Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contacts

Jean-Claude Barbier, membre permanent du conseil d'administration de l'AFCU, adresse

Archives

21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 19:37

communication de Pierre Ulhig, animateur du mouvement Quaker francophones indépendants, à la Semaine unitarienne de Nantes (1er-4 mai 2008).

Le quakerisme est semblable à beaucoup d’autres religions et groupes protestants avec une préférence pour les tendances libérales et évangéliques extrêmes. Il diffère fondamentalement par son insistance sur la révélation divine qui se révèle à chacun d’entre nous en fonction de notre passé, notre culture, mais aussi notre disposition d’esprit.

Notre mouvement est très ouvert aux textes fondateurs du christianisme. Notre tradition ne se limite pas à un ensemble de textes fermés ou canoniques mais bien à toute la littérature chrétienne des premières communautés sans exclusive. Notre préférence va vers la littérature syro-palestinienne. La Didachè comme l’évangile selon Thomas n’ont pas une valeur supérieure ou inférieure aux évangiles canoniques ou aux textes dits fondateurs d’autres communautés.

La tradition des Eglises protestantes libérales est une parmi d’autres. Cela explique la diversité des communautés quakers qui, en fonction de leur situation locale, de leur langue mais aussi de leur environnement, optent pour une forme particulière de culte. Il est évident qu’une communauté quaker vivant dans un environnement cultuel catholique aura tendance à s’approcher d’un culte différent d’une communauté en milieu protestant.

Ceux qui viennent du protestantisme ou du catholicisme sont déconcertés par notre foi toute intérieure, sans liturgie ou rituel. Nous comprenons nos frères et sœurs qui ont un grand besoin de vivre leur foi dans un culte communautaire.

L’expérience des Ecritures d’autorité est livrée dans n’importe quel texte ou dans n’importe quelle tradition. Les quakers font partie du mouvement historique d’Eglise de paix avec les Mennonites et des frères souvent sur le parvis de leur Eglise. Les quakers bouddhistes et musulmans commencent à établir le lien entre les formes historiquement chrétiennes et les nouvelles formes hybrides de foi.

Pour en savoir plus sur les quakers : Jeanne Henriette Louis, Les Quakers, aux éditions Brepols (Turnhout, Belgique) dans la collection Fils d’Abraham, 2005, 166 p.

voir "une prière quaker" sur le site des Actualités unitariennes, à la rubrique "louanges à Dieu"

Repost 0
21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 18:52

communication de Pierre Ulhig à la Semaine unitarienne de Nantes du 1er-4 mai 2008. P. Ulhig est l'animateur du mouvement Quaker francophones indépendants et en édite le blog (en lien réciproque avec l'AFCU, voir nos liens).

présentation du culte " non programmé "

Dans le culte, hommes et femmes sont égaux puisque tous possèdent individuellement et personnellement la Lumière ; tout le monde sans distinction peut lire un passage de la Bible, faire part d’une expérience ou apporter un témoignage, mais sous une forme spontanée, non préparée d’avance.

Le culte a le silence comme base ; il n’y a ni prêtre, ni pasteur qui officie ; tout est laissé à l’inspiration du moment. Il arrive parfois qu’un culte tout entier se passe en silence, mais ce silence n’est pas vide car chaque fidèle y cherche la présence et la direction divines. En fait, ils mettent en pratique l’affirmation de saint Augustin qui a dit que chaque chrétien est " roi, prophète et prêtre ".

Le culte débute avec la première personne qui pénètre dans la salle, en silence. Si quelqu’un veut faire partager une lecture, commenter ou apporter un témoignage, il se lève et prend la parole. A la fin de son intervention, il s’assied. Chacun est libre de prendre la parole. Le culte se termine lorsqu’une personne (désignée) sert la main de son voisin en signe de la paix du Christ. Tous saluent alors ainsi leurs voisins ; après quoi une personne se lève, dit un mot d'accueil à tous les présents et dirige les annonces de la journée, de la semaine ou du mois. Le culte dure environ une demi-heure.

comment cette forme de culte est-elle apparue ?

