Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contacts

Jean-Claude Barbier, membre permanent du conseil d'administration de l'AFCU, adresse

Archives

28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 19:49

Au terme d’une formation au "Nouveau Séminaire" (The New Seminary), à New-York, et qui met l’accent sur l’inter religieux ("inter-faith"), à savoir l’ouverture aux sagesses religieuses du monde entier, Maurisa Brown-Latham va être ordonnée ministre ce dimanche 14 juin 2009. 

Par ailleurs, elle a été récemment élue pasteur à la SCCF Outreach Ministries et, à ce titre, elle exerce à Philadelphie et en Caroline du Sud (où elle habite). Elle est également membre d’autres organisations : l’Alliance mondiale du clergé pratiquant l’inter-religieux (World Aliance of Interfaith Clergy), l’American Unitarian Conference (AUC, la Conférence unitarienne américaine), l’Unitarian Universalist Christian Fellowship (la Fraternité des unitariens-universalistes chrétiens).

Elle est chrétienne unitarienne et pratiquera des cérémonies et des rites non dénominationnels et "inter-faith". Avec son mari, Mitchell Latham, assistant pasteur, elle vient de lancer un site intitulé "Unitarian Ministries" (dans la liste des liens de l’AFCU) où elle situe sa foi en continuité avec l’Eglise unitarienne de Transylvanie.

Lors d’un échange de correspondance, elle apporte son soutien au Manifeste d’Avignon.


Merci pour votre accueil chaleureux et fraternel dans la foi. Être en accord de pensée et participer à la communauté chrétienne unitarienne dans le monde est pour moi un honneur que les mots ne peuvent exprimer.

Nous nous ferons le plaisir de signer le manifeste d’Avignon.

Je me réjouis de l’établissement de ponts avec mes frères et sœurs unitariens du monde entier. Dans cette nouvelle ère, nous avons la possibilité d’avancer tous unis et de faire que notre tradition soit plus riche et diversifiée.

C'est parce que la tradition unitarienne hongroise et son catéchisme ont été traduits en anglais que j’ai pu choisir le christianisme unitarien comme foi personnelle et dm’y consacrer durant mon séminaire, avec les autres matières obligatoires (relatives à toutes les religions du monde et de leurs textes sacrés ).

Que Dieu vous bénisse. Paix et nombreuses bénédictions
. (Le pasteur Maurisa Brown-Latham,

Unitarian Ministries, message du 28 avril 09, reçu et traduit de l'anglais par Jean-Claude Barbier).

Repost 0
Published by Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens - dans le manifeste d'Avignon
commenter cet article
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 05:50

Le manifeste d'Avignon, publié en août 2007 à l'initiative des chrétiens unitariens, vient d'être traduit en espagnol par Javier Intxaurza. Cette traduction a bénéficié d'une relecture par Jaume de Marcos dans le cadre du groupe de discussion "UUespana : Unitarios Universalistas de España", http://es.groups.yahoo.com/group/uuespana/ 

Jaume de Marcos est par ailleurs président de la Sociedad Unitaria Universaliste de España (SUUE) et membre du bureau exécutif de l'International Council of Unitarians and Universalists (ICUU).

Nous remercions aussi pour son aide 
Luis Ludo Vico, membre du groupe de discussion " Christianos unitarios ", http://es.groups.yahoo.com/group/cristianosunitarios/


Pour lire toutes les informations sur ce manifeste et les photos de la rencontre d'Avignon :
 http://afcu.over-blog.org/categorie-10148421.html 


EL MANIFIESTO DE AVIÑÓN

"Para que el Unitarismo conserve su lugar entre los cristianos de todo el mundo"

Manifiesto de Aviñón, del 17 de agosto del 2007, de las asociaciones cristianas unitarias británica, francesa, italiana, burundesa y congoleña.

Desde los años 1990, las asociaciones de cristianos unitarios se multiplican: la Unitarian Christian Association (UCA, fundada en 1991), la Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU, 1996), la Assemblée des chrétiens unitariens de Burundi (AUCB,
2002), la Congregazione Italiana Cristiana Unitaria (CICU, 2004), y la Assemblée des chrétiens unitariens du Congo (ACUC, 2004). Ellas contribuyen a la expansión del Unitarismo en países en los que esta tradición no existía. Las cuatro últimas han sido reconocidas como "grupo emergente" por el Consejo Internacional de los Unitarios y Universalistas (ICUU) en abril de 2006.

Este manifiesto no es ni un credo ni una declaración de fe, sino el resultado de una reflexión con el fin de situar estas nuevas asociaciones, por un lado, con respecto a las iglesias y a las congregaciones históricas que existen en Transilvania, Hungría, Gran Bretaña y los Estados Unidos, y por otro con respecto al Unitarismo Universalista, que se presenta como una nueva religión separada de sus raíces cristianas.

Un tal posicionamiento se hace de manera positiva y constructiva, complementaria a las formas ya existentes del Unitarismo; de ninguna manera se trata de una oposición. Pero quiere ser una explicación clara y neta a fin de evitar presentaciones tenues, evasivas, o incluso ambiguas. La diversidad del Unitarismo contemporáneo es una riqueza de la que somos perfectamente conscientes; ello no debe dar lugar de manera alguna a la confusión o dar la impresión de una teología laxa, sin puntos de referencia.

