Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contacts

Jean-Claude Barbier, membre permanent du conseil d'administration de l'AFCU, adresse

Archives

6 septembre 2007 4 06 /09 /septembre /2007 01:38

" Pour que l’unitarisme garde toute sa place parmi les chrétiens du monde entier "

Manifeste d’Avignon, le 17 août 2007, de la part des associations chrétiennes unitariennes  britannique, française, italienne, burundaise et congolaise

 

 

Depuis les années 1990, les associations de chrétiens unitariens se multiplient : l’Unitarian Christian Association (UCA, fondée en 1991), l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU, 1996), l’Assemblée des chrétiens unitariens du Burundi (ACUB, 2002), la Congregazione italiana cristiano unitariana (CICU, 2004), et l’Assemblée des chrétiens unitariens du Congo (ACUC 2004). Elles contribuent à l’expansion de l’unitarisme dans des pays où cette tradition n’existait pas. Les quatre dernières d’entre elles ont été reconnues " groupe émergent " par le Conseil international des unitariens et des universalistes (ICUU) en avril 2006.

 

Ce manifeste n’est pas un credo ni une confession de foi, mais le résultat d’une réflexion afin de positionner ces associations nouvelles, d’une part, par rapport aux Eglises et aux congrégations historiques qui existent en Transylvanie, Hongrie, Grande-Bretagne et Etats-Unis et, d’autre part, par rapport à l’unitarisme-universalisme, qui se présente comme une nouvelle religion détachée de ses racines chrétiennes.

 

Un tel positionnement se fait d’une façon positive et constructive, complémentaire aux formes déjà existantes de l’unitarisme ; en aucune façon il n’est une opposition. Mais il se veut une explication claire et nette afin d’éviter les présentations floues, évasives, voire ambiguës. La diversité de l’unitarisme contemporain est une richesse dont nous sommes parfaitement conscients ; elle ne doit en aucune façon être une confusion ou donner l’impression d’une théologie laxiste, sans points de repère.

 

Né du courant anti-trinitaire au sein des réformes protestantes au XVI° siècle, l’unitarisme est un mouvement d’origine chrétienne caractérisé par :

- une théologie monothéiste radicale (Dieu Un) qui implique le rejet du dogme de la Trinité et de celui de l’Incarnation ; même si nous pensons que Jésus est pleinement habité par Dieu comme nous sommes tous invités à l’être, Jésus est un homme comme un autre.

-  l’enseignement de Jésus tel qu’il nous est transmis par les évangiles, les autres textes du Nouveau testament, et les apports de certains évangiles apocryphes comme par exemple celui de Thomas,

- une acceptation de la raison et des progrès scientifiques, notamment l’exégèse moderne et l’archéologie du 1er siècle qui nous permettent de mieux comprendre qui fut Jésus réellement,

- l’affirmation de la liberté de pensée et le rejet de tout dogme obligatoire,

- le mode d’organisation épiscopalien sous une forme presbytérale-synodale, congrégationaliste ou encore associatif qui fait que chaque Eglise ou communauté locale est libre de ses orientations et des relations qu’elle établit avec d’autres communautés.
 

Les chrétiens unitariens affirment leur solidarité vis-à-vis de leurs Eglises historiques qui ont maintenu cette foi. Elles ont notamment la plus grande révérence vis-à-vis des Eglises hungarophones qui, pour eux, sont premières dans l’ordre de la considération au sens où l’entendait, à propos des Juifs, Paul dans son épître aux Romains (chap. I, 16) et Jean de Patmos dans l’Apocalypse (chap. VII, 4-9). Ce profond respect en regard de leur ancienneté est volontaire et filial ; il n’est nullement une subordination ni un devoir d’obéissance ; ces Eglises historiques ne donnant d’ailleurs aucun ordre.

 

Le culte chrétien ne se limite pas à des discours (des sermons, des prédications, des méditations, etc.), même s’ils sont très intéressants et fort éloquents. Ce culte n’est pas une conférence, ni un club de discussion. L’assemblée s’adresse à Dieu (ou autre appellation équivalente). Elle le loue en tant que Créateur de ce monde ; elle le remercie pour la vie qu’il nous a donnée ; c’est le sens du Thanksgiving.

 

Le culte chrétien est aussi l’occasion de reproduire les gestes bien précis que fit Jésus, qui font sens pour notre foi et qui ont été repris par notre tradition : au moins le baptême et le partage du pain et du vin (en anglais le Lord’supper), auxquels on pourrait ajouter les gestes historiques que sont également le lavement des pieds, l’onction avec de l’huile, l’imposition des mains, etc. Le seul allumage d’une bougie ne saurait remplacer ces rituels. Nous n’avons pas à affadir nos cérémonies, ni à les diluer dans de l’eau, sous le prétexte de les rendre accessibles au plus grand nombre ou à les moderniser.

 

Dieu nous ayant déjà donné la vie et toute sa grâce, nous ne pensons pas que ces gestes soient des sacrements qui nous donneraient des gratifications supplémentaires. Ces gestes nous relient tout simplement à notre maître spirituel, Jésus, que nous aimons et à qui nous voulons être fidèles. Ils fondent une fraternité entre nous et nous invitent à aimer tous les hommes.

 

Au-delà de ces rites chrétiens, c’est bien entendu à chaque communauté de trouver les modes d’expression spirituelle qui lui conviennent.

