Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

Jean-Claude Barbier, membre permanent du conseil d'administration de l'AFCU, adresse

Archives

18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 10:56

chrétiens unitariens, unitariens chrétiens, unitariens-universalistes chrétiens


Jusqu’à la fin du XIX° siècle, avant que les congrégations unitariennes américaines ne décident l’ouverture de leurs assemblées à des non croyants, agnostiques voire athées, tous les unitariens étaient chrétiens et c’eusse été un parfait pléonasme que de préciser qu’ils l’étaient. Dire " chrétiens unitariens " aurait été une insistance inutile comme si l’on avait dit " chrétiens catholiques " alors que chacun sait que tous les catholiques sont chrétiens !
 


En Europe, dans le courant du XX°, déjà dans les années 20 à Prague, puis plus tard en Allemagne, des communautés protestantes libérales glissent vers l’unitarisme puis, finalement, adoptent la même ouverture à des non chrétiens que les unitariens américains. A Prague, en 1923, le révérend Norbert Capek met en place le festival des fleurs qui, sans être un substitut de la communion chrétienne, permet à tout un chacun de se sentir relier par un rituel commun (voir notre rubrique sur la cérémonie des fleurs). Dans les années 50, pour la Grande-Bretagne, la General Assembly of Unitarian and Free Christian Churches décide elle aussi d’adopter le modèle américain non seulement de l’ouverture aux non-croyants mais aussi des autres croyants.


Est-ce là une façon de lutter contre la déchristianisation qui touche les Eglises en ouvrant celle-ci à d’autres ? Mais ne courre-t-on pas par là le risque que les chrétiens attachés à leurs propres cérémonies et rituels, et ne voulant pas diluer leur christianisme par une approche d’emblée universelle gommant les particularités, partent vers d’autres Eglises ? Quoi qu’il en soit, les effectifs diminuent présentement d’une façon très sensible en Grande-Bretagne et en Allemagne.


chrétiens unitariens


Valea--Jobbagyfalva--r--ception-chez-Sandor-Szilard-jeune-homme----la-cravate.JPGle révérend Sandor Szilard, de l'Eglise unitarienne de transylvanie, ministre du culte à Jobbagyfalva-Nyaradszereda, avec un jeune de sa paroisse arborant fièrement le blason de son Eglise brodé sur sa cravate. 


Photo Jean-Claude Barbier, juillet 2005



A partir des années 90, des unitariens réagissent contre ce qu’ils pensent être une dérive de l’unitarisme. 


Ils affirment leur fidélité à l’histoire et à la tradition unitarienne du XVI° siècle, représentée par l’Eglise unitarienne de Transylvanie et celle de Hongrie (qui en est le doublon par immigration de la première à partir de la fin du XIX° siècle). 


L’Eglise de Norvège, puis maintenant celle de Suède, se rattachent directement à ces Eglises . 


Bien entendu, toutes ces Eglises n'ont nullement besoin de préciser qu'elles sont chrétiennes puisqu'elles se rattachent à une tradition qui l'est par définition. D'ailleurs, le mot Eglise désigne, sauf utilisation abusive par certaines sectes comme la Scientologie, une communauté chrétienne.


Il n'en est plus de même pour les associations qui sont bien obligées de se dirent "chrétiennes" afin d'éviter toute équivoque, le terme unitarien étant devenu pluraliste. Des associations de dénomination " chrétiennes unitariennes " se sont ainsi constituées en Grande-Bretagne, en France, en Italie et en Afrique francophone (Burundi et Congo Brazzaville).
 

Les chrétiens unitariens sont tout simplement des chrétiens (à part entière) qui sont de théologie unitarienne (non trinitaire, non dogmatique et libérale). Ils travaillent tout naturellement avec les autres chrétiens libéraux, des mouvances protestantes et catholiques libres.


En août 2007, le Manifeste d’Avignon prend acte de cette identité (à traduire dans les dénominations et dans les statuts associatifs pour éviter toute dérive) et encourage les chrétiens unitariens à participer sans complexe en tant que tels au niveau européen, au sein de l’European Liberal Protestant Network (ELPN) et international, au sein de l’International Council of Unitarians and Universalists (ICUU). Mais il met en garde contre l’ouverture des assemblées qui risqueraient de devenir alors très vite des " auberges espagnoles ". 


Une autre alternative est préférable : celle d’encourager à la formation d’autres associations unitariennes qui puissent accueillir des unitariens non-chrétiens et avec lesquelles des activités communes peuvent être menées conjointement en toute fraternité.


unitariens chrétiens


Les deux termes sont maintenus, mais dès lors d’une façon distincte. Le pléonasme précédent s’est scindé en deux fidélités, d’abord celle de la tradition unitarienne, et ensuite, mise en seconde, celle au christianisme. Cela peut se comprendre ainsi : je suis de foi unitarienne et de provenance et/ou de culture chrétienne. On voit que, dans ce cas, c’est le vécu unitarien contemporain qui prime.


Attention ! La langue anglaise inverse les termes : " unitarian Christians " pour les chrétiens unitariens, " christian Unitarians " dans le second cas.


unitariens-universalistes chrétiens


Aux Etats-Unis, en réaction contre le Manifeste des humanistes de 1933 qui, au sein de la mouvance unitarienne américaine élargie, affirmait la légitimité de ne plus croire en Dieu et le rejet de la prière et du culte, des unitariens ont fondé, mais sans esprit de dissidence, l’Unitarian Christian Fellowship afin de promouvoir le christianisme au sein de l’unitarisme américain. Cette association est devenue dénominationnellement " unitarienne-universaliste " au lendemain de la fusion en 1961 des congrégations américaines et de l’Eglise universaliste d’Amérique. Elle publie une revue de qualité. Par ailleurs, plus récemment, le réseau Magi Network encourage à la fondation de nouvelles communautés chrétiennes dénommées " Epiphany Church ".


Des unitariens américains et quelques congrégations prennent leur distance par rapport à l’importante Unitarian Universalist Association (UUA) of Congregations et, en 2001, franchissent le pas de la dissidence en fondant l’American unitarian Conference (AUC). Celle-ci entend restée fidèle à l’unitarisme de William Ellery Channing. Elle est restée très minoritaire.


A noter que nombre de congrégations unitariennes américaines, surtout en Nouvelle Angleterre qui fut le berceau de l’unitarisme américain, demeurent de tradition chrétienne libérale et que les apports non chrétiens ne modifient guère les prédications qui se font très souvent à partir de textes bibliques. A Boston même, les congrégations unitariennes ont maintenu leur credo chrétien d’origine et leur liturgie anglicane. La célèbre King'Chapel se présente comme "America's First Unitarian Christian Church (Boston, Massachussetts)".   13% de la mouvance unitarienne-universaliste des Etats-Unis continue à se dire chrétienne.


Pour en savoir plus sur le christianisme unitarien aux Etats-Unis :

http://www.kings-chapel.org/
http://www.uuchristian.org/
http://members.tripod.com/magi_network/
http://americanunitarian.org

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans le vocabulaire religieux
commenter cet article

commentaires