Notre mouvement vient de Georges Fox (1624-1691) qui a été outré de voir la non concordance de la vie des pasteurs de son époque avec les principes qu’ils prétendaient suivre. Il s’est rendu compte que la liturgie et les rites sont souvent vides de sens et relèvent d’une vie spirituelle superficielle. Le chrétien n’est pas seulement chrétien le jour du Seigneur ou lors du culte. C’est une unité de vie. On ne reçoit pas Christ lors d’un sacrement, on vit avec Christ l’instant présent, minute après minute, jour après jour, sa vie durant dans son attente.

base scripturale

Pourquoi un culte d’une demi-heure ? Simplement en référence à un texte de l’Apocalypse, 8, 1 " Quand il ouvrit le septième sceau, il y eut dans le ciel un silence d’environ une demi-heure ".

Pourquoi un culte silencieux ? La réponse est dans le chapitre 6 de l’évangile selon Matthieu (versets 5-15) :
Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens qui s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne leur ressemblez pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant que vous le lui demandiez ";

suit le Notre Père, puis

Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste comme les hypocrites qui se rendent le visage tout défait pour montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. Mais quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage afin de ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra ".

Lorsque l’évangéliste parle de la chambre et ajoute " ton Père qui est là dans le lieu secret ", il s’agit de sa chambre intérieure qui est en nous, au fonds de nous.

à quoi bon se réunir ?

Luc 22, 7-20 " Le jour des pains sans levain, où l’on devait immoler la Pâque, arriva, et Jésus envoya Pierre et Jean en disant : Allez nous préparer la Pâque, afin que nous la mangions. Ils lui dirent : Où veux-tu que nous la préparions ? Il leur répondit : Voici, quand vous serez entrés dans la ville, vous rencontrerez un homme portant une cruche d’eau ; suivez-le dans la maison où il entrera, et vous direz au maître de la maison : Le maître te dit : Où est le lieu où je mangerai la Pâque avec mes disciples ? Et il vous montrera une grande chambre haute, meublée : c’est là que vous préparerez la Pâque. Ils partirent et trouvèrent les choses comme il le leur avait dit ; et ils préparèrent la Pâque. L’heure étant venue, il se mit à table, et les apôtres avec lui. Il leur dit : J’ai désiré vivement manger cette Pâque avec vous, avant de souffrir ; car, je vous le dis, je ne la mangerai plus, jusqu’à ce qu’elle soit accomplie dans le royaume de Dieu. Et, ayant pris une coupe et rendu grâce, il dit : Prenez cette coupe, et distribuez-la entre vous (…). ".

Nous nous réunissons car nous formons une communauté et nous nous souvenons des paroles de Matthieu 28,20 " et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde ".

Mais avant de nous rendre au culte avec nos frères, n’oublions pas les paroles du Seigneur !
Matthieu 5, 23-24 – " Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; puis, viens présenter ton offrande ".

Repost 0
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 16:23

Grégoire Bokungu-Ifangwa est né à Mompono * en République démocratique du Congo (ex Zaïre), le 12 septembre 1962. Sa langue maternelle est le lingala. En 1977, il obtient le certificat primaire à l’école Wakembyaka de ce village, et en 1984 (à 22 ans) il est diplômé d’Etat en humanités pédagogiques à l’Institut Ndeke (sis à Mondombe Ngelesa, dans le territoire d’Ikela du district de la Tshuapa). Puis il quitte la province de l’Equateur pour poursuivre des études de Droit à l’université de Kinshasa où il sera diplômé en option droit privé et judiciaire en 1999. Durant dix ans, de 1984 à 1995, parallèlement à ses études de droit, il enseigne le français à l'institut Boende dans les classes de 3e,4e et 5e année.
* Mompono est dans le secteur de Dwale, du territoire de Befale, dans le district de la Tshuapa, province de l’Equateur

Il débute un engagement humanitaire en 1996 en fondant l'association Tosalina qui lutte contre les mines anti-personnelles, les engins non explosés et qui encadrent des personnes handicapées. Il en est toujours le président. Puis, en 1998, il se mobilise en faveur des populations pygmées de son pays en fondant une Union des associations pygmées d'Afrique (UAPA), dont il est le coordinateur. Enfin, en 2005, il fonde le Congrès africain des Pygmées (CONAFPY) dont il est le vice-président. A ce titre, il participe en 2007 à la conférence internationale à Lynchburg, aux Etats-Unis, sur Ota Benga, un célèbre Pygmée qui vécut en cette ville au XVIIIème siècle.

Grégoire Bokungu avec un couple d'amis Pygmées.

Il a participé à un séminaire de formation en Droit de l’homme et en Droit international humanitaire organisé en son pays par le Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme
.