Nacida de la corriente anti-trinitaria, en el seno de las reformas protestantes del siglo XVI, el Unitarismo es un movimiento de origen cristiano caracterizado por :

- una teología monoteísta radical (Dios es Uno), lo que implica el rechazo del dogma de la Trinidad y el de la Encarnación; incluso si pensamos que Jesús está plenamente habitado por Dios como estamos todos invitados a serlo, Jesús es un hombre como cualquier otro.

- la enseñanza de Jesús tal y como nos ha sido transmitida por los evangelistas, los otros textos del Nuevo Testamento y las aportaciones de ciertos evangelios apócrifos, como por ejemplo el de Tomás.

- aceptación de la razón y del progreso científico, notablemente la exégesis moderna y los descubrimientos arqueológicos del siglo I que nos permiten comprender mejor quién fue Jesús realmente.

- la afirmación de la libertad de pensamiento y el rechazo de todo dogma obligatorio.

- los estilos de organización episcopal (bajo una forma presbiteral-sinodal), congregacional o incluso asociativo, que permiten que cada Iglesia o comunidad local sea libre en las orientaciones y relaciones que ella establezca con otras comunidades.

Los cristianos unitarios afirman su solidaridad con las Iglesias históricas que han mantenido esta fe, que para ellos son las primeras en el orden de consideración, en el sentido que Pablo entendía a propósito de los judíos, en su epístola a los Romanos (cap. I, 16) y Juan de Patmos en el Apocalipsis (cap. VII, 4-9). Este profundo respeto en consideración a su antigüedad es voluntario y filial; no representa, en manera alguna, una subordinación ni un deber de obediencia; estas iglesias históricas no exigen, por su parte, ninguna deferencia hacia ellas.

El culto cristiano no se limita a discursos (sermones, predicaciones, meditación, etc.), incluso si estos son muy interesantes y de gran elocuencia. Este culto no es una conferencia, ni un congreso, ni un club de discusión. La asamblea de miembros se dirige a Dios (con esa denominación u otra equivalente). Ella le alaba en tanto que Creador de este mundo; le agradece por la vida que nos ha dado; es, en este sentido, una Acción de Gracias.

El culto cristiano es también la ocasión de reproducir los gestos bien precisos que hizo Jesús, que dan sentido a nuestra fe y que han sido retomados por nuestra tradición: o al menos el bautismo y la comunión del pan y del vino, a los cuales se puede añadir los gestos históricos como son igualmente, el lavado de pies, la unción con aceite, la imposición de manos, etc. El solo alumbrado de una vela no podría reemplazar estos rituales. Nosotros no tenemos por qué engordar nuestras ceremonias, ni diluirlas en agua bajo el pretexto de hacerlas accesibles al mayor número de gente o a modernizarlas.

Habiéndonos dado Dios, la vida y toda su gracia, nosotros no pensamos que todos esos gestos sean sacramentos que nos concederían gratificaciones suplementarias. Esos gestos nos unen simplemente a nuestro maestro espiritual, Jesús, al que amamos y al que queremos ser fieles. Ellos crean lazos de hermandad entre nosotros y nos invitan a amar a todos los hombres.

Más allá de esos ritos cristianos, cada comunidad tiene que encontrar los modos de expresión espiritual que mejor le convengan.

Cuando los cristianos unitarios se encuentran en el seno de una asamblea compuesta de otros creyentes, agnósticos y no creyentes, para que los rituales cristianos no sean los predominantes, pueden invitar al resto a compartir las tradiciones espirituales de todos los que están presentes. En este caso, cada uno puede presentar lo que crea más conveniente según su tradición y criterio; los cristianos que estén presentes podrán aportar el pan y el vino dándole el sentido que se le da en la Didaché: el fruto de la tierra y del trabajo de los hombres.

Pueden igualmente proponer la Ceremonia de las Flores tal y como fue puesta a punto por el reverendo Norbert Capek en 1923, así como el alumbrado de la llama de nuestro cáliz (explicando su significación histórica, como signo de libertad y de resistencia en el
contexto del nazismo).

El Unitarismo cuenta con una teología, con una historia, una tradición a la vez espiritual y cultural, rituales propios (el cáliz encendido, la ceremonia de las flores). Estamos enormemente orgullosos y no tenemos ninguna razón de abandonar el campo del cristianismo que vio nacer a nuestro movimiento. Al contrario, queremos colaborar con todos los demás cristianos que lo deseen, para construir un cristianismo moderno, de espíritu liberal y más fiel a sus orígenes. En este sentido hacemos un llamamiento para que los cristianos unitarios participen activamente, como tal, en la Red Europea de los Protestantes Liberales (ELPN).

Reafirmando un monoteísmo radical (Dios es Uno), el Cristianismo Unitario permite establecer relaciones de continuidad teológica con el Judaísmo y el Islam. El obstáculo mayor al diálogo interreligioso con las religiones reside, en efecto, en la divinización de Jesús.

En el siglo XX, congregaciones unitarias decidieron no hacer en adelante de la fe cristiana (un solo Dios y la referencia a la enseñanza de Jesús) una condición previa a la cooptación de nuevos miembros. Las asambleas de miembros se han ido convirtiendo progresivamente en interreligiosas (heterogéneas). Es por lo que los unitarios que quieren seguir fieles a su tradición de origen se hacen llamar "cristianos unitarios". Anteriormente, esta denominación era un pleonasmo, ya que todos los unitarios eran cristianos. A fin de restar toda ambigüedad sobre nuestra fe, es esta apelación, que elegimos expresamente, por su claridad.

