Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contacts

Jean-Claude Barbier, membre permanent du conseil d'administration de l'AFCU, adresse

Archives

19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 07:05

undefinedpar le Dr. Norbert F. Capek ; publié dans " Singing the Living Tradition " (Chantons la tradition vivante), the Unitarian Universalist Association, Beacon Press Boston, 1993). N. Capek (1870-1942), ministre du culte et fondateur d’une importante congrégation à Prague, composa plus de 90 hymnes ; 

reproduit dans " Uni-Worship : a song and service book " édité par Richard Boeke, p. 13 ; chanté par la chorale de l’Eglise unitarienne All Souls (Washington), 2005 ; traduit en français par Jean-Claude Barbier, janvier 08


Mother of the world, father of our souls, where is Your kingdom ?
Your kingdom is everywhere. You are in everyone, who really knows You ?
What should I give You, how could I invite You ? What am I ?

Mère de notre monde, père de nos âmes, où est Votre royaume ?
Votre royaume est partout. Vous êtes en chacun, qui peut vraiment vous connaître ?
Que vous donnerai-je, comment vous inviter ? Quoi de moi ?

Mother Spirit, Father Spirit, where are you ?
in the sky song, in the forest, sounds your cry.
What to give you, what to call you, what am I ?

Esprit si maternel, Esprit si paternel, où êtes vous ?
dans le chant du ciel, dans les forêts, votre cri se fait entendre
Que faut-il vous donner, comment vous nommer, quoi de moi ?

Many drops are in the ocean, deep and wide.
Sunlight bounces off the ripples to the sky.
What to give you, what to call you, who am I ?

Les gouttes d’eau innombrables au sein de l’océan, si profond, si vaste.
Bondissent les rayons du soleil sur les multiples rides du ciel.
Que faut-il vous donner, comment vous nommer, qui suis-je ?

I am empty, time flies from me, what is time ?
Dreams eternal, fears infernal haunt my heart.
What to give you, what to call you, Oh, my God  ?

Me voici tout vide, le temps s’est envolé de moi, qu’est ce le temps ?
Songes éternels, frayeurs infernales qui hantez mon cœur.
Que faut-il vous donner, comment vous nommer, Oh mon Dieu ?
 

Mother Spirit, Father Spirit, take our hearts.
Take our breath and let our voices sing our parts.
Take our hands and let us work to shape our art.

Esprit si maternel, Esprit si paternel, prenez nos cœurs.
Prenez notre souffle et laissez nos voix chanter leurs partitions.
Tenez nos mains afin que nous donnions forme à nos arts
.

Repost 0
Published by Norbert F. Capek - dans nos chants et prières
commenter cet article
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 02:07
Plusieurs groupes et mouvements mettent à profit le long week-end du 1er mai afin d'organiser une rencontre de leurs militants. C'est le cas pour les unitariens francophones de France, de Belgique et de Suisse qui se réuniront à Nantes. Entre toutes ces comunautés militantes, nous avons décidé de prier les uns pour les autres. Voici le message de nos amis d'ENArc-en-ciel qui, eux, se réuniront à Sylt, une île de la Mer du Nord.

undefined



Chers frères et sœurs, chères amies et amis, 

Dans un cantique allemand nous chantons : "L'amour est le signe par lequel on nous reconnaît". C'est l'amour qui nous rassemble ce week-end en ces différents lieux. L'Amour de Dieu et envers Dieu, l'amour du prochain et envers son prochain, l'amour d'un homme pour un homme et d'une femme pour une femme. De même que l'amour envers nos communautés, à l'édification desquelles nous voulons prendre part et à l'intérieur desquelles nous voulons annoncer l'Evangile. 

Un Evangile qui, nous le savons, s'adresse à nous, s'adresse à tous, parce qu'il s'adresse à chaque être humain !

D'expérience nous savons que ce concentré d'amour et cette bonne nouvelle donnent de grandes forces. Aussi ENArc-en-ciel souhaite-elle à toutes celles et ceux qui se retrouvent ce week-end pour créer une Eglise plus confraternelle aussi pour les homos, bis et transsexuels, beaucoup d'amour et de forces et un plein succès ! 

