Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contacts

Jean-Claude Barbier, membre permanent du conseil d'administration de l'AFCU, adresse

Archives

27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 06:46

Timea matefi singing-in-the-rainTimea Mátéfi est née à Szentàbrahàm dans la province Harghita, qui est au cœur de la Transylvanie.

 

Elle suit des études au Protestáns Teológiai Intézet qui est un séminaire commun, à Kolozsvar / Cluj-Napoca, entre unitariens, luthériens et calvinistes de la Roumanie, afin de devenir ministre du culte de l’Eglise unitarienne de Transylvanie, notre Eglise historique. Elle est en 3ème année du cursus.


Elle a 22 ans, a appris des rudiments de français à l’école. Elle va venir en France au mois d’août avec un groupe de jeunes catholiques dont la plupart parlent le hongrois et dont l’objectif est d’aller prier avec la communauté œcuménique de Taizé durant une semaine. Du 11 au 25 août, le groupe passera par Salzburg, Innsbruck, Zurich, Berne, Lausanne, Genève, Lyon, Taizé, Cannes, Milan et Padoue.

 

Photo de Timéa, qu'elle a intitulée "I'am singing in the rain" (je chante, je chante sous la pluie).

 

Un verset de Paul à propos des prophéties qu’elle cite sur sa page Facebook (Première épîtres aux Thassaloniciens, 5, 21) : « « 19 - N’éteignez pas l’Esprit. 20 – Ne méprisez pas les prophéties. 21 – Mais examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon »


Nous lui souhaitons un bon séjour en France.

 

Ajout du 6 août 2011 - Timéa organise un second séjour à Taizé d'une semaine à partir de ce 14 août 2011. La semaine auparavant, elle aura visité Paris, Versailles, Orléans et Château de Sully-sur-Loire (son message du 5 août via Facebook). Nous lui souhaitons un bon séjour en notre pays.

Repost 0
Published by Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens - dans l'Eglise unitarienne de Transylvanie
commenter cet article
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 18:11

Des marches pour la justice en 2012


En ce XXIème siècle, plus d’un milliard d’individus n’ont pas l’eau potable à domicile, un être humain meurt des conséquences de la malnutrition toutes les 4 secondes.


La moitié des habitants de notre monde sont agriculteurs, les 3/4 d’entre eux travaillent encore uniquement à la main. Assurer à ces paysans les conditions requises pour qu’ils puissent vivre de leur travail est l’un des enjeux majeurs d’un développement durable. Un partage équitable des richesses, une agriculture respectueuse de l’environnement, une économie relocalisée, des villes vivables, cela est un défi planétaire pour que la violence ne soit pas la seule alternative de millions de pauvres, affamés, spoliés, déplacés et n’ayant plus rien à perdre.


Or, de plus en plus, la terre, l’eau, les semences, les forêts, les minerais - qui sont des biens communs - sont accaparés par les sociétés privées et les investisseurs avec l’assentiment des États, et souvent de la Banque mondiale.  Les populations en situation d’exclusion, partout dans le monde, ne doivent pas être seulement assistées, mais elles doivent disposer des ressources indispensables à la vie, au travail, à l’initiative.

Une marche non-violente, appelée Jansatyagraha, ou « action non-violente du peuple pour la justice » sera organisée par le mouvement indien Ekta Parishad d’octobre 2011à octobre 2012, et rassemblera 100.000 pauvres, sans terre, tribaux, Intouchables.  Cette marche apparaît à beaucoup comme une opportunité historique, car elle est en rapport avec des problèmes vitaux à l’échelle mondiale : accès aux ressources naturelles, souveraineté alimentaire, sort des plus démunis dans nos sociétés, rôle des femmes, mais aussi démocratie participative, rôle des multinationales, du système économique international, modèle de développement compatible avec la survie de l’humanité.

C’est pourquoi nous invitons les citoyens et  la société civile à soutenir cette marche, à protester contre l’accaparement des ressources naturelles et à entrer dans une résistance non-violente, mais déterminée, notamment en remettant en cause le modèle occidental de consommation et de croissance.


Nous appelons à des actions non-violentes simultanées et concertées (marches, sit-in, chaînes humaines, heures de silence, manifestations sportives, etc.) sur plusieurs continents en 2012 en lien avec la marche indienne, et particulièrement entre le 2 octobre (journée internationale de la non-violence) et le 17 octobre (journée internationale de lutte contre la misère).


Des actions sont en cours de préparation, notamment en France. Pour plus d’information, voir les sites :    

Gandhi International (lien), Ekta Parishad (lien ), Servicio Paz y Justicia (lien ), South Asia Peace Alliance (lien), Frères des Hommes (lien), Université Terre du Ciel (lien).

 

L'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU soutient ces manifestations.


Repost 0
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 20:01

Grâce à l'Ong en faveur des populations Pygmées de la République démocratique du Congo (RDC), ces populations commencent à connaître l'Eglise unitarienne de leur pays "Lisanga ya Bandimi Na Nzambe". Jésus deviendra-t-il pour eux un grand frère ou comme un ancêtre bienveillant qui nous réunit tous ? Voici une réunion d'information organisée par l'Ong fondée et animée par Grégoire Bokoungou où l'existence de cette Eglise a été évoquée

 

Pygmees RDC assistance-au-culte 1

Pygmees RDC assistance-au-culte 2Pygmees_RDC_assistance-au-culte_3.JPG

 

  Pygmees_RDC_assistance-au-culte_4.JPGPygmees_RDC_assistance-au-culte_5.JPG

 

L'Eglise unitarienne a remercié les unitariens français qui leur ont envoyé une aide financière de 560 euros en ces termes : "banto bauma baonsabela leiso wante ba falanse baotokabya la baumba ntsinea isauma toyike,toyakae benseso" - ce qui veut dire en français : "Les unitariens français nous ont beaucoup aidés, nous les remercions pour leurs dons" (courriel adressé à l'AFCU le 7 juin 2010 par Grégoire Bokoungou)

Repost 0
Published by Grégoire Bokungu - dans Lisanga (Congo RDC)
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 17:56

Il faut imaginer nos appartenances, religieuses entre autres, comme des poupées gigogne qui s’emboîtent ou encore comme des cercles concentriques de plus en plus larges.