 

Lorsque les chrétiens unitariens se retrouvent au sein d’une assemblée composite (en anglais : multi-faith), où il y a d’autres croyants, des agnostiques et des non-croyants pour qui les rituels chrétiens ne font plus sens, ils peuvent alors inviter au partage des traditions spirituelles de ceux qui sont présents. Dans ce cas, chacun peut présenter ce qui fait sens pour lui ; aux chrétiens qui sont présents d’apporter le pain et le vin en leur donnant le sens qui est dit dans la Didachée : le fruit de la terre et du travail des hommes.

 

Ils peuvent également proposer la cérémonie des fleurs telle qu’elle a été mise au point par le révérend tchèque Norbert Capek en 1923, ainsi que l’allumage de la flamme de notre calice (en expliquant sa signification historique, à savoir un signe de liberté et de résistance dans le contexte du nazisme).

 

L’unitarisme dispose d’une théologie, d’une histoire, d’une tradition à la fois spirituelle et culturelle, de rituels qui lui sont propres (le calice à la flamme, la cérémonie des fleurs). Nous en sommes extrêmement fiers et nous n’avons aucune raison d’abandonner le champs du christianisme qui a vu naître notre mouvement. Au contraire, nous avons à collaborer avec tous les autres chrétiens qui le souhaitent pour construire un christianisme moderne, d’esprit libéral, plus fidèle à ses origines. En ce sens, nous lançons un appel pressant pour que les chrétiens unitariens européens participent activement, en tant que tels, au Réseau européen des protestants libéraux (ELPN).

 

En réaffirmant un monothéisme radical (Dieu Un), le christianisme unitarien permet d’établir des relations de continuité théologique avec le judaïsme et l’islam. L’obstacle majeur au dialogue inter-religieux avec ces religions réside en effet en la divinisation de Jésus.

 

Au XX° siècle, des congrégations unitariennes ont décidé de ne plus faire de la foi chrétienne (Dieu Un et référence à l’enseignement de Jésus) un préalable à la cooptation de nouveaux membres. Des assemblées sont ainsi devenues, progressivement, hétérogènes (multi-faith). C’est pourquoi, les unitariens qui entendent rester fidèles à leur tradition d’origine se disent " chrétiens unitariens ". Auparavant, cette appellation était un pléonasme puisque tous les unitariens étaient chrétiens. Afin de lever toute ambiguïté sur notre foi, c’est cette appellation, que nous recommandons expressément pour sa clarté.

 

L’unitarisme-universalisme se présente comme une nouvelle religion qui a tout son intérêt par son approche d’emblée universelle du fait religieux. Nous partageons avec lui beaucoup de choses, notamment la première partie de notre histoire (jusqu’au penseur américain William Ellery Channing), notre référence à Michel Servet (son œuvre et son martyre), notre solidarité avec l’Eglise unitarienne de Transylvanie, les rituels unitariens que sont la cérémonie des fleurs et le calice à la flamme, notre conception libérale de la religion chrétienne et des autres corpus religieux, etc. Nous avons à établir des relations de partenariat, de solidarité et d’amitié, ce qui est déjà le cas au sein de l’International Council of Unitarians and Universalists (ICUU). La même attitude est à conseiller au niveau de chaque pays où existe une communauté UUiste.

 

L’ICUU a été fondé en 1995 à partir de trois familles spirituelles : l’unitarisme (englobant nos Eglises historiques et les associations de chrétiens unitariens), l’universalisme (à savoir la mouvance qui était celle de l’Eglise universaliste, laquelle fut une Eglise chrétienne aux Etats-Unis de 1779 à 1961), enfin l’unitarisme-universalisme (né en 1961 de la fusion entre les congrégations unitariennes américaines et cette Eglise universaliste). Les chrétiens unitariens, avec les Eglises historiques restées fidèles à l’origine de l’unitarisme au XVI°, forment une composante importante de cet ensemble et entendent garder leur propre identité. C’est la condition d’un dialogue respectueux des autres et d’échanges fructueux, loin de toute fusion ou dilution, loin de toute confusion et ambiguïté, loin aussi de tout impérialisme culturel et religieux. En ce sens, nous précisons que l’ICUU s’écrit avec un " and " (Unitarians and Universalists), et non pas avec un trait d’union (en français), ni avec une astérisque.

 

L’ICUU est un espace de rencontre tout à fait approprié et les chrétiens unitariens entendent y participer en toute loyauté. Ce serait une erreur d’envisager une instance internationale séparée qui serait réservée aux seuls chrétiens unitariens. De même, toutes nos activités sont ouvertes à tous les unitariens de toutes les sensibilités.

 

Puisque l’ELPN existe depuis 1998, les chrétiens unitariens européens entendent mettre à profit ce réseau pour mieux se concerter et se rencontrer, ceci en relation étroite avec leurs amis protestants libéraux.

 

Nous souhaitons que tous les croyants et humanistes du monde entier participent à l’avènement de sociétés inter-convictionnelles où règnent la liberté de conscience et non la pensée unique, la complémentarité des engagements de chacun et non les rapports de force, la laïcité et la démocratie qui sont nécessaires au dialogue loin de tout fanatisme, le respect de la vie et de notre environnement afin de transmettre un monde meilleur aux générations futures. Pour nous, chrétiens unitariens, nous avons la joie de contribuer à une Création, faite par Dieu à l’origine des temps, toujours en expansion, allant vers plus de progrès, plus de solidarité, et porteuse d’intelligence et d’amour.