El Unitarismo Universalista se presenta como una nueva religión que tiene gran interés por su enfoque totalmente universal del hecho religioso. Nosotros compartimos con ellos muchas cosas, siendo de remarcar, la primera parte de nuestra historia (hasta el pensador americano William Ellery Channing), nuestra referencia a Miguel Servet (su obra y su martirio), así como nuestra solidaridad con la Iglesia Unitaria de Transilvania, los rituales unitarios como son la Ceremonia de las Flores y el cáliz encendido, nuestra concepción liberal de la religión cristiana y otros movimientos religiosos, etc. Queremos establecer relaciones de cooperación, de solidaridad y de amistad, lo que se hace ya en el seno del Consejo Internacional de los Unitarios y Universalistas (ICUU). La misma aptitud es aconsejable a nivel de cada país donde exista una comunidad unitaria universalista.

El ICUU fue fundado en 1995 a partir de tres familias espirituales: el Unitarismo (que engloba nuestras Iglesias históricas y las asociaciones de cristianos unitarios), el Universalismo (movimiento representado por la Iglesia Universalista, que fue una iglesia cristiana en los Estados Unidos de 1779 a 1961), y el Unitarismo Universalista (nacido en 1961 de la fusión entre las congregaciones unitarias americanas y la Iglesia Universalista). Los cristianos unitarios, con las Iglesias históricas que se mantuvieron fieles al origen del Unitarismo del siglo XVI, forman un componente importante de este conjunto y quieren conservar su propia identidad. Es la condición para un diálogo respetuoso con los demás y para intercambios fructíferos, lejos de toda fusión o dilución, confusión o ambigüedad y lejos también de todo imperialismo cultural y/o religioso. En este sentido, precisamos que el ICUU se escribe con una "y" (Unitarios "y" Universalistas), y no con un trazo de unión u otro signo de relación /separación.

El ICUU es un espacio de encuentro totalmente apropiado en el que los cristianos unitarios quieren participar de manera totalmente leal. Sería un error contemplar una instancia internacional separada, que fuera reservada sólo a los cristianos unitarios. Igualmente, todas nuestras actividades están abiertas a todos los unitarios de todas las sensibilidades.

Ya que la ELPN existe desde 1998, los cristianos unitarios quieren sacar provecho de este recurso para encontrase y consultarse con mayor facilidad, así como mantener una estrecha relación con sus amigos protestantes liberales.

Deseamos que todos los creyentes y humanistas del mundo entero participen en el surgimiento de sociedades inter-conviccionales en las que reinen la libertad de conciencia y no el pensamiento único, la complementariedad de los compromisos de cada una y no las relaciones de fuerza, la laicidad y la democracia que son necesarias para el dialogo, lejos de todo fanatismo, el respeto a la vida y al medio ambiente a fin de trasmitir un mundo mejor a las generaciones futuras. Nosotros, cristianos unitarios, tenemos la alegría de contribuir a una Creación, hecha por Dios en el origen de los tiempos, siempre en expansión, yendo hacia un mayor progreso, mayor solidaridad, y portadora de inteligencia y amor.

Repost 0
Published by traduction Javier Intxaurza - dans le manifeste d'Avignon
commenter cet article
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 19:03
Ce document, publié en août 2007 par les chrétiens unitariens britanniques, italiens et français, a déjà été traduit dans les langues de leurs rédacteurs. Il est maintenant disponible en norvégien à l'initiative du révérend Knut Klaveness Heidelberg, pasteur de l'Eglise unitarienne de Norvège, http://08faq.unitarforbundet.org:80/


Tout sur ce manifeste sur notre site,
à la rubrique à son nom :
http://afcu.over-blog.org/categorie-10148421.html
Repost 0
Published by Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens - dans le manifeste d'Avignon
commenter cet article
14 août 2008 4 14 /08 /août /2008 06:33

 Ce document, élaboré en août 2007 à Avignon, entre chrétiens unitariens britanniques, italiens et français, sert désormais de référence aux nouvelles communautés chrétiennes unitariennes. Celles d’Afrique noire (Burundi, Congo) avaient été associées à sa rédaction et l’association Lisanga au Congo RDC y a adhéré peu après sa formation, au début de cette année.

Voici maintenant son adoption par une communauté hispanisante d’Amérique latine, la Iglesia cristiana unitaria de Latinoamerica : publication du Manifeste dans sa version anglaise sur le site de cette Eglise en date du 2 juillet 08
et message du 21 juillet de Mariano Salguero.

Pour une présentation de cette Eglise, voir nos Actualités unitariennes en date du 2 juillet
et du 14 août 2008


le révérend Ramiro Anzit

Pour tout lire sur ce manifeste, voir notre rubrique le manifeste d’Avignon "

Repost 0
Published by Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens - dans le manifeste d'Avignon
commenter cet article
20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 06:33

" In order that Unitarianism preserves its position amongst Christians throughout the world "
The Avignon Manifesto, 17 August 2007, 
on behalf of Unitarian Christian associations



Since the 1990s, "Unitarian Christian associations have multiplied: the Unitarian Christian Association (UCA, founded in 1991), l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU, 1996), l’Assemblée des chrétiens unitariens du Burundi (ACUB, 2002), la Congregazione italiana cristiano unitariana (CICU, 2004), et l’Assemblée des chrétiens unitariens du Congo (ACUC, 2004). They are contributing to the growth of Unitarianism in countries where previously this tradition did not exist. The last four of these groups were recognised as ‘emerging groups’ by the International Council of Unitarians and Universalists (ICUU) in April 2006.