Cordiales salutations de Sylt, l'île de la Mer du Nord. 

Arne Stauch, porte-parole d'ENArc-en-ciel
message traduit de l'allemand en français par Patrick Fontanellaz

Repost 0
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 04:55

Très Chers Amis 

Jean, Patrick, Brenda, et les autres, je vous appelle mes amis car c’est là le doux mot que Jésus, selon l'évangile de Jean, utilisa avec ses compagnons de route.

Nous sommes loin les uns des autres, très loin, séparés par la distance et aussi par le temps ; les uns en France, en Hollande, en Angleterre, dans toute l’Europe. Et pourtant, nous voilà très proches, soudainement nous tenant la main grâce à l’initiative de Jean qui nous a demandé de prier les uns pour les autres, grâce au nom de Jésus qui nous réunit tous.

 

Philip-Lecois--Christ-juv-nile.JPGChrist juvénil, 
peinture de Philip Lecois (Caen)


Rendons grâce à Dieu pour ce sentiment d’enthousiasme qui nous étreint chaque fois que nous entrons en contact avec quelqu'un sans le connaître auparavant, chaque fois que nous recevons un message et que nous le prenons pour un inattendu rayon de lumière, chaque fois que nous pouvons œuvrer ensemble avec des inconnus, et encore mieux pour nous rencontrer, pour mieux nous découvrir et nous harmoniser
.

Alleluia pour cette grâce que Dieu nous donne à tous ; celle de pouvoir accueillir l’autre, sa personne, ses gestes, ses messages, ses initiatives, avec la joie dans le cœur, avec l’ivresse de la prière commune.

Oui, nos cœurs se dilatent parce que nous accueillons l’autre en toute confiance, avec amour, sans aucune condition, sans nulle discrimination, simplement parce qu’il est un homme, une femme, un enfant, une personne, un être vivant.

Cet enthousiasme, que nous sachions le conserver et le transmettre aux autres, car c’est là un bien très précieux. Peut-être est-ce cela la foi qui soulève les montagnes, dont nous parle l’Evangile.
 

Merci, Dieu, pour la Vie que tu nous donnes.

Voilà venir ce long week-end du début du mois de mai que nous préparons, chacun de notre côté : toi, Jean, avec les Chrétiens inclusifs qui célébreront, en région parisienne, l’étape de leur 7ème carrefour ; toi, Patrick, avec tes amis de ENArc-en-ciel (NAK-Regenbogen) pour une rencontre internationale, et toi, Brenda, en Angleterre pour un important forum européen des groupes chrétiens LGBT, enfin moi, à Nantes, avec mes amis unitariens et d’autres chrétiens et croyants des mouvances libérales.

Je vous prie de saluer vos amis, de leur dire notre amitié, notre pleine fraternité, de les assurer qu’ils ne sont pas un groupe isolé, mais que c’est tout un peuple qui s’est mis en marche depuis que Jésus a parlé aux foules de son temps. 

Un peuple de militants acharnés, de prophètes exaltés, de visionnaires qui refusent les apparences et les évidences, de souffrants qui pleurent et qui crient, d’espérants qui se relèvent après avoir chuté, de priants qui sans cesse louent Dieu, d’ouvriers de la première à la dernière heure.

Il avance de lui-même, ce peuple, les yeux levés vers Dieu, en l’appelant " Notre Père ". Il est persuadé que son Royaume viendra sur terre. 

Cà fait bien sûr un peu désordre un peuple qui avance ainsi, sans guide hormis Dieu, en dehors des sentiers battus, sans balise sinon leurs multiples traditions chrétiennes, mais quel formidable élan ! 