Il est marié et père de 3 enfants

message de Grégoire Bokungu envoyé à Jean-Claude Barbier le jeudi 6 mars 08 (publié dans les libres propos de la Correspondance unitarienne, n° 83, septembre 08) : Lisanga ya Bandimi na Nzambe (Congo RDC) vous encourage pour le travail que vous faites pour l'épanouissement du mouvement unitarien dans le monde. Très fraternellement.

Les associations chrétiennes unitariennes du Burundi, du Congo et de la République démocratique du Congo ont chacune leur site hébergé sur le site de l’AFCU,
http://afcu.over-blog.org

Repost 0
Published by informations de Grégoire Bokungu - dans Lisanga (Congo RDC)
commenter cet article
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 01:13

la traduction a été transférée sur le site portugais en accueil sur celui de l'Eglise unitarienne francophone
http://eglise.unitarienne.francophone.over-blog.fr/article-25585809.html


Cette prière des chrétiens unitariens pour allumer le calice a été traduite en portugais par Jean Monod. Les versions française, anglaise, espagnole et italienne ont déjà été publiées dans la même rubrique "le calice des unitariens". Les versions en français et en anglais ont été diffusées à toutes les congrégations du monde entier par l'International Council of Unitarians and Universalists (ICUU) pour être dites au moins une fois durant le mois de mai 2008.

Repost 0
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 18:48
First Unitarian Congregation of Ottawa, mai 2008, photo Jean-Claude Barbier


le dossier concernant cet Appel francophone d'Ottawa a été transféré sur le site de l'Eglise unitarienne francophone (EUfr) le dimanche 28 mars 2010 (lien)


Repost 0
Published by unitariens francophones d'Europe, du Canada et d'Afrique noire - dans l'Appel francophone d'Ottawa
commenter cet article
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 01:46

Nos amis quaker en visite à Nantes aux anciens entrepôts de construction navale qui abritent des animaux articulés, avec, à gauche, Guy Lévy (photo Pierre Uhlig).


La Première semaine unitarienne de Nantes a permis de réunir une vingtaine de personnes lors de sa journée thématique :

- des membres de communautés de base ;

- des membres de la Fédération des réseaux des Parvis (Francine Trannoy de l’association Solidarité Eglise Liberté 85 basée au Sable d’Olonne, et Louis Piveteau, membre de l’association Evangile et Modernité 49 basée à Angers) ;

- un ami protestant de l’Eglise réformée de France, prêcheur pour la région de Saint-Nazaire (Charles Nicol) ;

- des quakers du groupe des quakers francophones indépendants (Pierre et Margaret Uhlig, Maurice et Marie-Paule Vandeweghe) ;

- et bien sûr des unitariens et sympathisants (Jean-Claude Barbier, Michel et Michèle Jamet, Pierre Jean Ruff, Jean-Marc Van Hille).

Cette journée thématique a été consacrée à nos théologies libérales (exposés de P.-J. Ruff sur la théologie protestante libérale et de L. Piveteau sur celle qui a cours dans les milieux catholiques indépendants) et aux cérémonies hors lieu de culte (explication par J.-C. Barbier de la cérémonie des fleurs selon un rituel unitarien tchèque datant de 1923, laquelle cérémonie prend tout son sens lorsque l’assemblée est hétérogène * ; présentation par P. Radigeois du livre " Sentiers d’humanité " ** et de fiches pour un accompagnement spirituel lors des moments de nos vies ; engagement de Paul Fleuret dans une commission municipale pour aider les familles lors des obsèques ; etc. )

* voir notre rubrique " la cérémonie des fleurs "

* voir dans les Actualités unitariennes du 6 mai 2008  la poésie pour mieux dire notre humanité

Le dimanche matin 4 avril, P.-J. Ruff a présidé le culte de la communauté protestante (ERF) de Nantes et la présidente du conseil presbytéral, Mme Annick Bourgeois a souhaité la bienvenue aux unitariens qui y étaient venus. Deux membres de cette communauté sont abonnés à la revue Evangile et Liberté.

Par ailleurs, notre Semaine a été l’occasion de correspondre avec un membre de la communauté baha’i et avec Jacques Musset, animateur de trois groupes locaux des Amis de Marcel Légaut.

Un projet de coordination régionale (" Croyants en relation, Nantes et régions ") a été proposé à tous nos partenaires, donc à suivre ...