Avignon-by-night--samedi-18-ao--t-07--le-gerfaut--oiseau-embl--matique-d-Avignon--r--duction-50-.JPGsur le blason de la ville d'Avignon, deux gerfauts tiennent les trois clefs de la cité. Photo J.-C. Barbier, mosaïque du pavement de la place de l'Horloge.

Ce manifeste a été publié par la Correspondance unitarienne dans son bulletin du mois de septembre 07, n° 71, mis en ligne sur le site "Profils de libertés". 

Une version en italien a été publié par le site "Unitariani" de la Congregazione italiana cristiano unitariana (CICU), ainsi qu'une version en anglais qui sera publiée par la revue bimestrielle The Herald de l'Unitarian Christian Association (UCA).

Ce document a été signé par les associations chrétiennes unitariennes de Grande-Bretagne (UCA), de l'Italie (CICU), de France, Belgique francophone et Suisse romande (AFCU), du Burundi (ACUB), du Congo (ACUC), du Congo RDC (Lisanga ya bandimi na Nzambe), du Togo (ACUT) ; enfin par des personnes individuelles, Jean Monod (France), la pasteur Maurisa Brown Latham (Etat-Unis, Unitarian Ministries). Il a été traduit en norvégien par le Knut Heidelberg (pasteur de l'Eglise unitarienne de Norvège) et en espagnol  par Mariano Salguero de la Iglesia Cristiana Unitaria de Argentina.

Pour tous ceux qui souhaitent signer ce manifeste, vous pouvez envoyer vos coordonnées à Jean-Claude Barbier, courriel 

Le site de l'AFCU a ouvert une rubrique "Le manifeste d'Avignon" où vous pourrez trouver les conditions d'élaboration de ce manifeste.

Repost 0
28 août 2007 2 28 /08 /août /2007 20:14

main-dans-la-main.JPG



références Internet :

ELPN : http://www.liberalprotestants.net
AFCU : http://afcu.over-blog.org
Actualités unitariennes : http://actua.unitariennes.over-blog.com
La Besace des unitariens : http://labesacedesunitariens.over-blog.com



Présentation de l'ELPN


Présentation générale

Sur le site de l’AFCU, rubrique " ELPN " : présentation de l’ELPN, historique, liste des fondateurs, rencontres qui ont été organisées, etc. (lundi 16 avril 07)



Actualités du réseau  
 

Hommage à Péronne Boddaert (avril-mai 07)

Dans les Actualités unitariennes, rubrique " les protestantismes " : hommage à Peronne Boddaert de l’Eglise remonstrante des Pays-Bas (Jean-Claude Barbier, lundi 16 avril 07) ; dernier hommage à Peronne Boddaert rendu par David Steers, Jean-Claude Cantieni, Fulgence Ndagijimana, Willy Fautré, Roger Dewandeler, Erika Orban, Wytske Dijkska, Roberto Rosso, Andrew James Brown et Sandor Szilard (mercredi 2 mai 2007) 


Les presbytériens non-souscrivants d'Irlande et l'Unitarian Christian Association (UCA) établissent une coopération très étroite, juin 2007

Information donnée par The Herald, "the Journal of the Unitarian Christian Association", n° 65, Summer (été) 2007. " NSPCI and UCA "have, together, restored and important historical link that existed until recently between our respective church traditions" (Rvd. Andrew James Brown, "Leading Article", p. 1).

Voir cette information dans nos Actualités unitariennes du mercredi 29 août : "Lorsque les presbytériens non-souscrivants d'Irlande préfèrent les chrétiens unitariens".

Les chrétiens unitariens d'Europe et d'Afrique apportent leur soutien à l'ELPN : le manifeste d'Avignon, 17 août 07

Voir le texte et le contexte de son élaboration sur le site de l'AFCU, rubrique "le manifeste d'Avignon"
 


Le 3ème rassemblement oecuménique européen à Sibiu (4 au 6 sept. 07)

Voir un point de vue dans les Actualités unitariennes du 11 septembre 07, rubrique "Les protestantismes" : "A Sibiu, au 3ème rassemblement œcuménique européen, les protestants ont, pour un plat de lentilles, vendus leur aile libérale".
 

Le réseau européen des " Droits humains sans frontières " 

l’European Network for Religious Tolerance and Non-Discrimination (HRWF) / Human Rights Without Frontiers, Int.,
 

Mise en garde contre ce réseau où nous trouvons les adeptes de Moon, de Raël, etc.. Voir nos Actualités unitariennes du 20 septembre 07 : " mais il est partout ! le réseau européen de l’HRWF ou le révérend Moon à la rescousse de la liberté religieuse "

La rencontre d'Utrecht, 26 octobre 07

Rencontre entre Français et Néerlandais à l'initiative du mouvement Tochtgenoten et de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitraiens (AFCU) afin de relancer le réseau. Voir le message du samedi 8 décembre 07 sur le site de l'AFCU.

La conférence de Belfast, 24-27 juillet 08 " Religions et croyances dans l’espace public "

Dans les Actualités unitariennes, rubrique " Les protestantismes " : Rendez-vous à Belfast maintenant que la paix y règne : une initiative européenne de l’IARF et de l’ELPN (samedi 21 juillet 07). Vous y trouverez de premières informations sur les routes terrestres, maritimes et aériennes qui mènent à Belfast (cliquer sur la référence de l'article). 