Jean-Claude

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les semaines unitariennes de Nantes
commenter cet article
6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 08:47

Kinshasa-et-le-Stanley-Pool-au-XIX--si-cle--vu-sur-Wikipedia.jpg

carte de la région de Kinshasa et du Stanley Pool au XIXe siècle. Sont notamment déjà identifiés Kintambo, Lemba, Kallina et le village de Kinshasa. ; on remarque également le village de Kindolo (où se trouve l’actuel aéroport de Ndolo) ; vue sur l'encyclopédie en ligne Wikipedia
 


Après le Burundi et le Congo (Brazzaville), Lisanga est une nouvelle communauté francophone en Afrique noire à émerger. A noter qu’un groupe est également en voie de formation au Togo. Le site de l’AFCU a, en conséquence, ouvert des rubriques correspondantes afin de regrouper les informations les concernant.


Voici l’historique de la naissance de cette communauté :

 
A l’occasion d’une conférence internationale à Lynchburg, en Virginie, sur le Pygmée Ota Benga *, " Ota Benga, and the Empowerment of the Pygmies ", du 25 au 27 octobre 2007, la délégation congolaise du Congrès africain des Pygmées visita plusieurs églises de la ville, dont la First Unitarian Church. Les membres de cette délégation furent séduits par le message universel de cette Eglise et restèrent en contact avec son ministre, Paul Boothby [pboothby818@comcast.net]. 
Celui-ci fit part de cette relation à l’ICUU, dont le président, le révérend Brian Kiely, demanda à l’AFCU de correspondre en français (courriels en date du 14 novembre).

* Ota Benga, un Pygmée (Bwata) du Congo belge, vint en Amérique en 1904 avec l'explorateur / missionnaire Samuel Phillips Verner pour accompagner une œuvre pygmée qui était exposée à la Foire de la rue Louis World. Ota Benga revint et séjourna à Lynchburg. Cette conférence célébrait son destin extraordinaire.

http://www.vul.edu/events_otabenga.html ou http://www.lynchburg.edu/otabenga.xml


De retour à Kinshasa, Grégoire Bokungu, vice-président du Congrès africain des Pygmées *, s’employa à mettre sur pied une association unitarienne, laquelle est bien distincte du Congrès, mais bénéficie de ses relations. Ceci a permis sa rapide organiosation.

* Le Congres africain des Pygmees, 10 Avenue Basuku, Commune de Kalamu, Kinshasa, Republique Democratique du Congoconafpy@yahoo.fr,


Qu’on se le dise, la solidarité internationale des unitariens est efficace. Lisanga résulte d’un voyage aux Etats-Unis et de la visite d’une congrégation unitarienne-universaliste de ce pays ; puis, du fait de la langue française, ce sont les chrétiens unitariens qui ont embrayé, ceci en relation étroite avec l’International Council of Unitarians and Universalists (ICUU).

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans Lisanga (Congo RDC)
commenter cet article
6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 07:59

L’association Lisanga veut s'appuyer sur l'Ong de Grégoire Bokungu en faveur des Pygmées afin de s'implanter à Kinshasa et dans le reste du pays.

Comité national : Grégoire Bokungu (président fondateur), Emmanuel Bolunga (secrétaire général), Denis Lomela (administration et finances), Hendrix Bokamba (secrétaire de direction), Paupol Nganga (trésorerie), Mme Clarisse Lokuli (relations publiques), Denis Boseleka (conseiller spirituel), Cosmas Lokwa (huissier), Jonathan Ilenge (surveillant), Albret Efandjo (surveillant).


Province (qui correspond à la ville) de Kinshasa CongoKinshasa.png

Hassan Lokwa wa Lokwa (coordinateur provincial), Innocent Lomela (adjoint)

1 - district de Lukunga : Dieudonné Likongo (coordinateur), Cicéron Ifangwa (adjoint)

2 - district de la Funa : José Epondo (coordinateur), Jean Robert Mpetsi (adjoint)

3 - district de la Tshango : Félicien Bombole (coordinateur), Mlle AnnieCongo--district-de-la-Tshuapa.png Kisamba (adjoint)

4 - district de Mont-Amba : Samuel Bolonga (coordinateur), Jean Pierre Likofata (adjoint) 


Province de l'Equateur

Isse Boetsa (coordinateur provincial)

1 - district de la Tshuapa : Déo Mbukila (coordinateur)

Repost 0
Published by Grégoire Bokungu - dans Lisanga (Congo RDC)
commenter cet article
6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 07:43

drapeau-de-la-RDC.jpg



En langue lingala, qui est la langue officielle de la République démocratique du Congo (RDC), cela signifie : Lisanga (Assemblée) ya (des) bandimi (chrétiens) na (un, ou seul ou unique) nzambe (Dieu).