This manifesto is neither a creed nor a confession of faith but the result of a process of reflection in order that these new associations can position themselves in relation to our historic churches and congregations which exist in Transylvania, Hungary, Great Britain and the United States of America on the one hand and, on the other, in relation to Unitarian-Universalism, which presents itself as a new religion detached from its Christian roots.


This positioning is made in a positive and constructive manner and is complementary to the forms of Unitarianism already in existence; in no way is it in opposition to them. But it should be explained clearly and distinctly in order to avoid being presented in a confusing, evasive, not to say ambiguous, way. We are perfectly aware that the diversity of contemporary Unitarianism is a valuable resource but this diversity should not, in any fashion, be confused or give the impression that it is lax theologically and without any points of reference.


Born out of the anti-Trintarian currents at the heart of the Protestant reforms of the sixteenth century, Unitarianism is a movement which has its origin in Christianity characterised by:

 - A radical monotheistic theology (God is One) which implies a rejection of the dogma of the Trinity and that of the Incarnation; even if we think that God dwelt fully in Jesus, a condition we are all invited to experience, Jesus remains a man like us all.

- Jesus' teaching, as it has been transmitted to us by the evangelists, the other texts of the New Testament, and by the contribution of some of the apocryphal gospels, for example the Gospel of Thomas.

- An acceptance of reason and scientific progress, notably modern exegesis and the discoveries of first century archeology which have allowed us to understand better who Jesus really was.

- An affirmation of freedom of thought and the rejection of all imposed dogma.

- Episcopalian (found in presbyterian/synodical forms), congregational, or even associational styles of organisation in which each Church or local community is free to choose its own direction and develop relationships with other communities.

 

Unitarian Christians affirm their solidarity with their historic Churches which have maintained this faith. Notably, they have the greatest respect for the Hungarian-speaking Churches which they feel, are worthy of the same order of consideration as that accorded to the Jews by Paul in his Epistle to the Romans (1:16) and John of Patmos in Revelation (7:4-9). The deep respect held for these churches' seniority is voluntary and filial; it is not at all subservient nor is it an obligatory duty. Moreover, these historic Churches demand no such deference.


Christian worship is not limited to discourse (sermons, preaching, meditations, etc.) even if it is very interesting and eloquent. Worship is neither a lecture nor a discussion club. The assembly addresses God (or uses an equivalent term); praises him as creator of the world; thanks him for the life which he has given us; it is in this sense a Thanksgiving.


Christian worship is also the opportunity to reproduce the precise actions of Jesus which are significant for our faith and which have been adopted by our tradition: baptism and the The Lord's Supper (in French le partage du pain et du vin), to which one can add the historic gestures of feet washing, anointment with oil, the laying on of hands, etc. On its own, the lighting of a candle cannot replace these rituals. Our ceremonies should not be diluted or rendered insipid under the pretext of modernisation or by attempting to make them accessible to the greatest number of people.


Because God has already given us life and all his grace we do not think that the sacraments will give us additional rewards. These acts simply connect us to our spiritual master, Jesus, whom we love and to whom we wish to be faithful. They establish a fraternal spirit amongst us and invite us to love all people.


Further to these Christian rites, it is well understood that each community will find other modes of spiritual expression which suit them.


When Unitarian Christians find themselves in multi-faith meetings (in French assemblées composite) where there are agnostics and non-believers for whom Christian rituals no longer have any significance, they can invite all to share in the spiritual traditions of those present. In this case, each person can present what is meaningful for them; Christians can offer bread and wine in the sense found in the Didache: the fruit of the earth and of the work of humankind.


Likewise, they can offer the Flower Communion as created in 1923 by the Czech minister Norbert Čapek, or the lighting of our chalice (explaining its historic significance as a symbol of liberty and of resistance in the context of Nazism).


Unitarianism has at its disposal a theology, a history, a tradition both spiritual and cultural, and its own rituals (the flaming chalice and the Flower Communion). We are extremely proud of this and have no reason at all to abandon the field of Christianity which saw the birth of our movement. On the contrary, we should collaborate with all other Christians who wish to construct a modern Christianity with a liberal spirit more faithful to its origins. As such, we launch a pressing appeal to European Unitarian Christians to actively participate in the European Liberal Protestant Network (ELPN).


In reaffirming a radical monotheism (God is One), Unitarian Christianity allows the establishment of theologically continuous relations with Judaism and Islam. The major obstacle to inter-religious dialogue with these religions lies, in effect, in the divinisation of Jesus.


During the twentieth century, some Unitarian congregations decided that a belief in Christianity (One God and reference to the teachings of Jesus) was no longer a prerequisite for the recruitment of new members. These assemblies have thus become progressively multi-faith (hétérogènes). It is because of this that Unitarians who remain faithful to their original tradition call themselves "Unitarian Christians." (Previously this was a tautology because all Unitarians were Christians.) In order to remove ambiguity about our faith and for clarity's sake we recommend the use of this name.


Unitarian-Universalism presents itself as a new religion which concentrates on immediate universal approaches to the concept of religion. We share with it many things, notably the first part of our history (up to the American thinker William Ellery Channing), our reference to Michael Servetus (his work and his martyrdom), our solidarity with the Transylvanian Unitarian Church, the Unitarian rituals of the Flower Communion and the flaming chalice and our liberal conception of the Christian religion and other sources of religion, etc. We have to establish solid and friendly partner relationships with Unitarian-Universalists, as is already the case within the International Council of Unitarians and Universalists (ICUU). The same attitude advised in whichever country a UU communinity exists.