 

à propos des organisations qui invitent leurs membres à participer au réseau


Remonstrant Brotherhood (Pays-Bas) / la Fraternité des remonstrants

Sur le site de l’AFCU : l’Eglise remonstrante des Pays-Bas, reproduction d’un article de Jean-Claude Barbier " présentation des remonstrants francophones " par Jean-Claude Barbier, mis en ligne sur le site de l’ELPN en 2005 (lundi 16 avril 07) ; la confession de foi remonstrante de 2006 (mardi 28 août 07).

Dans La Besace des unitariens : sociniens et remonstrants (samedi 21 avril 07)

Evangile et Liberté, août-septembre 2007, n° 211 : Confession de foi Remonstrante de 2006 (p. 8) ; Les Remonstrants par André Gounelle (p. 19) 

 Non-Subscribing Presbyterian Church of Ireland (NSPCI)

Sur le site de l’AFCU : les presbytériens " Non-Subscribings " d’Irlande, texte de David Steers traduit par Robert Serre (lundi 16 avril 07) ; la liste de leurs congrégations (lundi 20 août 07).

Dans les Actualités unitariennes : "Lorsque les presbytériens non-souscrivants d'Irlande préfèrent les chrétiens unitariens" (mercredi 29 août 07).

 Unitarian Christian Association (UCA)

Sur le site de l’AFCU : présentation de l’UCA (lundi 20 août 07). 

Voir aussi dans les Actualités unitariennes du 13 février 07 : "Les unitariens britanniques sont-ils post-chrétiens ?" 
 

Repost 0
Published by AFCU - dans ELPN (Europe)
commenter cet article
28 août 2007 2 28 /08 /août /2007 18:30
Voilà ce que nous pensons et croyons.

Notre paix ne réside pas dans la certitude de nos formulations, mais dans l’émerveillement devant ce qui nous arrive et nous est donné.

Notre destinée ne réside pas dans l’indifférence et l’avidité, mais dans la vigilance et la solidarité à l’égard de tout ce qui vit.

L’accomplissement de notre existence ne vient pas de ce que nous sommes et de ce que nous possédons, mais de ce qui dépasse infiniment nos capacités de compréhension.

Conduits par ces convictions, nous croyons en l’Esprit de Dieu. Il surmonte ce qui divise les gens, il les attirent vers ce qui est sain et bon, pour qu’ils louent et servent Dieu, en chantant et en faisant silence, en priant et en agissant.

Nous croyons en Jésus, un homme empli de l’Esprit. Il est le visage de Dieu qui nous regarde et nous remue. Il a aimé les êtres humains et il a été crucifié. Mais il vit au-delà de sa propre mort et de notre mort. Il est, pour nous, un exemple béni de sagesse et de courage. Il rapproche de nous l’amour éternel de Dieu.

Nous croyons en Dieu, l’Eternel. Il est amour insondable, le fondement de notre existence. Il nous montre le chemin de la liberté et de la justice, et nous appel à un avenir de paix.

Bien que faibles et vulnérables, nous nous croyons appelés, solidairement avec le Christ et avec tous ceux qui croient, à former une Eglise qui soit signe d’espérance.

Car nous croyons dans l’avenir de Dieu et du monde. La patience divine nous offre du temps pour vivre, pour mourir et pour ressusciter dans le royaume qui est et qui vient. Dieu y sera pour l’éternité tout en tous.

A Dieu soit la louange et l’honneur, dans le temps et dans l’éternité. Amen


Dordrecht--27-octobre-07----glise-des-Remonstrants---PA270967.JPGDocument paru dans Evangile et Liberté, août-septembre 2007, n° 211, p. 9, avec le commentaire suivant :

" Les Remonstrants veulent une Eglise dans laquelle on admet une diversité d’opinions. Ils ne s’opposent pas aux credo en tant que tels ; ils sont d’utiles " poteaux indicateurs ", mais ils refusent l’usage tyrannique qui en est fait quand on les utilise comme des armes pour condamner les autres.

Dans cet esprit, la Fraternité des Remonstrants a adopté une nouvelle confession lors de son assemblée générale du 10 juin 2006. L’introduction précise qu’aucune confession n’est indispensable et que, comme l’indique la Confession de 1621, il s’agit " avec prudence et amour d’indiquer une route ".

église remonstrante de Dordrecht (Hollande), photo Jean-Claude Barbier

Repost 0
Published by d'après Evangile et Liberté - dans ELPN (Europe)
commenter cet article
20 août 2007 1 20 /08 /août /2007 21:31
Non-Subscribing Presbyterian Church of Ireland, http://www.nspresbyterian.org 

voir la présentation historique de cette Eglise partenaire dans notre message du 16 avril 2007.




liste des congrégations
 (pour l’Ulster, une carte du site des NSPI en donne la localisation) :
 

Presbytary of Antrim (Ulster) :

Antrim (First / Old Presbyterian Congregation), Ballycarry (Old Presbyterian Church), Ballyclare (Old Presbyterian Church), Ballymoney (NSP Congregation), Belfast (All Souls), Belfast (First Presbyterian Church), Cairncastle (Old Presbyterian Church), Crumlin (Old Presbyterian Church), Downpatrick (First Presbyterian Church), Dunmurry (First Presbyterian Church), Glenarm (Old Presbyterian Church), Greyabbey (First NS Presbyterian Church), Holywood (First NS Presbyterian Church), Larne & Kilwaughter (Old Presbyterian Church), Newtownards (NS Presbyterian Church), Raloo (NS Presbyterian Church), Templepatrick (Old Presbyterian Church). 