Il s’agit du Comité unitarien de Kinshasa et de la province de l'Equateur (en RDC), lequel réunit des chrétiens unitariens qui sont ouverts à tous les autres chrétiens, aux croyants d'autres religions - y compris les religions coutumières d'Afrique noire - et à tous les sages.

Ce comité de gestion, fondé le 10 novembre 2007 à Kinshasa, est présidé par Grégoire Bokungu
avenue Dodoma 34 bis, commune de Barumbu, à Kinshasa, 
tél.: 09 98 74 64 50
gregbokungu@hotmail.fr

Il regroupe une vingtaine de membres à Kinshasa. A l'intérieur du pays, dans la province de Kinshasa  et dans le district de la Tshuapa (province de l’Equateur), Lisanga bénéficie de sympathisants au sein de l'Ong en faveur des Pygmées qu'anime Grégoire Bokungu ; parmi ces sympathisants quelques musulmans et des chrétiens kimbanguistes. La langue parlée est le lingala.


Les réunions se font au domicile des uns et des autres. Aucun lieu de culte n’a pour l’instant été aménagé, ni projeté car l’association entend laisser ses membres libres d’organiser des cultes à leur convenance, sans centralisation. 

Des commissions ont été mises sur place pour suivre les diverses activités : culte, sociale, jeunesse, santé, presse, enseignement et formation, couple et famille, écoles des enfants,  protocole, culturelle, logistique, enfin "justice et paix". Pour les réunions importantes, l'association loue une salle.

L’association est en relation par correspondance avec l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) et l’Assemblée des chrétiens unitariens du Congo (ACUC), cette dernière étant basée à Brazzaville, juste en face de Kinshasa.

ajout du 5 octobre 09 - L'association se présente désormais comme Eglise unitarienne de RDC

Repost 0
Published by d'après informations de Grégoire Bokungu - dans Lisanga (Congo RDC)
commenter cet article
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 17:57

Communiqué de presse du rfuu le 8 février 08

vitrail de l'Unitarian Universalist Fellowship of Ottawa

U---Canada--Ottawa--UUFO.jpegLe congrès annuel du Conseil unitarien du Canada (CUC), qui doit avoir lieu du 16 au 19 mai à Ottawa, aura un nombre sans précédent d’activités offertes en langue française. Le Regroupement francophone unitarien universaliste (RFUU) est heureux d’avoir participé à la mise en chantier de plusieurs de ces activités et encourage les francophones à venir découvrir les Unitariens Universalistes.


Les ateliers en français seront animés par les personnes suivantes :

Jean-Claude Barbier (Bordeaux), secrétaire général de l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (France), animera une session intitulée : De la critique des religions à partir de l’expérience des unitariens au Canada et en France .

Lucie-Marie Castonguay-Bower et Elaine Hartman (Ottawa), partageront leurs expériences avec les Groupes de croissance spirituelle et présenteront du matériel récemment traduit pour les francophones. 

Hannelore Poncelet et Elizabeth McKinney Charbonneau (Montréal) présenteront le programme d’éducation religieuse des jeunes développé à l’Église unitarienne de Montréal

Maurice Cabana-Proulx (Gatineau), soutenu par un panel de rédacteurs unitariens, présentera un survol du matériel imprimé et audio-visuel unitarien universaliste disponible en langue française. . Pour en savoir plus sur les ateliers consultez : http://wikirfuu.editme.com/ACM .

Le discours principal du congrès sera livré par un tandem tout à fait exceptionnel. Allison Brewer et son fils Will Brewer. Madame Brewer, journaliste, animatrice communautaire, syndicaliste et jadis chef du parti Néo Démocrate du Nouveau-Brunswick, fera une partie de son discours en français.

