Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contacts

Jean-Claude Barbier, membre permanent du conseil d'administration de l'AFCU, adresse

Archives

12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 09:08

Je crois en la vie reçue gratuitement.

Je crois en la Source de cette vie, Présence aimante qui nous accompagne depuis notre naissance jusqu'à notre mort et au-delà encore.

Je crois en la Création tout entière qui nous est prêtée : elle nous porte et nous nourrit.
Je crois en l'être humain, homme, femme et enfant à qui cette création a été confiée. Nous en sommes les gérants et nous portons la responsabilité de la maintenir vivante et saine pour celles et ceux qui nous succéderont.

Je crois qu'en chacun d'entre-nous est déposée une plénitude qui ne demande qu'à être découverte et développée afin que nous portions des fruits de paix et de liberté, de bonté et de beauté.

Je crois que la force nous est donnée pour accomplir ce à quoi chacun d'entre-nous est appelé. Je crois que l'Esprit agit en nous. Il vient nous libérer de nos peurs et de nos angoisses. Je crois que nos faiblesses nous apprennent l'humilité et nous invitent ainsi à ne juger personne.

Je crois que notre foi se renouvelle chaque jour : elle puise ses racines dans les chercheuses et les chercheurs de sens qui nous ont précédés. Elle est le fruit d'un lieu et d'une culture donnés. Elle est appelée à se transfigurer. Je crois que le doute est nécessaire pour ne jamais nous sentir arrivés car tout chemin se fait en marchant.

La-pastourelle.JPGJe crois qu'aucune tradition religieuse ou laïque ne détient la Vérité pleine et entière. Je crois au contraire que les religions et les sociétés de par leur incomplétude ont à travailler en solidarité pour défendre une éthique planétaire commune sans laquelle nous courrons à notre anéantissement.

Je crois enfin que "l'Homme passe l'Homme" car malgré toutes nos faiblesses, nos égoïsmes et nos manques nous portons en nous plus grand que nous.

Et cela m'est un émerveillement perpétuel.


Marianne Putallaz,

dite « La Pastourelle », canton suisse du Valais, le 16 mai 2004


Ce credo a été lu par Jean-Claude Barbier lors d’une célébration libre entre chrétiens libéraux (catholiques, protestants et unitariens) à Paris le samedi 5 juin 2004, organisée par la Fédération des réseaux des Parvis, et remis à la revue Théolib pour publication sur son site ( lien). Le texte a été ensuite repris par de nombreux autres sites : celui de l’association Ecoute et Partage en octobre de la même année (lien), le blog "Marie est nous, la petite chapelle sur blog d’un couple marseillais" le 20 avril 2007 (lien), le site belge « Prier.be » (lien), etc.

Repost 0
Published by Marianne Putallaz - dans nos credos personnels
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 08:31

Le théologien Gabriel Vahanian * a placé un credo en envoi (sorte de postface) à la fin de son livre (p. 181) « Dieu anonyme » publié par Desclée de Brower en 1989 (réédité en 1992).


Gabriel_Vahanian.jpeg* né à Marseille en 1927, Gabriel Vahanian a suivi des études secondaires à Grenoble, puis universitaires à l'Ecole des Hautes Etudes à Paris, à la Faculté de théologie protestante de Paris, et au Princeton Theological Seminary dans l'Etat du New-Jersey aux Etats-Unis. Il est connu du public français, surtout par ses deux ouvrages "La Mort de Dieu" (1962) et "La Condition de Dieu" (1970).


Il dira de son livre « Dieu anonyme » : « J'ai voulu montrer que, loin d'être réduite au statut de langue morte, la tradition biblique est encore et toujours en mesure de bouleverser pas mal d'idées reçues : celle d'un monde exténué qui brade son héritage par peur de l'avenir (comme dirait le juif) ou parce qu'il a perdu le sens de la mesure (comme dirait le Grec) ; mais aussi celles d'une Eglise si frileuse que - par conformisme intellectuel et moral - elle se sécularise dans une image d'elle-même qui la conduit à " l'éclatement ". L'Eglise a peur des mots plus que du monde. Mais dans cette peur des mots, c'est une Eglise en contradiction avec son propre fondement : avec la parole qui prend corps dans le monde pour en faire un monde nouveau.