Presbytary of Bangor (Ulster) :

Ballee (NS Presbyterian Church), Ballyhemlin (Meeting House), Banbridge (First Presbyterian Church), Belfast (Mountpottinger NS Presbyterian Church), Clough (NS Presbyterian Church), Comber (NS Presbyterian Church), Dromore (First Presbyterian Church), Killinchy (NS Presbyterian Church), Moira (First NS Presbyterian Church), Moneyreagh (NS Presbyterian Church), Newry (First NS Presbyterian), Rademon (First Kilmore Church), Ravara (NS Presbyterian Church), Warrenpoint (First Presbyterian Church).

Synod of Munster (Irlande)

Cork (Unitarian Church), Dublin (Unitarian Church). 


Les presbytériens non-souscrivants d'Irlande sont en partenariat avec l'Unitarian Christian Association (UCA) et leurs congrégations font désormais partie de cette association.

Les chrétiens unitariens de l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) et de la Congregazione italiana cristiana unitariana (CICU) sont en relation avec les presbytériens non-souscrivants au sein du Réseau européen des protestants libéraux (ELPN).

Repost 0
Published by AFCU - dans ELPN (Europe)
commenter cet article
20 août 2007 1 20 /08 /août /2007 20:19

Suivant en cela le modèle américain, la General Assembly (GA) of Unitarian and Free Christian Churches a souhaité une ouverture des congrégations unitariennes aux autres croyants non chrétiens, aux agnostiques et aux athées en recherche spirituelle. Il s’ensuit des congrégations de plus en plus composites ("multifaith") où il devient difficile de louer Dieu, de prononcer même le nom de Dieu ou encore de pratiquer les rites chrétiens afin de ne pas gêner le voisin qui, lui, n’est pas forcément dans cette tradition là ! 

Voir notre article à la Une du bulletin de la Correspondance unitarienne n° 65, mars 2007 " Christianisme d’ouverture et post-christianisme : faut-il inviter les autres à faire partie de nos communautés chrétiennes ? ".

Le professeur protestant André Gounelle raconte comment, lors d’une réunion en Grande-Bretagne dans les années 90, l’évêque de l’Eglise unitarienne de Transylvanie dut intervenir en disant " permettez-moi au moins de parler de Dieu ! ".

Moyennant quoi, la GA a commencé à perdre sérieusement ses ouailles, les effectifs chutant de 6 000 à 4 000, le départ de certains chrétiens qui n'apprécient pas cet élargissement tout azimuth ne semblant pas être, pour l’instant, compensé par l’arrivée des autres ... 

Fondé en 1991 pour préserver et approfondir la tradition chrétienne au sein du mouvement unitarien, l’Unitarian Christian Association a toutefois accepté, après négociation, d’être membre de la GA en avril 2002. La GA (du bout des lèvres ?) ajouta dans ses objectifs "officiels" le maintien de la tradition chrétienne libérale ("the upholding of the liberal christian tradition").

L’association a un site de qualité (voir nos liens), publie une revue trimestrielle (The Herald, le 65ème n° en été 2007) diffusée sur papier et mise en ligne sur son site, tient des synodes annuels (le dernier en date : ce samedi 5 août à Great Yarmouth), a le soutien d’une quinzaine de congrégations britanniques (voir liste ci-dessous), vient de rétablir le compagnonnage historique entre les unitariens et la Non-Subscribing Presbyterian Church of Ireland (toujours inscrite statutairement à la GA mais qui n’y est plus très active), et a de nombreux membres individuels et de lecteurs du Herald.

Liste des congrégations qui sont membres de l’UCA : 


Londres--chapelle-unitarienne-de-Rosslynhill.jpg
La Chapelle de la colline de Rosslyn, à Londres, a adhéré à l'Unitarian Christian Association (UCA).



à Bolton (Halliwell Road Free Church), Cambridge (The memorial Church), Dean Row / Wilmslow (Dean Row Chapel), Dundee (Williamson Memorial Unitarian Christian Church), Failsworth (Dob Lane Chapel), Great Yarmouth (Old Meeting Unitarian), Hale Barns (Hale Chapel), Hyde (Flowery Field Church, Hyde Chapel), Knutsford (Brook Street Chapel), Leeds (Mill Hill Chapel), London / Brixton (Effra Road Chapel), London / Hampstead (Rosslyn Hill Chapel), Oxford (Manchester College Chapel Society), Padiham (Nazareth Chapel), Stalybridge (Stalybridge Unitarian Church). 

Soit 15 congrégations auxquelles sont venus s'ajouter les 33 congrégations de l'Eglise presbytérienne non-souscrivante d'Irlande (NSPCI) (voir la liste dans le message suivant).

Les chrétiens unitariens de l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens  (AFCU)(France, Belgique francophone et Suisse romande) et de la Congregazione italiana cristiana unitariana (CICU) sont en partenariat avec l’UCA et la NPCI au sein du Réseau européen des protestants libéraux (ELPN) (voir la rubrique " relations extérieures ").