The ICUU was founded in 1995 from three spiritual families: Unitarianism (including our historic Churches and Unitarian Christian associations); Universalism (namely the sphere of influence which was that of the Universalist Church, a Christian Church in the United States between 1779 and 1961); and, lastly, Unitarian-Universalism (created in 1961 by the merger of American Unitarian congregations and the Universalist Church). Those Unitarian Christians and historic churches remaining faithful to the origins of Unitarianism in the sixteenth-century form an important part of this whole and intend to preserve their own identity. Respectful dialogue and fruitful exchange is conditional on the avoidance of any confusion and ambiguity as well as any cultural and religious imperialism. For this reason, we ask that ICUU should be written with an 'and' (i.e. Unitarians and Universalists), and not with a hyphen (in French), nor with an asterisk.


The ICUU is an entirely appropriate meeting space and Unitarian Christians intend to participate in it with complete loyalty. It would be a mistake to envisage a separate international organisation reserved solely for Unitarian Christians. Likewise, all our activities are open to Unitarians of all kinds.


As the ELPN has existed since 1998, it makes sense for European Unitarian Christians to make the most of this network so as to meet and consult with each other more easily and maintain close relations with their liberal Protestant friends.


We hope that all believers and humanists around the world will participate in the advent of inter-convictional societies where liberty of conscience prevails and not just a single system of thought, where the mutual benefits of engagement with each other rather than forced encounters are recognised, where laity and democracy (necessary for dialogue that is free from any kind of fanaticism) are found, and where respect for life and our environment exist so that we can pass on a better world to future generations. We Unitarian Christians can contribute joyfully to a creation, made by God at the beginning of time, still growing, ever progressing and moving towards greater fellowship, the bearer of understanding and love.


English translation by Marie-Claire Lefeuvre, Susanna and Andrew Brown

Repost 0
13 septembre 2007 4 13 /09 /septembre /2007 01:14
Italie--la-CICU.jpgPour ceux qui lisent l'italien : la traduction en cette langue, par Roberto Rosso, du Manifeste d'Avignon sur le site de la Congregazione italiana cristiano unitariana (CICU) en date du 12 septembre 2007.


Roberto Rosso est président de la CICU et co-auteur de ce manifeste.
Repost 0
Published by Roberto Rosso - dans le manifeste d'Avignon
commenter cet article
7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 11:10
To the members and friends of The Bét Dávid Unitarian Association (The Norwegian Unitarian Church), Unitariska Kyrkan i Sverige (The Unitarian Church in Sweden), Unitarian Christian Association (UCA), Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU), Assemblée des chrétiens unitariens du Burundi (ACUB), Assemblée des chrétiens unitariens du Congo (ACUC), Congregazione italiana cristiano unitariana (CICU). 


On August 17 2007 several Unitarian Christian churches met to discuss what is our common Unitarian Christian identity. The result of these discussions are found in the so called Avignon Manifest. The manifest is available in French text here
http://afcu.over-blog.org/article-12204296.html As I understand Italian and English translations will come later. 

 

Budapest--Knut-Klaveness-en-visite--photo-Sandor-Szilard.jpg le révérend Knut Heidelberg en visite à l'Eglise unitarienne de Hongrie, photo Sandor Szilard

The Norwegian Unitarian Church was not part of these discussions but never the less agrees that the manifest is an important mark of identity. Even if it is not a creed or confession in any way it may be considered as an important symbol for Unitarian Christian churches to agree on in order to connect closer. The Norwegian Unitarian Church will therefore study the text and consider whether it should agree officially to the Avignon Manifest.

Yours, Knut Heidelberg, Unitarian minister, Superintendent

Unitarforbundet Bét Dávid (Den norske unitarkirke) http://unitarforbundet.org

Quick Guide to the History of Nordic Unitarianism http://nordichistory.unitarforbundet.org


traduction en français proposée par Jean-Claude Barbier : 

"L'Église unitarienne norvégienne n'a pas été partie prenante des discussions mais elle considère que ce manifeste est une marque importante d'identité. Même s’il ne s’agit pas de principes ou d’une confession, ce manifeste peut être considéré de toute façon comme un symbole important pour les Eglises chrétiennes unitariennes afin qu’elles communiquent mieux entre elles et s’accordent. L'Église unitarienne norvégienne étudiera donc le texte avec attention en vue de donner son adhésion officielle."

Repost 0
Published by Knut Heidelberg - dans le manifeste d'Avignon
commenter cet article
6 septembre 2007 4 06 /09 /septembre /2007 09:52

poisson-copte-en-bronze-patin----reproduction-des---ditions-scriptoria.jpg

poisson ITCHUS de l'Egypte copte du Vème siècle, signe de reconnaissance utilisé par les premiers chrétiens, sculpté dans du calcaire, conservé au musée du Louvre, à Paris, ici reproduit en bronze par les éditions Scriptoria



Nous étions six à cette rencontre d’Avignon du 17 août 2007, donc peu nombreux car c’était en quelque sorte une réunion " au sommet " avec les responsables italiens et britanniques d’associations correspondantes à la nôtre.

