglise. Aucun n’a été ministre ; ils étaient tous des juristes, mais mon grand père et son père ont été élus présidents de l’Eglise unitarienne de Transylvanie. Je ne suis pas le premier garçon dans ma famille proche et je ne suis pas le seul à être unitarien.


J'ai terminé mes études de théologie il y a deux ans, et je vais très bientôt être intégré comme ministre du culte. Pour l’instant je suis ministre adjoint dans une petite ville, Kerestúr, où nous avons une grande communauté qui gère un collège. Je suis à Kestur avec 4 autres ministres.


Ma femme, Amalia, est également unitarienne et ministre. Elle enseigne dans une école primaire et aime beaucoup ce travail avec les enfants. Nous allons d’ailleurs partir ce soir pour un camp de jeunes durant 3 jours.

 

Ferenc Miko participera au prochain colloque international « La liberté de conscience au cœur même des droits de l’homme. Hommage à Michel Servet et à Georges Biandrata », organisé par l’Association Biandrata à Saluzzo (Italie), les 21 et 22 mai 2010.

 

Les chrétiens unitariens du monde entier sont en relation de continuité avec l'Eglise unitarienne de Transylvanie qui, pour eux, est leur Eglise historique. Les chrétiens unitariens francophones ont ouvert une nouvelle rubrique afin de mieux la faire connaître. En plus, nombre de Roumains parlent notre langue, d'autant plus avec aisance que la leur est elle aussi une langue romane.

Repost 0