Repost 0
Published by AFCU - dans ELPN (Europe)
commenter cet article
7 août 2007 2 07 /08 /août /2007 18:01

U---Etats-Unis--calice-sur-vitrail-3.jpgle calice des unitariens, vitrail unitarien-universaliste (Etats-Unis). L'unitarisme-universalisme (constitué en 1961 par fusion entre les congrégations unitariennes américaines et l'Eglise universasliste) est une composante importante de l'unitarisme contemporain.



Le projet de CUUF, qui est soumis à concertation, n’est ni unitaire, ni fédéral.

Il n’est pas unitaire car chaque membre reste entièrement souverain et indépendant, menant à sa guise ses propres activités et maintenant ses propres orientations. Il n’y aura donc pas fusion, ni dans le présent, ni dans le futur, et les identités des uns et des autres seront respectées. 

Ceci est très important au sein d’une mouvance unitarienne contemporaine qui s’est fortement diversifiée dans ses modes d’organisation et dans ses sensibilités philosophiques et théologiques : on ne peut pas mettre tous les unitariens au sein d’une même association ou d’une même congrégation religieuse sous risque d’implosion ! L’histoire de l’Association unitarienne francophone, unitaire de 1986 à 1996, ponctuée par des AG mouvementées, en a malheureusement témoigné.

Ce ne sera pas non plus une fédération qui ajouterait un échelon supérieur et aurait ses propres activités au nom de tous (et son budget en conséquence). Les activités resteront au niveau des membres. Nonobstant, il s’agira d’un lieu de rencontre et de coordination où les uns et les autres pourront élaborer, s’ils le veulent, des projets communs.

Instance minimaliste et de grande souplesse, le CUUF permettra de regrouper, au delà des seules associations disposant d’un statut, des groupes en gestation et des personnes actives dans une dynamique ouverte à tous et pratiquant la cooptation. Il n’y aura aucun exclus, hormis ceux qui boudent les autres ! 

Le mode de fonctionnement, privilégiant le consensus, fera que chacun se sentira à l’aise et non contraint d’endosser des décisions " majoritaires " qui seraient imposées par une association importante ou des alliances stratégiques.

Evidemment, cela ne pourra se faire qu’avec des volontaires et des participants qui acceptent la diversité au sein de l’unitarisme contemporain et qui font preuve de tolérance et d’inclusivité dans leurs relations extérieures.

Repost 0
Published by AFCU - dans CUUF (France)
commenter cet article
7 août 2007 2 07 /08 /août /2007 17:31

BienDansSesDrapeaux.gifcarte humoristique vendue aux éditions Carto-Breizh dans la série  "Bien dans leur (dra) peau".

L’International Council of Unitarians and Universalists demande aux unitariens de chaque pays de s’entendre entre eux pour mettre en place une représentation nationale, pays par pays. 

Bien que nos associations soient pour la plupart francophones, de statut ou de fait, le CUUF ne concernera donc que les unitariens français. A nous ensuite d’œuvrer pour qu’il y ait dans l’avenir une représentation de la Suisse et de la Belgique auprès de l’ICUU par les unitariens de ces pays. Nous les y aiderons.

La communauté unitarienne anglophone de Paris n’est pas concernée par ce projet puisqu’elle bénéficie d’une représentativité directe auprès de l’ICUU par le biais de l’European unitarian universalists (EUU, avec un pluriel à "universalists"). En fait, ils sont les seuls à bénéficier d’une double représentativité : directement par l’EUU et indirectement parce qu’ils sont affiliés à l’UUA américaine.

De ce statut des unitariens anglophones dans nos grandes villes de l’Europe (Paris, Genève, Amsterdam, villes d’Allemagne et de Belgique), il ressort qu’ils ne doivent pas s’ingérer dans les affaires intérieures des pays où ils résident en qualité d’étrangers. Il en est tout autrement des étrangers qui ont choisi de demeurer dans notre pays.

 

Repost 0
Published by AFCU - dans CUUF (France)
commenter cet article
3 août 2007 5 03 /08 /août /2007 12:56

bouquet-de-fleurs.JPGDes unitariens-universalistes américains parlent de ce rituel comme d’une "Flower Communion", laissant ainsi supposer qu’elle serait, pour tous, l’équivalent d’une communion (sous entendu) chrétienne et en prendrait le relais dans un esprit plus ouvert, universaliste. 

Nous avons déjà vu, à propos du calice des unitariens, comment nos amis américains, par manque de rigueur, avaient cette tendance à entretenir volontiers des ambiguïtés afin de satisfaire tout le monde. Cela ne peut guère aboutir à une théologie tant qu’on nage dans un consensuel avec tout et son contraire. Le retour à l’histoire est, là aussi, nécessaire pour comprendre le sens premier d’une institution.

Dans sa note de présentation " Un service de célébration pour les libéraux religieux " (texte traduit en français par la Fraternelle unitarienne), Reginald Zottoli, évoque un début de déchristianisation : 
" Le service de communion des fleurs a été créé par Norbert Capek (1870-1942), fondateur de l’Eglise unitarienne en Tchécoslovaquie. Il introduisit cette forme de communion dans cette Eglise le 4 juin 1923. Depuis quelque temps, il ressentait le besoin d’une gestuelle symbolique qui créerait des liens plus étroits entre les personnes. La forme devait convenir à ceux qui avaient abandonné d’autres traditions religieuses. Le service chrétien traditionnel de communion avec du pain et le vin était inacceptable pour les membres de son église, en raison de leur hostilité envers le catholicisme. Il se tourna donc vers la beauté de la campagne, pour y trouver les éléments d’une communion authentique. Ce fut un tel succès que chaque année, avant les vacances d’été, le service fut répété ".