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les semaines unitariennes de Nantes
commenter cet article
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 17:40

 
L'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) est née d’une scission au sein de l’Association unitarienne francophone (AUF)* lors de l’AG de celle-ci, au Lignon (banlieue de Genève), en septembre 1996. L’association a été déclarée à la préfecture des Alpes de Haute Provence, à Digne-les-Bains, le 5 février 1997, après que le titre et les statuts aient été adoptés lors d’une assemblée générale constitutive qui s'est tenue à Digne, au temple de Gaubert, le 31 janvier.

* l'AUF a été fondée avec l'aide de Théodore Monod en juillet 1986 dans le cadre d'une conférence européenne de l'IARF tenue à la Faculté libre de théologie protestante de Montpellier. Elle n'a plus tenu d'AG après 2003 et s'est dissoute en janvier 2006.

ci-contre, projet de buste de Théodore Monod vu sur
le site de l'Unesco

L'AFCU a eu Théodore Monod comme président d'honneur, jusqu’à sa mort en novembre 2000.

Albert Blanchard-Gaillard
(cofondateur de l’AUF en juillet 1986, puis secrétaire général et président de cette association) a été le premier président en exercice de l'AFCU, suivi de Patrice Codur (1998 - octobre 2004), Jean-Marie Godillot (octobre 2004 - septembre 2005), Jean-Pierre Babin (octobre 2005 - mars 2006), Bernard Biro (mars 2006 - décembre 2006), Jean-Claude Barbier (par intérim, octobre 07 – avril 08), Guy Lévy (mai 2008 - avril 2009), Noëlle Colle (avril 2009 - mars 2010).

Le poste de secrétaire général (SG) a été occupé par Patrice Codur (en 1997), Jean-Marc Van Hille ( - février 2004), Jean-Marie Godillot (février - octobre 2004) et Jean-Claude Barbier (octobre 2004 - avril 2009), Jean-Pierre Babin (avril 2009) et Michel Jamet par intérim jusqu'en mars 2010.

Albert Blanchard-Gaillard est président d’honneur depuis la mort de Théodore Monod. Il dirige le Conseil d’administration de l’AFCU.

Le bureau peut solliciter l’avis de conseillers choisis parmi des personnalités en dehors de l’association et qui lui apportent leur soutien moral : Michel Languillat (décédé) cofondateur de l’AUF en 1986, pasteur de l’Eglise réformée de France, Toulon (mars 2006 –mai 2006), Pierre Bailleux (décédé en janvier 2008), pasteur de l’Eglise protestante unie de Belgique, EPUB, Braine l’Alleud, Bruxelles (mars 2006 - février 2008), Pierre-Jean Ruff, pasteur de l’Eglise réformée de France, ERF (depuis mars 2006), et Albert Gandonou, catholique, Béninois, président du Mouvement Chrétiens pour changer le Monde (depuis mars 2006), Cotonou.

Depuis, l’AG d’octobre 2005, le bureau dispose de délégués en charge d’une activité précise. Ceux-ci aident le bureau mais n'en sont toutefois pas membres du bureau.

date des assemblées générales

- 31 janvier 1997, Digne-les-Bains, AG constituante.
- de 1998 à 2003, Marseille
- dimanche 24 octobre 2004, Marseille
- du samedi 15 au dimanche 16 octobre 2005, Agde (dans le cadre de la Journée annuelle du protestantisme libéral organisé par Evangile et Liberté)
- du vendredi 3 au dimanche 5 mars 2006, Paris (Hôtel Ibis, Porte d’Italie)
- samedi 6 octobre 2007, Paris, café Le Royal à Jussieu
- du jeudi 1er au dimanche 4 mai 2008, Thouaré-sur-Loire (banlieue Est de Nantes, au domicile de la famille Barbier) 
- samedi 18 avril 2009, Basse-Goulaine (banlieue Est de Nantes, au domicile de Jean-Pierre Babin, siège de l'association.

- samedi 6 mars 2010, Thouaré-sur-Loire (banlieue Est de Nantes, à la résidence secondaire de Jean-Claude Barbier).

Cette présentation de notre association a été publiée dans le n° 78, avril 2008, de la Correspondance unitarienne  " L'heure du bilan pour les chrétiens unitariens de l'Europe francophone (France, Wallonie, Communauté francophone de Bruxelles, Suisse romande) ". Elle a été actualisée le 25 février 2010.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans AFCU (présentation)
commenter cet article
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 11:03

Les chrétiens unitariens sont des chrétiens qui sont de théologie unitarienne, c’est à dire qu’ils remettent en cause, non seulement la formulation, mais le bien fondé du dogme de la Trinité, à savoir que Jésus serait Dieu incarné. Pour nous, Jésus est un être humain et non un dieu. Il s’agit donc d’une base théologique très précise, héritière de l’anti-trinitarisme du XVIème siècle.