Ce fut d’abord l’émotion d’allumer la flamme de notre calice (voir la rubrique qui y est consacrée sur notre site de l’AFCU) et de mettre ainsi notre rencontre et nos débats sous le souffle de Dieu (le Saint-Esprit, pour les unitariens, n’est pas une personne distincte mais tout simplement le souffle de Dieu, Dieu présent physiquement dans sa Création), et puis l’émerveillement de dialoguer en toute intercompréhension spontanée (on dit en français que " le courant passe " ! ) alors que nous sommes de pays, de langues et de traditions différents et que c’était la première fois que nous rencontrions nos amis britanniques.

Le midi nous sous sommes retrouvés dans un restaurant de la ville et, là, autour d’une table parmi d’autres, nous avons reproduit, en toute simplicité, le geste que fit Jésus lors de son dernier repas. Comment en effet ne pas prolonger ces moments si fraternels par une telle célébration (" libre " dans ce cas) à laquelle nous invite Jésus lorsque nous sommes réunis en son nom ?

Nous l’avons fait selon le rituel juif qui fut très probablement celui que fit Jésus lors de la Cène (voir le récent livre de l’historien James Tabor), à savoir le vin du kiddouch offert à Dieu en action de grâce – le thanksgiving – fruit de la terre et du travail des hommes selon les paroles de l’antique Didachée (vers 100 ans ap. J.-C.) – mis dans une coupe qui circula entre nous ; puis, de même, nous rompîmes le pain entre nous. 

Mais, bien entendu, dans cette même situation, le rituel de la communion peut être fait selon une autre tradition ; la catholique par exemple s’il y a présence d’un prêtre (puisque dans ce cas il doit y avoir consécration des espèces).

Habitués au culte en église et sous la présidence d’un ministre, nos amis anglais découvraient le sacerdoce universel où tout chrétien est habilité à reproduire les gestes historiques de Jésus là où plusieurs personnes sont réunies en son nom, parfois loin du confinement des sanctuaires et des chœurs.

Les vacances, d’été et d’autres saisons, sont ainsi l’occasion de rencontres stimulantes. Immense bonheur et exaltation que ces moments forts où nous nous sentons si proches les uns des autres, grâce à Dieu, grâce à Jésus, à sa personne et à son enseignement ...

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans le manifeste d'Avignon
commenter cet article
6 septembre 2007 4 06 /09 /septembre /2007 02:22
Un groupe de travail s’est réuni à Avignon le 17 août 2007, à l’invitation de l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Y ont participé des amis britanniques et italiens :

 

Avignon--le-dimanche-19-ao--t-07--les-amis-unitariens-devant-le-Bristol--r--duction-50-.JPGde gauche à droite : Andrew James Brown, Roberto Rosso,  Paola    Zunino,  Suzanna Brown.
 


photo J.-C. Barbier, 
devant l'hôtel Bristol où se tinrent nos réunions.


Révérend Andrew James Brown,
membre de l’UAC, éditeur du Herald, ministre de l’Eglise unitarienne de Cambridge (The Memorial Church),

Mme Suzanna Brown, membre de l’UAC,

Roberto Rosso, président de la CICU

Mme Paola Zunino, trésorière de la CICU

Riccardo Bogazzi, membre de la CICU,

Jean-Claude Barbier, secrétaire général de l’AFCU

Le groupe de travail remercie Mmes Marie-Claire Lefeuvre et Suzanna Brown pour leur aide apportée à la traduction du texte en anglais. Le texte préparatoire avait reçu le soutien de Fulgence Ndagijimana, président de l’ACUB, et de Alain Patrice Yengué, président de l’ACUC.


Voir le récit de cette rencontre dans notre message suivant, ainsi que le récit de Andrew James Brown sur son blog personnel (message du 6 septembre 07)


Ce document a été signé par les associations chrétiennes unitariennes de Grande-Bretagne (UCA), de l'Italie (CICU), de France, Belgique francophone et Suisse romande (AFCU), du Burundi (ACUB) et du Congo (ACUC). 


Si vous souhaitez le signer aussi, vous pouvez envoyez vos coordonnées à Jean-Claude Barbier, correspondance.unitarienne@wanadoo.fr
 

Repost 0
6 septembre 2007 4 06 /09 /septembre /2007 01:38

" Pour que l’unitarisme garde toute sa place parmi les chrétiens du monde entier "

Manifeste d’Avignon, le 17 août 2007, de la part des associations chrétiennes unitariennes  britannique, française, italienne, burundaise et congolaise

 

 

Depuis les années 1990, les associations de chrétiens unitariens se multiplient : l’Unitarian Christian Association (UCA, fondée en 1991), l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU, 1996), l’Assemblée des chrétiens unitariens du Burundi (ACUB, 2002), la Congregazione italiana cristiano unitariana (CICU, 2004), et l’Assemblée des chrétiens unitariens du Congo (ACUC 2004). Elles contribuent à l’expansion de l’unitarisme dans des pays où cette tradition n’existait pas. Les quatre dernières d’entre elles ont été reconnues " groupe émergent " par le Conseil international des unitariens et des universalistes (ICUU) en avril 2006.

 

Ce manifeste n’est pas un credo ni une confession de foi, mais le résultat d’une réflexion afin de positionner ces associations nouvelles, d’une part, par rapport aux Eglises et aux congrégations historiques qui existent en Transylvanie, Hongrie, Grande-Bretagne et Etats-Unis et, d’autre part, par rapport à l’unitarisme-universalisme, qui se présente comme une nouvelle religion détachée de ses racines chrétiennes.