Même son de cloche, sans ambiguïté, dans le numéro du Quest de juin 2002 :

" Quand Norbert Capek développa le nouveau rituel des fleurs, il était en opposition avec les rituels traditionnels du christianisme. Il n’aurait jamais utilisé le mot ‘communion’ dans le contexte de la cérémonie des fleurs. En raison du respect pour Capek et de l’observance de ce rituel, nous utiliserons les mêmes termes qu "en tchèque, ‘Festival avec des fleurs’ ou ‘Célébration avec des fleurs’ (note de la rédaction du journal).

Récemment, le 7 juillet 2007, Jaume de Marcos a recueilli cet avis auprès de Joseph Ben David, ministre du culte tchèque, qui a connu Norbert Capek (texte traduit en français par Marie-Claire Lefeuvre).

 

" En Tchécoslovaquie cet événement est appelé kvetinova slavnost ; kvetinova signifie " des fleurs " au pluriel et le mot " slavnost " signifie célébration.

Selon le dictionnaire, cela pourrait aussi signifier une occasion de se réjouir, lors de festivités particulières, d’un heureux événement, quel qu’il soit, de le distinguer par quelque joyeux intermède, par l’accomplissement public d’un sacrement ou d’une cérémonie solennelle d’un rituel approprié.

Le mot communion pourrait aussi avoir plusieurs significations :

  • la réalisation concrète d’une occasion de partager, par exemple des réflexions ou des sentiments ;
  • une camaraderie religieuse ou spirituelle ; un groupe de chrétiens qui a les mêmes convictions et les mêmes rites ; le nom d’un rite
  • La communion ecclésiastique
  • Le sacrement de l’Eucharistie reçu par une assemblée
  • les éléments consacrés de l’Eucharistie
  • la partie de la messe ou d’une liturgie où l’Eucharistie est reçue.

La signification la plus proche de kvetinova slavnost - je peux imaginer ce qu’en pensait Capek - serait une célébration florale ; cela ne voudrait pas dire une célébration des fleurs pour elles mêmes, mais, par la bénédiction des fleurs, en faire un symbole et créer ainsi entre les participants des sentiments de paix et d’unité harmonieuse.

On pourrait se tromper sur le mot communion si on insistait davantage sur son emphase ecclésiastique. On lui donnerait alors un accent sectaire qui n’est pas du tout dans l’esprit de l’unitarisme-universalisme. Toutefois, N. Capek aurait compris l’utilisation de ce terme dans le cadre de l’unitarisme-universalisme, mais il vaut mieux l’appeler " la célébration florale ", terme plus approprié pour des festivités internationales ". 

Alors si les unitariens tchèques parlent ainsi ... respectons leur rite puisqu'ils en sont les fondateurs et évitons de passer les cérémonies à la moulinette de l'universel.

Repost 0
28 juillet 2007 6 28 /07 /juillet /2007 19:13
Par ses écrits, sa pensée rigoureuse et par son affabilité, Roger Sauter (1919-2007) a été l’un des pionniers de l’unitarisme francophone. 

Il participa en 1989 à la rencontre du Lignon animée par Claude-Jean Lenoir, qui était alors pasteur au Lignon dans la banlieue genevoise, sur le thème : " Jésus est-il Dieu ? ", puis à diverses assemblées générales de l’Association unitarienne francophone (Nancy en 1990, Paris en 1992, Lignon en 1996, Strasbourg en 1998, Ferney-Voltaire en 2001). Il tint plusieurs conférences au temple de la Fusterie dans le cadre de l’Union protestante libérale (ULP) de Genève. Il fut un temps président du conseil presbytéral de sa paroisse, au Lignon.

C’est la page des débuts de l’unitarisme francophone européen qui commence à se tourner. Il nous en reste des écrits de grande qualité que vous pourrez trouver sur notre site documentaire " La Besace des unitariens ".

Il était âgé de 88 ans et son décès ne nous a pas surpris. Il advint le jeudi 19 juillet et sa famille nous prévint aussitôt. Les obsèques eurent lieu le lundi suivant. L’allocution que nous fîmes à cette occasion, au nom des unitariens, a été mise en ligne sur le site de nos Actualités unitariennes

Gen--ve--Michel-Servet--oeillet-24-juillet-07.JPGoeillet blanc accroché au lierre de la stèle de Michel Servet à Chambel, provenant de la cérémonie des fleurs faite pour les obsèques de Roger Sauter.

 

Chrétien de grande sobriété, toujours orienté sur l’essentiel, Roger n’avait pas demandé de cérémonie religieuse ; ses enfants respectèrent son choix. Nous avons alors proposé la cérémonie des fleurs.

C’est l’une des fleurs du bouquet, un œillet blanc, que je pris pour aller la déposer à la stèle dédiée à Michel Servet, avenue de Beau-Séjour, au lieu-dit, la Colline, le lendemain matin, avant que de reprendre le train. Roger, avec son ami unitarien Heinz Buschbeck, m’y avaient conduit le dimanche 21 octobre 2001, à la sortie de l’AG de l’Association unitarienne francophone tenue à Ferney-Voltaire. 