Lors du congrès, les caucus du RFUU seront des réunions ouvertes où tous et toutes pourront discuter du rayonnement UU chez les francophones.

Le mouvement unitarien universaliste répond aux attentes de ceux et celles qui cherchent un contexte où sont réunis la spiritualité, l’humanisme et la raison. C’est une " Eglise " pour ceux et celles qui en ont marre des Eglises, une religion sans dogmes et une démarche spirituelle qui responsabilise l’individu au lieu de l’encadrer. 

Pour en savoir plus sur les UUs visitez
www.rfuu.net 
ou écrivez à Maurice Cabana-Proulx au
cp4@videotron.ca.

Repost 0
Published by RFUU - dans RFUU
commenter cet article
28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 02:50

Nairobi--Femmes-m-thodistes-unies.jpgfemmes méthodistes au Kenya


Un séminaire de formation, organisé par l’International Council of Unitarians and Universalists (ICUU) à l’usage des unitariens d’Afrique, s’est tenu du 7 au 12 février 2008 au Methodist Guest House and Conference Centre, dans le quartier Lavingtone Green de Nairobi. Ont bénéficié de cette formation des unitariens du Kenya (33 participants), de l’Ouganda (6), du Nigeria (3), du Burundi (4) et du Congo (4), soit une cinquantaine de personnes.


L’encadrement était assuré par des unitariens en provenance d’Afrique du Sud (2), des Etats-Unis (4), du Canada (1) et du Royaume uni (2). 
Soit un total de 59 participants.

Faisaient partie du corps professoral :

Rév. Brian Kiely, Canada, président de l’ICUU ;
Rév. Gordon Oliver, Afrique du Sud, ancien président et actuel vice-président de l’ICUU ;
Rév. David Usher, Royaume Uni, ancien président de l’ICUU ;
Rév. Jill McAllister (USA, Michigan , ancienne présidente de l’ICUU) ; 
Rév. Rosemary Bray Mc Natt, USA, New York ;
Rév. John Clifford, Royaume Uni, secrétaire exécutif de l’ICUU ;
Leigh Meinert (Afrique du Sud).


Les unitariens du Kenya ont assuré l’accueil des participants. Dans ce pays, quatre groupes se sont constitués dont deux à Nairobi (un groupe kikuyu et un groupe luo) et deux autres en pays kisii (le pays kisii a été présenté dans nos Actualités unitariennes dans la rubrique " en Afrique ", lorsqu’il y a eu les violences tribales, principalement entre Kikuyu et Luo).


Vincent Desroches, Québécois vivant aux Etats-Unis dans l’Etat du Michigan, professeur de français à l’une des grandes universités de Kalamazoo, a pu servir d’interprète pour la minorité francophone qui était présente (Burundais et Congolais).


Le révérend Brian Kiely, président de l’ICUU, a tenu un blog durant toute la durée du séminaire : "UU Without Borders International issues in the Unitarian*Universalist world" 
http://uuwithoutborders.blogspot.com/


A noter que deux groupes francophones sont en gestation, l’un à Lomé au Togo (avec Alfa Téou, membre du réseau de la Correspondance unitarienne) et l’autre à Kinshasa en République démocratique du Congo (un comité unitarien de RDC animé par Grégoire Bokungu).


L'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) assure 
une aide en documentation et une correspondance suivie 
avec les communautés unitariennes francophones d'Afrique noire.

Repost 0
Published by chrétiens unitariens - dans ICUU (international)
commenter cet article
26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 10:05
suite du message précédent (c.r. des ateliers de la RAP des réseaux des parvis, nov. 07)


La recherche spirituelle


Quelques uns ont trouvé que cette recherche spirituelle, si elle existe, ne se manifeste pas suffisamment dans l’organisation de l’AG/RAP elle-même : " Le Parvis est trop militant et pas assez spirituel. Pas de prière en début d’AG - peu de temps pour le silence - une belle chapelle inutilisée - on ne parle pas de Jésus ".