- Je crois en Dieu, / le Tout Proche, / plus que l’homme ne l’est de lui-même / et que le ciel ne l’est de la terre.
- Je crois en Jésus-Christ, / en qui l’homme est la condition même de Dieu, / plus que l’homme ne l’est de lui-même / et que l’absolu ne n’est du divin.
Arrhes et vertu de l’Esprit, / il est natif de l’humain.
Crucifié et mort sous Ponce Pilate, / il accepte la mort mieux que nous n’acceptons la vie, / et nous fait don de sa vie au lieu d’en mourir.
Et il vit.
Il vit là où, / événement de Dieu, l’Autre radical, / l’homme est à portée de l’homme.
Face humaine de Dieu, seule espérance des vivants et des morts, / il vient pour libérer l’homme de ses idoles / et lui rendre un visage divin.
- Je crois en l’Esprit Saint, / le Vivant, / en qui faisant corps avec nous mêmes / nous sommes agrégés au Corps du Christ.
- Je crois en l’Eglise, / prolepse (*) du Dieu qui vient et renouveau du monde ; / l’homme, / prolepse de l’homme nouveau et avent du Dieu qui règne.
(*) prolepse = figure de rhétorique par lequel on prévient une objection en la réfutant d'avance.


Le pasteur Michel Jas se souvient, alors qu’il était en poste à Toulouse avec ses collègues Richard Bennahmias et Wener Burki, avoir fait réciter ce credo par les fidèles réunis au temple du Salin. Dans ce livre de G. Vahanian, il avait particulièrement apprécié le paragraphe sur « La condition humaine : Dieu tout en tous » (p.89-91) et celui intitulé « par delà l’Un et le multiple / Dieu » (p. 99-100) – confidence sur sa page personnelle de Facebook le 7 mai 2012. Depuis, il a utilisé une version courte et aménagée de ce credo lors de son ministère pastoral à Nîmes et Montpellier, et maintenant dans l’Aude, credo qu’il dit préférer au Symbole dit des Apôtres :


Je crois en Dieu, le Tout Proche, / plus que l’homme ne l’est de lui même / et que le ciel ne l’est de la terre.
Je crois en Jésus-Christ, face divine de l’homme et face humaine de Dieu, / humble, souffrante, crucifiée.
Il accepta la mort mieux que nous acceptons la vie.
Il est ressuscité.
Il vient pour libérer l’homme de ses idoles, et nous donne sa paix.
Je crois en l’Esprit-Saint, / qui nous unis au Christ dans le monde de Dieu / ici et maintenant : événement de l’Eglise, / dans la Foi, l’Espérance et l’Amour. Amen


Toujours sur sa page personnelle de Facebook, Michel Jas avance qu’une confession encore plus libérale (au sens théologique évidemment) et beaucoup plus simple serait de dire avec Charles Wagner : «  Je ne sais rien mais j'espère tout » !

 

Cette page a été traduite en italien par Giacomo Tessaro et mise en ligne sur le site de la Congregazione italiana cristiano unitariana (CICU) le 9 mai 2012 (lien).

Repost 0
Published by d'après Michel Jas - dans nos credos personnels
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 16:27

par Jean-Claude Barbier, septembre 2003 publié dans les Libres propos du bulletin n° 48, de la Correspondance unitarienne d'octobre 2005, mis en ligne sur le site Profils de Libertés ( lien)


Dieu, créateur du monde, qui nous a donné la vie,
Il n’est pas fait de la main des hommes et n'est pas le fruit de leur imagination
Il n’appartient à personne, que ce soient les juifs, les chrétiens, les musulmans ou les païens
Il est au-dessus de nos pratiques magiques ou religieuses.
Ne le mêlons pas à nos opportunités ;

ne lui demandons pas de réaliser, à notre place, ce que nous avons à faire.
Il EST pour tous les vivants,

Unique et Universel.
Nous lui adressons nos louanges, à lui seul s'adressent nos cultes.

 

photo.gifJésus est né à Nazareth, de Joseph et de Marie, disent les évangiles
Il est de la coutume juive.
Il a vécu sa tradition avec intelligence et sagesse,
sachant éviter les pratiques rituelles excessives et le tribalisme.
Il a annoncé le royaume de Dieu pour nous tous.
Comme seules conditions : la foi et l’amour du prochain.
Ses disciples ont témoigné qu'il avait agi comme oint d’Israël
Il a été crucifié par les Romains.
Sa pensée n’est la propriété de personne,
en sa compagnie nous nous sentons plus proches de Dieu

 

Le baptême chrétien nous invite à renoncer à nos péchés, mais non à notre culture.
Chacun est convié au repas des disciples de Jésus, sans aucune exclusive, d’âge, de sexe, de rang social, de culture ou de religion.

Pratiquons aussi le lavement des pieds selon son appel pour que nous soyons serviteurs les uns des autres.

 

Nous sommes disciples de Jésus car nous l’aimons,
nous aimons nos frères et sœurs du monde entier comme il nous l’a demandé.
Nous devons régler nos conflits sans nulle haine.
Nous pratiquons son enseignement.
Avec lui, nous vivons notre coutume avec sagesse.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans nos credos personnels
commenter cet article
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 03:00

Cette prière - qui est un credo - nous a été transmise par Philippe De Briey, un ami belge du réseau de la Correspondance unitarienne. Elle correspond bien à la relecture du credo qui se fait actuellement dans les milieux catholiques réformateurs qui pratiquent la célébration libre.