Mais les chrétiens unitariens s’inscrivent-ils dans un christianisme plus large ?

chrétiens libéraux

Ce qualificatif de " libéral " en religion provient du protestantisme. A partir des remonstrants aux Pays-Bas (dès le début du XVII° siècle), puis des non-souscrivants en Irlande, des protestants se sont mis à remettre en cause certains principes du calvinisme comme la prédestination et la rigidité du credo de l'anglicanisme. Ils ont opté pour une liberté de pensée effective et refusé les confessions de foi qui étaient exigées pour les postulants à une charge pastorale.

Au XIXème siècle, des protestants rappellent que les dogmes ou les principes ne sont que des formulations historiques et culturelles et qu’elles peuvent être réécrites sous des formes mieux adaptées. Ils disent aussi que toutes les croyances proposées ne sont pas à mettre sur le même plan. Ils mettent en avant l’idée d’une Réforme toujours en cours, qui ne doit pas s’arrêter à Luther et Calvin, mais doit se continuer : c’est la Réformation. A eux s’opposent les protestants " orthodoxes ", dont certains s’appellent " évangélistes " afin de mieux faire comprendre qu’ils défendent les vérités éternelles de l’Evangile !

Ce modèle protestant du libéralisme théologique peut s’appliquer aux autres communautés religieuses. On connaît les juifs libéraux, lesquels ont leur propre mouvement. Aujourd’hui, on peut parler de catholiques libéraux (même si les médias n'en parlent pas encore !) ; en France, une partie d’entre eux se retrouve au sein de la Fédération des réseaux des Parvis.

Cet adjectif de libéral s’applique surtout à une relativisation des dogmes. Par contre, le catholique pourra être dit " contestataire " s’il dénonce les orientations prises par sa hiérarchie, " réformateur " s’il se prononce pour des changements institutionnels, " progressiste " s’il pense que l’Eglise doit s’impliquer davantage dans les enjeux contemporains et mieux épouser l’évolution des sociétés, etc.

Depuis leurs origines, les unitariens se situent dans cette optique libérale des religions. Dire qu’un unitarien est libéral est une évidence puisque tous, en principe, le sont ! Il en est de même par exemple pour les quakers. Ils font partie des chrétiens libéraux par définition et l’ajout du qualificatif " libéral " serait, pour ces mouvements, purement tautologique. Les baha’is, les soufi et les bouddhistes entrent eux aussi d’emblée dans cette catégorie (sauf exception particulière).

Pour l’anecdote
, il est significatif que quelques unitariens américains se soient déclarés " conservateurs " par rapport à l’Unitarian Universalist Association (UUA) jugée par eux trop progressiste ! Il s’agit d’un mouvement en fait très peu connu et sans doute réduit à quelques personnes seulement :
http://www.geocities.com/conservativeuu. En plus le mouvement ne se veut pas dissident car il reste dans le contexte d’une religion " libérale " et signale que c’est seulement au niveau des valeurs qu’il est " conservateur " (The Conservative Unitarian Universalist, et en sous titre " Liberal religion … conservative values ").

chrétiens libres

Dans des pays à religion officielle, des Eglises minoritaires ont pu malgré tout, et après bien des vicissitudes, se développer. Elles se disent " libres " au sens institutionnel du terme. En Grande-Bretagne, ce sont les " Free Church " dont la plupart ont fait alliance avec les congrégations unitariennes en 1926 pour constituer General Assembly of Unitarian and Free Christian Churches " (un agglomérat que la majorité voudrait unifier et qui regroupe quelques 4 000 fidèles ou plus). En Allemagne les petites " Frei-religiöse ", que l’on retrouve avec les unitariens au sein du " Chapter " allemand de l’International Association for Religious Freedom (IARF).

Mais dire qu’un chrétien individuel est libre, cela va de soi dans un contexte démocratique, y compris si l’exercice de sa liberté est de se réfugier dans une Eglise dogmatique ! Par ailleurs dire que les chrétiens unitariens sont " libres ", cela fait un peu prétentieux car il est alors sous-entendu que les autres ne le seraient pas ! Disons simplement que nous n’avons sur le dos ni dogme, ni hiérarchie ... et que nous en sommes fort aise.