Mais, sans négliger ni mépriser la demande de silence, de prise de distance et de contemplation qui s’expriment dans ces observations, et dont nous pouvons tenir compte notamment pour la célébration, on peut considérer que l’on est du côté d’une possible expression de cette vie spirituelle (parmi d’autres différentes) mais que les fondements mêmes de la vie spirituelle telle qu’elle est effectivement vécue sur le Parvis s’expriment fortement.


Le lien est fait par la plupart des participants entre l’Evangile, les chemins d’humanisation et la vie spirituelle. La vie spirituelle peut alors s’exprimer dans des approches humanistes : " Dieu se manifeste en nous par qui nous sommes Il se manifeste dans l’intelligence que nous pouvons avoir de l’autre. Il se manifeste dans la rencontre de l’autre ? Il est dans l’entre-nous ".

Quand j’agis au service des autres, je deviens autre. Qu’est-ce que je deviens alors ? Quel changement dans mon être profond ? Que Dieu devient de ce que nous faisons ensemble. Comment nous accomplissons Dieu. Car Dieu aussi est à naître : je suis celui qui est, qui était et qui vient
".


La plupart seraient d’accord avec ces formules rapportées par d’autres encore : La recherche spirituelle ne prend sens qu’à partir d’une recherche réfléchie et dans le cadre de la solidarité et de la priorité à l’humain. Engagement et intériorisation de la Foi sont inséparables.

Ou encore :

Ne plus faire de l’Evangile un dogme mais s’en nourrir pour vivre une attitude intérieure qui aide à développer une plus grande humanité. D’autres notent : " L’homme passe infiniment l’homme ". Certains se réfèrent aussi à une spiritualité d’inspiration bouddhiste : " Nous sommes un avec l’omniprésence de Dieu. L’omniprésence de Dieu c’est notre omniprésence. " La vie spirituelle c’est avancer dans l’approfondissement de cette connaissance.


On trouve enfin des dimensions de la vie spirituelle dans d’autres considérations : " Tout homme est une histoire sacrée " ou " Contemplation de la beauté : O Beauté ! tard je t’ai connue ! " (saint Augustin). Importance de la beauté dans la célébration, l’art, la nature. Et encore La prise de distance sur l’engagement immédiat : la volonté de penser, de réfléchir…


Mais alors ne peut on pas se demander, notent certains, " si nous avons vraiment le même Dieu que les musulmans ou les juifs " ?*

*Je me demande alors si on ne pourrait pas se demander si nous avons le même Dieu que beaucoup de chrétiens. Cette question nous ferait sans doute découvrir qu’il y a aussi des musulmans et des juifs qui ont un sens de Dieu très proche de celui que nous invoquons - quand nous tentons de le faire - : un Dieu qui se manifeste dans l’amour que nous avons les uns pour les autres. La question est alors : quel est le Dieu de Jésus ? En quoi nous concerne t il ? Peut on le " découvrir " autrement que dans l’agapè ? (note de Jean R.)
 

Applications à notre rapport aux Eglises


la-hi-rarchie-catholique.jpgIl s’agit essentiellement de " l’Institution catholique romaine " dont il est dit à l’unanimité dans un atelier qu’elle est unanimement rejetée " Il n’y a plus d’espoir de la faire évoluer. On a cessé de rêver. ". A l’inverse une voix s’élève pour dire qu’il ne faut pas brader trop vite notre passé. " Il y a eu aussi un christianisme souriant, qui a développé une culture paysanne et une spiritualité humaine. Mes racines sont là. Ne perdons pas notre temps à démolir l’Eglise. "


Mais la pensée commune est moins irénique et l’Eglise institutionnelle ressentie comme très éloignée de nos chemins de vie qui se veulent inséparablement évangéliques et humains et donc en lien avec les hommes de notre temps, dans une société sécularisée et démocratique.