 

avent06_12.jpgJe mets ma confiance en Jésus de Nazareth, cet homme admirable qui avait de la compassion pour ceux qui n’en pouvaient plus, il guérissait les malades, il délivrait les personnes de leurs démons intérieurs, il réintégrait les exclus, il rendait à chacun confiance et dignité. Par sa parole et par l’engagement de toute sa vie, il révélait le visage de Dieu, il annonçait son Règne et commençait à lui donner corps.


Il s’est heurté aux intérêts des puissants, à l’orgueil de ceux qui se prétendaient justes, mais il n’a pas voulu abandonner, ni la mission qu’il recevait du Père, ni ceux qui lui faisaient confiance. Les autorités de son peuple l’ont condamné, et il est mort crucifié, en solidarité avec toutes les victimes de l’injustice et de la violence.


Dieu ne l’a pas abandonné. Au-delà de la mort, ses disciples ont fait l’expérience de sa présence invisible, ils ont compris qu’il était de Dieu d’une manière unique, et j’attends, avec eux, le jour de son retour glorieux.

 

Je mets ma confiance en ce Dieu que Jésus a révélé. Il l’appelait « Père », et nous a appris à le prier à notre tour en l’appelant notre « Père ». Dieu généreux, il fait luire le soleil sur les justes et les injustes et offre à tous le bonheur du Royaume. Dieu de l’Alliance, il nous invite à vivre en communion avec Lui et avec tous nos frères humains.


Je mets ma confiance dans l’Esprit Saint, que Jésus nous a promis. C’est le Souffle du Créateur, c’est le Feu d’amour qui animait Jésus, c’est la Force intérieure qui nous apprend à vivre les uns pour les autres avec respect et souci du service mutuel.


Je mets ma confiance dans une Eglise qui rassemble tous les disciples de Jésus en une multitude de communautés de toutes les couleurs.Animée par cet Esprit qu’elle a reçu du Père et du Fils, elle est appelée à porter l’Evangile libérateur comme avenir de l’Humanité, et à vivre déjà, autant qu’elle le peut, l’utopie du Royaume.

 

Cette page a été traduite en italien par Giacomo Tessaro et mise en ligne le 9 mai 2012 sur le site de la Congregazione italiana cristiano unitariana (CICU), lien.

Repost 0
Published by transmis par Philippe De Briey - dans nos credos personnels
commenter cet article
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 18:20

Je relisais le Chémâ Israël hier soir et je me disais que c'est une prière qui convient bien aux unitariens. Etant ado, après l'avoir lue au cathé (réformé), j'aimais bien la dire. Une ancienne colocataire, aujourd'hui pasteur, aimait bien la dire en hébreux. J'imagine que nos amis unitariens norvégiens la disent aussi puisqu'ils sont judaïsants. La dites-vous ?

1 Écoute, Israël *, l'Éternel, notre Dieu,
l'Éternel est UN.
* pour le chrétien, c'est désormais l'Eglise
2 Béni soit à jamais le nom de Son règne glorieux.
3 Tu aimeras l'Éternel ton Dieu, de tout ton cœur,
de toute ton âme et de tous tes moyens
4 Que les commandements * que je te prescris aujourd'hui 
* au sens des 10 commandements
5 tu les inculqueras à tes enfants, tu en parleras constamment,
dans ta maison ou en voyage, en te couchant et en te levant.
6 Attache les en signe sur ta main,
et porte les comme un fronteau entre tes yeux.
7 Écris-les sur les poteaux de ta maison et sur tes portes.

Pour information, voir l'encyclopédie wikipedia

Le logo, à droite, est celui de l'Unitarian Universalists for Jewish Awareness, une association américaine (Etats-Unis)

message envoyé au Groupe sur Yahoo "Unitariens francophones", le 29 janvier 09, par Pascal Acker.

Jean-Charles Sikner - Il y a 17 ans environ, je l'ai même chanté au sein des Choeurs de l'Orchestre National de Lyon, à l'occasion de l'oratorio "Le survivant de Varsovie" de Arnold Schönberg *. Le texte était en hébreu, mais la musique en était dodécaphonique et la prononciation "aschkénaze". J'en ai été bouleversé. Le mot est trop faible. Traversé de part en part. Une force plus terrible que la psalmodie traditionnelle.
* reproduit par You Tube

A l'époque il y avait les dimanches matin sur France Culture une émission appelée "Ecoute Israël", qui a été remplacée par "Maison d'études". Je me suis tout de suite plongé dans mes bibles... Et je l'ai médité pour mon existence et celles de mon entourage familial, dans le contexte des génocides... Oui, je vous conseille de l'écouter dans l'orchestration de Schönberg, puis de le méditer bible en main. Un conseil : oubliez absolument tout ce que vous savez de la musique occidentale.

Repost 0
Published by Pascal Acker - dans nos credos personnels
commenter cet article