Voir sur ce sujet, le débat mené par l’AFCU au sein de l’assemblée de Provence, sous la direction d’Albert Blanchard-Gaillard.

Chrétiens unitariens, chrétiens libres "Pourquoi sommes nous des chrétiens unitariens et des chrétiens libres ? Les fondateurs de l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) s’expliquent", par Albert Blanchard-Gaillard, Recherches unitariennes, n° 1, février-avril 1997

Le christianisme libre "Le christianisme libre", par Albert Blanchard-Gaillard, Recherches unitariennes, n° 3, fin 1997, début 1998

chrétiens indépendants

Cette notion d’indépendance vaut à la fois pour les Eglises minoritaires dans les pays à Eglise officielle comme ceux que nous venons de citer, et pour des communautés ou des fidèles isolés qui prennent leur distance vis-à-vis leur hiérarchie ecclésiastique. Pour ces derniers, il ne s’agit pas d’une dissidence, ni du projet de faire une " autre " Eglise, mais de vivre leur foi en marge de leur Eglise, en toute liberté, sans soumission, en se référant à leur conscience (rejoignant ainsi une position toute protestante au sens du XVI° siècle).

chrétiens alternatifs

Plus qu’une revendication de liberté et d’indépendance, l’alternatif est une orientation beaucoup plus constructive. Il s’agit en effet de faire Eglise " autrement ". Cette expression est proposée par Pierre Castaner, dont le mouvement " le Courant d’air ", un café rencontre sis sur le Vieux port de Marseille, est membre de la Fédération des réseaux des Parvis.

Ce renouveau du christianisme passera nécessairement par une déconstruction des dogmes et une nouvelle approche du christianisme. Les chrétiens unitariens sont sur ce chantier.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans le vocabulaire religieux
commenter cet article
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 16:28

Notre assemblée est une association loi 1901. Elle peut célèbrer des cultes lors des rencontres qu’elle organisent, ou encore avec d’autres chrétiens et croyants libéraux ou encore à l’occasion d’évènements de la vie de famille comme des baptêmes, des mariages, des obsèques, etc.  Mais elle n’est pas une Eglise à proprement parler avec un culte régulier et des paroisses. Nous ne sommes donc en concurence avec aucune Eglise !

Nous invitons ceux qui sont de conviction unitarienne à se brancher sur une communauté de proximité de leur choix (communauté catholique de base, paroisse protestante animée par un pasteur libéral, loge maçonnique, etc.). Nous ne demandons à personne de rompre avec ses appartenances antérieures et sa communauté religieuse ! Bien au contraire, nous encourageons chacun dans son propre itinéraire spirituel en l’assurant de notre amitié et de nos encouragements.

Théodore Monod disait que chacun est entrain de gravir la même montagne au sommet de laquelle Dieu nous a donné rendez-vous.

Si vous souhaitez des contacts locaux, nous vous communiquerons des adresses de militants ou de sympathisants unitariens qui habitent votre région.

Bulletin d’inscription :

nom, prénoms,
adresse postale,
téléphone fixe / portable / fax,
messagerie électronique (e-mail / courriel),
année de naissance,
activités professionnelles et autres,
appartenance à une Eglise ou à des mouvements,

déclare être en accord avec les articles cités ci-dessus des statuts de l’AFCU,
signature et date :

Cotisation :

Joindre 20 euros à l’ordre de l’AFCU ou en espèces si vous êtes à l'étranger (100 euros ou plus pour être " membres bienfaiteurs ") et adresser ce document signé au trésorier : à Jean-Claude Barbier, résidence " Les Saules ", bât. C1, avenue du Maréchal Juin, 33170 Gradignan, tél. 05 40 32 56 12, correspondance.unitarienne@wanadoo.fr
En cotisant, vous pourrez participer aux AG annuelles de l’AFCU et y voter, soit directement, soit par correspondance.

Par ailleurs, le bulletin mensuel de la Correspondance unitarienne vous sera envoyé gratuitement si vous disposez d’une adresse électronique ou, par voie postale, en échange de 15 euros (en timbres, en billet ou en chèque).

Bienvenu au sein de notre assemblée.

Repost 0
Published by chrétiens unitariens - dans AFCU (présentation)
commenter cet article
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 09:58



Jean-Claude Barbier, secrétaire général de l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens *,
fondateur et animateur du réseau de la Correspondance unitarienne,
  

* N.B. pour ceux qui ne nous connaissent pas encore, je précise que notre association est membre de la Fédération des réseaux des Parvis depuis mai 2006 et qu’elle a été patronnée par Théodore Monod (1902 – 2000) en qualité de président d’honneur.