Cette situation sur le Parvis suscite des initiatives offensives à l’égard l’Eglise institutionnelle :     " réagir auprès des évêques peu évangéliques ", " intervenir auprès des institutions ecclésiales ",   " inciter les chrétiens des paroisses à participer aux actions inspirée par la priorité à l’humain ". Et d’une façon générale "Défendre la liberté de conscience en opposition aux oukases du Magistère " notamment dans le domaine de la recherche spirituelle et théologique.


Il y a aussi des propositions appelant à l’imagination créatrice. Plusieurs fois vient l’idée " d’organiser des funérailles, sans prêtres, dans des lieux non religieux ". Mais aussi " Faire Eglise avec les jeunes qui sont sur le Parvis mais vivant dans l’esprit de l’Evangile " et " encourager les jeunes chrétiens à des engagements sur le terrain humanitaire ", s’interroger sur " le sens des ministères et des sacrements d’un point de vue évangélique ". Enfin le désir de " faire une Eglise démocratique ". 


Les valeurs sur le Parvis


Employer le terme d’unité des réseaux du parvis par rapport à la diversité dont il a été question l’année dernière à Paris fait problème. Car l’unité – on le voit souvent dans le langage ecclésiastique – tend à nier les diversités au profit d’une unanimité voir une uniformité (décidée en l’occurrence d’en haut). Certains préfèrent parler de " cohésion ". On a les mêmes références pour l’essentiel, mais les pratiques, les histoires, la diversité des chemins suivis, la façon de situer des priorités maintiennent.


Cette diversité qui est apparue l’an dernier. Et il est important qu’il en soit ainsi. La cohésion est certes utile mais il est nécessaire qu’elle soit fondée sur " une certaine cohérence dans la diversité ". N’est ce pas ce que certains veulent dire avec cette image " la trame tissée des valeurs contient la diversité des parvis ".  
Certains voient même " des valeurs en contradiction sur les Parvis : dans le domaine de l’humain opposition entre le compassionnel et l’action ".


Souhait en tout cas que " les Parvis deviennent un lieu de création pour ceux qui se réfèrent à l'élan de Vatican II " Car les Parvis sont ressentis comme " une possibilité de penser et de s’exprimer librement ". D’où " l’importance du travail interactif et inter associatif ". Allusion est faite en ce sens à " la réalisation des Hors séries de la revue ".


S’il est souhaité que " Parvis deviennent plus visible " (importance pour cela d’un " site Web plus 
actif "), il est souligné que les parvis doivent " se rendre visibles par leur force de proposition ".

Repost 0
Published by Jean Riedinger - dans PARVIS (France)
commenter cet article
26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 09:24

Synthèse des rapports des travaux en atelier du samedi 24 novembre 2007 lors du Rassemblement annuel des parvis (RAP) à Notre-Dame des Monts de Vic (dans les Vosges), par Jean Riedinger, vice-président de la Fédération des réseaux des parvis.


Avertissement : S’agissant d’une synthèse de six synthèses préalables, de longueur variée (une à trois pages dactylographiées) le travail ci-dessous vise avant tout à dégager les grandes lignes du paysage axiologique* qui se dessine à la lecture des rapports d’atelier. 

Ont participé à ces ateliers environ 80 personnes très représentatives de la réalité de la fédération. 

*Le paysage esquissé a été largement influencé par le cadre de propositions proposées par Cécile Entremont à la suite d’une première enquête auprès des associations du réseau.

Rappelons le cadre proposé aux ateliers :

Les valeurs communes telles qu’elles se dégageaient de l’enquête préalable auprès des associations : 
1) Fidélité au message de l’Evangile
2) La priorité à l’humain et aux chemins d’humanisation
3) L’impératif du dialogue
4) La solidarité-fraternité
5) La recherche spirituelle

Concernant les valeurs, un atelier fait observer que le terme de valeur ne convient pas car il fait trop penser à des " idéaux éternels " et désincarnés. Il préfère parler de " la référence de nos actions et engagements ". De fait on retrouve le plus souvent dans les comptes rendus la nécessité de ce lien entre les repères énoncés et l’engagement concret, individuel et collectif, dans une vie en rapport avec les autres. 