 

Un tel positionnement se fait d’une façon positive et constructive, complémentaire aux formes déjà existantes de l’unitarisme ; en aucune façon il n’est une opposition. Mais il se veut une explication claire et nette afin d’éviter les présentations floues, évasives, voire ambiguës. La diversité de l’unitarisme contemporain est une richesse dont nous sommes parfaitement conscients ; elle ne doit en aucune façon être une confusion ou donner l’impression d’une théologie laxiste, sans points de repère.

 

Né du courant anti-trinitaire au sein des réformes protestantes au XVI° siècle, l’unitarisme est un mouvement d’origine chrétienne caractérisé par :

- une théologie monothéiste radicale (Dieu Un) qui implique le rejet du dogme de la Trinité et de celui de l’Incarnation ; même si nous pensons que Jésus est pleinement habité par Dieu comme nous sommes tous invités à l’être, Jésus est un homme comme un autre.

-  l’enseignement de Jésus tel qu’il nous est transmis par les évangiles, les autres textes du Nouveau testament, et les apports de certains évangiles apocryphes comme par exemple celui de Thomas,

- une acceptation de la raison et des progrès scientifiques, notamment l’exégèse moderne et l’archéologie du 1er siècle qui nous permettent de mieux comprendre qui fut Jésus réellement,

- l’affirmation de la liberté de pensée et le rejet de tout dogme obligatoire,

- le mode d’organisation épiscopalien sous une forme presbytérale-synodale, congrégationaliste ou encore associatif qui fait que chaque Eglise ou communauté locale est libre de ses orientations et des relations qu’elle établit avec d’autres communautés.
 

Les chrétiens unitariens affirment leur solidarité vis-à-vis de leurs Eglises historiques qui ont maintenu cette foi. Elles ont notamment la plus grande révérence vis-à-vis des Eglises hungarophones qui, pour eux, sont premières dans l’ordre de la considération au sens où l’entendait, à propos des Juifs, Paul dans son épître aux Romains (chap. I, 16) et Jean de Patmos dans l’Apocalypse (chap. VII, 4-9). Ce profond respect en regard de leur ancienneté est volontaire et filial ; il n’est nullement une subordination ni un devoir d’obéissance ; ces Eglises historiques ne donnant d’ailleurs aucun ordre.

 

Le culte chrétien ne se limite pas à des discours (des sermons, des prédications, des méditations, etc.), même s’ils sont très intéressants et fort éloquents. Ce culte n’est pas une conférence, ni un club de discussion. L’assemblée s’adresse à Dieu (ou autre appellation équivalente). Elle le loue en tant que Créateur de ce monde ; elle le remercie pour la vie qu’il nous a donnée ; c’est le sens du Thanksgiving.

 

Le culte chrétien est aussi l’occasion de reproduire les gestes bien précis que fit Jésus, qui font sens pour notre foi et qui ont été repris par notre tradition : au moins le baptême et le partage du pain et du vin (en anglais le Lord’supper), auxquels on pourrait ajouter les gestes historiques que sont également le lavement des pieds, l’onction avec de l’huile, l’imposition des mains, etc. Le seul allumage d’une bougie ne saurait remplacer ces rituels. Nous n’avons pas à affadir nos cérémonies, ni à les diluer dans de l’eau, sous le prétexte de les rendre accessibles au plus grand nombre ou à les moderniser.

 

Dieu nous ayant déjà donné la vie et toute sa grâce, nous ne pensons pas que ces gestes soient des sacrements qui nous donneraient des gratifications supplémentaires. Ces gestes nous relient tout simplement à notre maître spirituel, Jésus, que nous aimons et à qui nous voulons être fidèles. Ils fondent une fraternité entre nous et nous invitent à aimer tous les hommes.

 

Au-delà de ces rites chrétiens, c’est bien entendu à chaque communauté de trouver les modes d’expression spirituelle qui lui conviennent.

 

Lorsque les chrétiens unitariens se retrouvent au sein d’une assemblée composite (en anglais : multi-faith), où il y a d’autres croyants, des agnostiques et des non-croyants pour qui les rituels chrétiens ne font plus sens, ils peuvent alors inviter au partage des traditions spirituelles de ceux qui sont présents. Dans ce cas, chacun peut présenter ce qui fait sens pour lui ; aux chrétiens qui sont présents d’apporter le pain et le vin en leur donnant le sens qui est dit dans la Didachée : le fruit de la terre et du travail des hommes.

 

Ils peuvent également proposer la cérémonie des fleurs telle qu’elle a été mise au point par le révérend tchèque Norbert Capek en 1923, ainsi que l’allumage de la flamme de notre calice (en expliquant sa signification historique, à savoir un signe de liberté et de résistance dans le contexte du nazisme).

 

L’unitarisme dispose d’une théologie, d’une histoire, d’une tradition à la fois spirituelle et culturelle, de rituels qui lui sont propres (le calice à la flamme, la cérémonie des fleurs). Nous en sommes extrêmement fiers et nous n’avons aucune raison d’abandonner le champs du christianisme qui a vu naître notre mouvement. Au contraire, nous avons à collaborer avec tous les autres chrétiens qui le souhaitent pour construire un christianisme moderne, d’esprit libéral, plus fidèle à ses origines. En ce sens, nous lançons un appel pressant pour que les chrétiens unitariens européens participent activement, en tant que tels, au Réseau européen des protestants libéraux (ELPN).

 

En réaffirmant un monothéisme radical (Dieu Un), le christianisme unitarien permet d’établir des relations de continuité théologique avec le judaïsme et l’islam. L’obstacle majeur au dialogue inter-religieux avec ces religions réside en effet en la divinisation de Jésus.