Bonjour à toutes et à tous.

Je m’adresse à vous à la suite de nos premiers contacts ; parce que les unitariens vont organiser prochainement dans votre ville leur toute première Semaine unitarienne ; parce que je suis né à Nantes et que, ayant hérité d’une maison familiale à Thouaré-sur-Loire, j’ai plaisir à y retourner à l’âge de la retraite ; parce que j’ai eu la joie de passer récemment avec vous une veillée pascale fort émouvante ; parce que je suis avec sympathie les activités de plusieurs d’entre vos mouvements ; et beaucoup d’autres bonnes raisons encore.

Mais je m’adresse surtout à vous parce que nos mouvements respectifs, en dépit de nos efforts, restent trop souvent méconnus de nos compatriotes, insuffisamment mobilisateurs, vieillissant et ne renouvelant pas leurs responsables, n’attirant pas assez les jeunes. Quelle différence par rapport aux mouvances pentecôtiste / néo-évangélique / charismatique qui, elles, surfent sur le succès !

Pourtant, si nous n’avons pas à proclamer de certitudes inébranlables, si nous évitons le fanatisme religieux et les slogans qui recrutent ceux qui ont besoin de se rassurer quelque part, nous savons bien que nos messages sont de qualité, que nous avons à partager notre joie d’être croyants, de nous sentir quelque part avec Dieu, et que nos activités s’adressent sans démagogie aux personnes avec leur raison et leur intelligence et non seulement à leur émotif, que nous oeuvrons pour l’avenir, pour nos enfants et non pas pour un succès de mode qui peut très bien n’être que passager. Alors pourquoi ne réussissons nous pas comme d’autres le font ?

Il y a, me semble-t-il, une question d’organisation (nous sommes une myriade de petits mouvements, somme toute très minoritaires) et une question de communication (peu d’entre nous disposent d’un site Internet et nous n’avons pas accès à la presse locale).

A l’occasion de notre Semaine unitarienne (du 1er au 4 mai prochain), nous allons mettre en marche le projet suivant : commencer à nous connaître mutuellement, avec une première mise en relation, et envisager à moyen terme une coordination régionale de nos mouvements.

1 ° - Commencer à nous connaître, car nos mouvements sont multiples et divers et que, bien souvent, ils mènent un chemin solitaire, même s’ils sont parallèles avec d’autres, chacun étant préoccupé en premier, ce qui est bien normal, par ses propres activités. Ceci dit, la région nantaise semble déjà bien avancée dans la voie d’une coordination puisque, chaque mois, des communautés de base catholique (qui ont pris leur indépendance de fonctionnement par rapport à la hiérarchie de leur Eglise) se réunissent avec des protestants à la Fraternité protestante (Mission populaire évangélique, située dans la partie Est de Nantes).

Notre appel s’adresse à ces communautés de base (CdB) , à Eglise en dialogue 44, au groupe Marcel Légaut animé par Jacques Musset, à la Fraternité protestante, à la communauté Baha’is de Nantes, etc. A notre Semaine unitarienne nous aurons aussi des amis quakers.

Nous invitons également des mouvements localisés dans les départements voisins à une ou deux heures par route.

A nos compatriotes et à nos jeunes, nous avons, à nous tous, de quoi leur proposer une offre religieuse et spirituelle très diverse, respectueuse de la liberté de conscience et des choix individuels, plus fait d’accompagnement spirituel que d’encadrement religieux, non directive et non dogmatique, se situant résolument dans le cadre d’une société laïque et démocratique.

Cette offre est d’autant plus opportune que de plus en plus d’évènements familiaux se font désormais hors lieu de culte : naissances célébrées sans baptême, mariages seulement civils, obsèques au crématorium ou directement au cimetière, etc. Ce sera d’ailleurs là le débat thématique et un premier échange d’expériences, dans le cadre de notre Semaine unitarienne, le jeudi après-midi 1er mai.

 
2 – une question de communication car il nous faut atteindre un degré minimum de visibilité.

Certains d’entre nous (entre autres les chrétiens unitariens et les quakers francophones indépendants) disposent déjà de sites performants, dont les articles sont parfaitement saisis par les moteurs de recherche (Google et compagnie), et qui reçoivent plus de 100 visiteurs par jour !