2001 – 2007, je mesurais le temps écoulé et les progrès de notre jeune mouvance unitarienne où beaucoup reste encore à faire. Mais, au-delà de ce deuil, que d’espoirs ! avec des unitariens suisses toujours motivés et désormais plus nombreux ...

Nous remercions la famille de Roger et nos amis unitariens de Suisse pour leur accueil. Jean-Claude Barbier 

Repost 0
28 juillet 2007 6 28 /07 /juillet /2007 12:54

Tch--coslovaquieMaja-et-Norbert-Kapec.gif























"La Flower Celebration" (la célébration avec des fleurs), Quest, juin 2002, traduction en français transmise par Alain Lauzet.


J’ai demandé à Iva Fišerová, leader distingué des unitariens tchèques et membre de la Church of the Larger Fellowship (CLF)*, que certains connaissent sous le nom de Iva Kocmanova, de nous faire part de son expérience de la célébration aux fleurs. Elle fait référence à deux célébrations. La première eut lieu il y a 50 ans [pour la cérémonie décrite ci-dessous car le rite date de 79 ans, depuis 1923] et la seconde en juin 2000, celle-ci célébrant le 70ème anniversaire de la fondation officielle de l’Eglise et la récupération de l’édifice historique ** à l’issue d’un déplacement provisoire mais très bouleversant. Nous vous remercions, Iva. Jane Rzepka

* La CLF est une Eglise par correspondance à destination des unitariens et autres croyants libéraux isolés. Alfred Schweitzer s’y inscrivit, sans pour autant abandonner le protestantisme libéral. Elle publie la revue mensuel "Quest" (dont le n° de juin 2002 est entièrement consacré à la Flower Celebration). Pour une présentation de cette Eglise, qui date de 1944, voir le bulletin n° 37, novembre 2004, de la Correspondance unitarienne.

** un ancien palais médiéval restauré en 1926 avec l’aide financière de l’American Unitarian Association (AUA) et l’Association unitarienne britannique et pour l’Etranger.


Voici le témoignage de Iva Fišerová :


" Une matinée ensoleillée… une mamie se promène en tenant la main de son petit-enfant… elle apporte les fleurs les plus magnifiques de son jardin ; des familles entières entrent dans une maison imposante… un déluge de fleurs se trouve sur le plateau d’une salle de concert parmi les plus importantes de la ville… une communauté animée vit le bonheur partagé du rassemblement… des milliers de gens se donnent des salutations d’amitié… une ambiance chaleureuse et festive… la joie personnelle d’appartenir à cette communauté… début des années 50 dans un pays communiste… la Tchécoslovaquie… des émissions de radio en direct…. Ce sont des morceaux de souvenirs d’enfance qui ont profondément touché ma vie et que je chéris depuis ces jours-là. Faire partie d’une telle communauté pleine de joie !

La fleur est le symbole le plus adoré des unitariens tchèques : deux tournesols font partie de notre blason ; des fleurs font l’objet vivant de tant des chansons de Cǎpek ; le seul rite des unitariens tchèques – la célébration aux fleurs. Le symbole des différents êtres uniques – fleurs / gens – se réunissant pour créer un bouquet unique. Enrichir sa diversité en appartenant. S’enrichir en adhérant. Partir et recevoir une fleur comme symbole de quiconque dans l’assistance, que je dois accepter comme mon frère ou ma sœur.


Cinquante ans se sont écoulés. Cinquante années d’une lutte pour maintenir en vie l’Eglise libérale sous un régime totalitaire [le régime communiste]. Puis, après la Libération, la lutte a continué.

La célébration aux fleurs, après sept ans durant lesquels notre Eglise [donc après la Libération du régime communiste] s’est trouvée privée de son édifice et dût s’exiler, fut de nouveau organisée. Le matin [nous sommes en juin 2000] où tout le monde fut invité à revenir au bercail spirituel adoré est ensoleillé. Bon nombre de ceux qui entrent à l’église sont émus. Les unitariens tchèques faisant partie des trois congrégations existantes s’assemblent avec des invités et pasteurs éminents représentant l’Association unitarienne-universaliste (UUA), les unitariens britanniques, le Conseil international des unitariens et universalistes (ICUU) et l’Association internationale pour la liberté religieuse (IARF) qui sont devenus leurs amis proches durant la période de lutte. Sur scène, sont présentes les fleurs les plus magnifiques apportées, pour cette occasion festive, en provenance des jardins. De nouveaux souvenirs, pour cette communauté pleine de joie, seront chéris dans les années à venir.

Nous nous battons pour mettre en pratique les idées nobles du fondateur de notre Eglise, Norbert Fabián Cǎpek. Notre rêve de justice s’est enfin réalisé. Après s’y être consacrés pendant des années, la résistance et la mobilisation des unitariens tchèques offrent une nouvelle opportunité d’élever l’Eglise aux fins les plus nobles. Alléluia ! "

L’article du Quest est accompagné des photos de Maja et Norbert Capek, ainsi que de la photo de la première célébration aux fleurs après la Deuxième guerre mondiale, à la Salle Smetana, à Prague.

Repost 0
Published by Iva Fišerová - dans la cérémonie des fleurs
commenter cet article