 

Au XX° siècle, des congrégations unitariennes ont décidé de ne plus faire de la foi chrétienne (Dieu Un et référence à l’enseignement de Jésus) un préalable à la cooptation de nouveaux membres. Des assemblées sont ainsi devenues, progressivement, hétérogènes (multi-faith). C’est pourquoi, les unitariens qui entendent rester fidèles à leur tradition d’origine se disent " chrétiens unitariens ". Auparavant, cette appellation était un pléonasme puisque tous les unitariens étaient chrétiens. Afin de lever toute ambiguïté sur notre foi, c’est cette appellation, que nous recommandons expressément pour sa clarté.

 

L’unitarisme-universalisme se présente comme une nouvelle religion qui a tout son intérêt par son approche d’emblée universelle du fait religieux. Nous partageons avec lui beaucoup de choses, notamment la première partie de notre histoire (jusqu’au penseur américain William Ellery Channing), notre référence à Michel Servet (son œuvre et son martyre), notre solidarité avec l’Eglise unitarienne de Transylvanie, les rituels unitariens que sont la cérémonie des fleurs et le calice à la flamme, notre conception libérale de la religion chrétienne et des autres corpus religieux, etc. Nous avons à établir des relations de partenariat, de solidarité et d’amitié, ce qui est déjà le cas au sein de l’International Council of Unitarians and Universalists (ICUU). La même attitude est à conseiller au niveau de chaque pays où existe une communauté UUiste.

 

L’ICUU a été fondé en 1995 à partir de trois familles spirituelles : l’unitarisme (englobant nos Eglises historiques et les associations de chrétiens unitariens), l’universalisme (à savoir la mouvance qui était celle de l’Eglise universaliste, laquelle fut une Eglise chrétienne aux Etats-Unis de 1779 à 1961), enfin l’unitarisme-universalisme (né en 1961 de la fusion entre les congrégations unitariennes américaines et cette Eglise universaliste). Les chrétiens unitariens, avec les Eglises historiques restées fidèles à l’origine de l’unitarisme au XVI°, forment une composante importante de cet ensemble et entendent garder leur propre identité. C’est la condition d’un dialogue respectueux des autres et d’échanges fructueux, loin de toute fusion ou dilution, loin de toute confusion et ambiguïté, loin aussi de tout impérialisme culturel et religieux. En ce sens, nous précisons que l’ICUU s’écrit avec un " and " (Unitarians and Universalists), et non pas avec un trait d’union (en français), ni avec une astérisque.

 

L’ICUU est un espace de rencontre tout à fait approprié et les chrétiens unitariens entendent y participer en toute loyauté. Ce serait une erreur d’envisager une instance internationale séparée qui serait réservée aux seuls chrétiens unitariens. De même, toutes nos activités sont ouvertes à tous les unitariens de toutes les sensibilités.

 

Puisque l’ELPN existe depuis 1998, les chrétiens unitariens européens entendent mettre à profit ce réseau pour mieux se concerter et se rencontrer, ceci en relation étroite avec leurs amis protestants libéraux.

 

Nous souhaitons que tous les croyants et humanistes du monde entier participent à l’avènement de sociétés inter-convictionnelles où règnent la liberté de conscience et non la pensée unique, la complémentarité des engagements de chacun et non les rapports de force, la laïcité et la démocratie qui sont nécessaires au dialogue loin de tout fanatisme, le respect de la vie et de notre environnement afin de transmettre un monde meilleur aux générations futures. Pour nous, chrétiens unitariens, nous avons la joie de contribuer à une Création, faite par Dieu à l’origine des temps, toujours en expansion, allant vers plus de progrès, plus de solidarité, et porteuse d’intelligence et d’amour.

Avignon-by-night--samedi-18-ao--t-07--le-gerfaut--oiseau-embl--matique-d-Avignon--r--duction-50-.JPGsur le blason de la ville d'Avignon, deux gerfauts tiennent les trois clefs de la cité. Photo J.-C. Barbier, mosaïque du pavement de la place de l'Horloge.

Ce manifeste a été publié par la Correspondance unitarienne dans son bulletin du mois de septembre 07, n° 71, mis en ligne sur le site "Profils de libertés". 

Une version en italien a été publié par le site "Unitariani" de la Congregazione italiana cristiano unitariana (CICU), ainsi qu'une version en anglais qui sera publiée par la revue bimestrielle The Herald de l'Unitarian Christian Association (UCA).

Ce document a été signé par les associations chrétiennes unitariennes de Grande-Bretagne (UCA), de l'Italie (CICU), de France, Belgique francophone et Suisse romande (AFCU), du Burundi (ACUB), du Congo (ACUC), du Congo RDC (Lisanga ya bandimi na Nzambe), du Togo (ACUT) ; enfin par des personnes individuelles, Jean Monod (France), la pasteur Maurisa Brown Latham (Etat-Unis, Unitarian Ministries). Il a été traduit en norvégien par le Knut Heidelberg (pasteur de l'Eglise unitarienne de Norvège) et en espagnol  par Mariano Salguero de la Iglesia Cristiana Unitaria de Argentina.

Pour tous ceux qui souhaitent signer ce manifeste, vous pouvez envoyer vos coordonnées à Jean-Claude Barbier, courriel 

Le site de l'AFCU a ouvert une rubrique "Le manifeste d'Avignon" où vous pourrez trouver les conditions d'élaboration de ce manifeste.

Repost 0