La référence à l’Evangile


J-sus-en-arr-t-de-bus--vu-sur-le-Lapin-bleu.jpgTous les ateliers mettent la référence au message évangélique en très bonne place, le plus souvent la toute première. Une exception : un participant pense que " l’Evangile est dépassé et illisible pour nos jeunes contemporains ". Une nuance : " l’Evangile n’est pas notre seule référence de vie ". Il faut tenir compte de ces " exceptions " car elles représentent – surtout la seconde – une sensibilité présente sur les Parvis.


Les ateliers apportent des précisions que je résume : S’il est nécessaire de travailler les textes évangéliques, cette lecture réfléchie et intelligente suscite des engagements tant à l’égard de l’Eglise institutionnelle en tant qu’elle n’est pas fidèle à l’esprit évangélique que dans le monde pour y incarner l’humanisme enseigné et vécu par Jésus : " je vous ai dit ceci pour que vous fassiez de même " (" Jésus n’est pas un donneur de leçon. Il est attentif aux personnes qu’il rencontre non à des principes moraux ou des rites religieux. Ses gestes symboliques et concrets (lavement des pieds) sont en eux mêmes significatifs "). 

Aussi " la fidélité à l’esprit de Jésus est pour nous, notent certains, plus important que la fidélité au texte du livre ". 

A une époque où " la référence à Dieu est difficile ", incertaine, plombée par des siècles de représentations mythiques et de métaphysique idéaliste, la référence à un Jésus humain peut être une référence commune. 


La priorité à l’humain et aux chemins d’humanisation


Notons le lien le plus souvent établi entre cette priorité et la précédente. De deux façons qui renvoient l’une à l’autre. L’Evangile propose lui même un chemin d’humanisation et ce sont nos engagements sur ces chemins qui éclairent notre lecture de l’Evangile


Lien entre la parabole du bon Samaritain et notre action pour le droit d’asile. " Nos engagements en faveur des êtres humains sont des chemins de Foi " (cités à titre d’exemples, mais c’est nécessairement très incomplet " les activités publiques comme les conférences sur le genre, les activités associatives dans le cadre des prisons, les débats entre gens de convictions différentes, les engagements associatifs individuels suivis de "révision de vie" en groupe ").


On cite Patrick Viveret (Hors Série de la revue sur les théologies de la libération). Et surtout à plusieurs reprises Yves Burdelot (Devenir Humain).


" Les chrétiens doivent apporter une pierre compétente et proposer des réponses concrètes dans le champ social ". " Il n’y a pas d’amour du prochain sans passage à l’acte dans le cadre associatif, syndical, la vie de la cité, les actions solidaires… ". " Il faut commencer à changer notre regard pour aller voir ceux qui entretiennent d’autres rapports à la richesse, au pouvoir, à autrui, à la nature, au temps et même à Dieu ".


Comme pour les valeurs évangéliques les valeurs de priorité à l’humain ne sont "authentifiées" que si elles se manifestent dans des actes concrets (" organiser une marche de Noël pour les sans papiers - accueillir dans un café qui peut devenir un lieu de partage et de spiritualité ", etc.).


Sur les chemins de l’humanisation on rencontre des valeurs corollaires " la valeur de résistance constructive " aux situations inhumaines, " la recherche de la justice " la référence aux valeurs de liberté : "liberté de conscience, liberté de la recherche ". Est soulignée l’importance de l’idéal de " citoyenneté ".


De l’impératif du dialogue, il n’est que peu question, mais beaucoup soulignent que ce point fait partie des chemins d’humanisation et de l’idée de solidarité-fraternité.


On note que " Le dialogue interindividuel suppose d’être vrai dans les rapports avec autrui, sans soumission aux convenances ". On met plusieurs fois l’accent sur " le non jugement " (" Ecouter et comprendre. Respect de l’autre, de ses choix. Nul ne détient la vérité "). Respecter d’abord les exclus de la société (sans papier, personnes en centre de rétention, clandestins ) et " N’oublions pas les gens les plus âgés : ils sont nos racines ". 

Repost 0
Published by Jean Riedinger - dans PARVIS (France)
commenter cet article