* pour les chrétiens unitariens voir les sites suivants :
le site de l’AFCU,
http://afcu.over-blog.org
les Actualités unitariennes, http://actua.unitariennes.over-blog.com
notre site documentaire : http://labesacedesunitariens.over-blog.com
* pour les quakers francophones indépendants, http://quakers.blogs.nouvelobs.com

Sans aucun frais et sans publicité imposée (par exemple sur la plate-forme d'Over-blog), il est facile d’ouvrir un site de style " portail " où chacun de nos mouvements aura une entrée, avec un lien à ses propres sites pour ceux qui en ont un déjà et pour les autres une entrée donnant accès à ses propres informations, articles, etc. Mieux, chacun pourra gérer sa partie à sa façon en ayant un accès direct par code. C’est à discuter entre nous et c’est parfaitement réalisable. Pas de problème technique et pas de budget nécessaire ! Il s’agit en effet d’un site sur une plate-forme de blogs, ce qui dispense de passer par les services (compétents mais payants) d’un webmestre. On peut prévoir qu’un tel portail, à vocation régionale, puisse recevoir au moins 100 visiteurs par jour.

Par ailleurs, l’organisation d’activités communes, avec énumération de tous nos mouvements, au moins une fois par an, nous ouvrira plus assurément les portes de la presse régionale. Nous pouvons en effet organiser, par exemple à l’occasion d’un week-end prolongé, un programme comportant diverses activités en utilisant les talents, le savoir faire des uns et des autres et les bonnes adresses dont nous disposons.

Rendons public nos activités ; sortons de notre discrétion ; parfois de nos huit clos ; car beaucoup de gens viendraient à nous s’ils connaissaient notre existence.

La dimension régionale est importante car les gens ne sont pas seulement désireux de participer à des activités ponctuelles qui peuvent les intéresser, mais aussi et SURTOUT de rencontrer des communautés qui leur apportent de la sociabilité, un lieu où ils peuvent s’exprimer dans une ambiance de convivialité, une certaine insertion sociale. Les rencontres nationales, voire internationales, constituent certes des temps forts qui sont autant de ballons d’oxygène pour ceux qui peuvent y participer, mais qui ne peuvent pas apporter ce lien social de proximité dont nous avons également besoin.

Il va de soi qu’une telle coordination régionale n’est pas du tout une fusion, ni une fédération, chaque mouvement conservant sa totale indépendance. Il s’agit tout simplement d’une mise en relation au sein d’un réseau élargi qui puisse aider à valoriser les apports des uns et des autres. Si la Semaine unitarienne se propose d’aider à lancer une telle synergie, il va de soi que les activités envisagées d’une façon commune se feront, quant à elles, dans un cadre collectif et égalitaire.

Plusieurs de nos mouvements (les Cdb, Eglise en dialogue 44 et les chrétiens unitariens) sont membres de la Fédération des réseaux des Parvis. Nous pourrons certainement recevoir de celle-ci encouragement, aides diverses et publicité.

Il va de soi aussi qu’il ne s’agit pas de discuter entre nous de nos différences doctrinales ou de style – nous les connaissons déjà ! – mais d’œuvrer tous ensemble à partir de ce que nous sommes. L’œcuménisme et l’inter religieux concernent les institutions, ce qui est tout autre chose. Nous voulons quant à nous échanger nos expériences et nos idées, agir conjointement, prier ensemble, louer Dieu pour la Vie qu’il nous a donnée, nous inspirer des paroles de ses prophètes, etc.

Ce projet ne sera pas débattu en tant que tel lors de notre Semaine unitarienne, mais nous pourrons amorcer la pompe. Il faudra envisager une réunion avec tous les responsables des mouvements concernés dans les mois à venir afin de mettre sur pied cette coordination et préparer un programme pour 2009.

Je joins à cette lettre le programme de notre Semaine unitarienne puisque celle-ci pourra être, pour ceux qui le peuvent, l’occasion d’une première mise en relation, d’un échange d’avis sur ce projet, bref, un galop d’essai !

En plus, par échange de courriel, je me propose de recueillir les avis individuels et/ou de groupe et d’en faire le bilan pour une seconde lettre qui sera adressée à vous tous. N’hésitez pas à réagir, à vous exprimer, car la circulation des idées fait partie de cette synergie à laquelle vous êtes très chaleureusement conviés.

Avec mes amis unitariens, je vous assure de toute notre fraternité.
Jean-Claude Barbier

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les semaines unitariennes de Nantes
commenter cet article