 

Le premier cercle est celui des militants actifs au niveau institutionnel, clercs ou laïcs, qui animent les associations, mouvements, communautés locales ou Eglises : participation à un bureau ou à une équipe, organisation de rencontres, de conférences débats, d’un forum, tenue d’un blog ou d’un site, etc.

 

Tout autour, dans un second cercle tout ceux qui participent régulièrement aux activités, qui sont intéressés de recevoir des informations, d’être tenus au courant ; ce sont en quelque sorte des pratiquants réguliers.

 

Un troisième cercle est composé de sympathisants qui peuvent avoir d’autres appartenances par ailleurs, pour qui ce n’est pas forcément une appartenance première, centrale, mais qui peuvent participer occasionnellement. Nombre de ces sympathisants partagent les idées, les valeurs, mais n’ont pas le temps de participer plus activement ; ils sont néanmoins heureux de se rattacher même de façon lointaine à une mouvance qui leur semble sympathique, positive. Pour certains c’est même un soulagement de savoir qu’ils ne sont pas les seuls à penser ceci ou cela et cette référence suffit à leur bonheur, à les sortir de leur solitude sinon de leur culpabilité d’hérétique.

fraternite.jpgLa mouvance est d’abord une famille idéologique où les gens partagent des idées et des valeurs. Elle suppose des points communs, des références fondatrices d’un accord. Cela peut être une profession de foi, des textes fondateurs, un manifeste, le positionnement dans une même histoire, le vécu dans une même culture. Elle suppose que des échanges aient lieu, qu’une communication soit possible, qu’un travail en commun puisse se faire, qu’une entente existe.

Elle peut être interne à une Eglise, par exemple une mouvance libérale au sein d’une Eglise conservatrice, où une aile réformatrice sinon contestataire, dissidente. Elle peut aussi être transversale à plusieurs communautés : croyants libéraux de toute Eglise ou communautés, unissez-vous ! Elle a vocation à s’internationaliser.

La mouvance en tout cas ne supporte pas les animosités, les polémiques violentes, les exclusions. Elle peut fédérer des groupes et mouvements divers à condition que ceux-ci soient en osmose – ce qui n’est pas le cas pour toute fédération. En conséquence, la gestion d’une mouvance suppose une attention aux uns et aux autres, la négociation et la réalisation de synthèses, la circulation de textes et d’une littérature sélective, la prudence pour éviter les fractures, mais aussi l’affirmation d’une identité commune, d’un créneau bien précis, de lieux de ralliement, en tout cas d’une visibilité.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans le vocabulaire religieux
commenter cet article
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 03:57

En Nouvelle Angleterre, dans le contexte de déchristianisation du XXème siècle, des Eglises universalistes ont fusionné avec d'autres Eglises protestantes : congrégationnalistes, baptistes du Nord, méthodistes ou, dans un cas, avec une assemblée quaker. Ces Eglises forment alors localement une "paroisse unie" ou une "Eglise locale fédérée" lesquelles adhèrent à plusieurs dénominations.

 

oecumenisme_churches-uniting-in-christ.gif

 

Le phénomène se rencontre au sein de nombreuses dénominations protestantes historiques. Le compte a été fait dans un article de UU world, le magazine de l'Unitarian Universalist Association (UUA) of Congregations, 26 congrégations adhèrent ainsi à plusieurs dénominations. Pour 25 d'entre elles qui sont en Nouvelle-Angleterre ou dans l'Illinois, d'orientation chrétienne, souvent d'anciennes Eglises universalistes, elles ont deux ou plusieurs affiliations (généralement avec l'Eglise unie du Christ -UCC - qui réunit les congrégationnalistes).

 

Les membres des Eglises locales fédérées continuent d'adhérer à leur dénomination d'origine. Sur le site de l'UUA, le compte reste précis ; par exemple pour l' Eglise unie de Winchester (dans le New Hampshire), sur les 119 membres, 6 d'entre eux se déclarent unitariens-universalistes. 

 

Pascal Acker, message au groupe Yahoo des Unitariens francophones le 12 mai 2010

 

ndlr - l'oecuménisme américain est important au sein des Eglises protestantes comme en témoigne le mouvement "Churches Uniting in Christ"

Repost 0
Published by Pascal Acker - dans le vocabulaire religieux
commenter cet article
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 03:14

Je me suis intéressé aux écomusées étasuniens et j'ai découvert, sur le Net, Old Sturbridge, un village en Nouvelle Angleterre. Il rassemble des édifices des années 1790 à 1840, une période qui a vu s'épanouir les dénominations en Nouvelle-Angleterre après la séparation des Eglises et des Etats.

 

Meeting-house-old_sturbridge.jpgL'écomusée dispose d'une "meeting house" (maison de réunion) baptiste du nord et d'une "meeting house" quaker. Je pensais ce terme de "meeting house" réservé aux seuls quakers, mais le site explique que les Néo-Anglais appelaient souvent les lieux de culte de cette façon le terme church" (Eglise) étant utilisé pour désigner la communauté ecclésiale. En français, on écrit "église" avec une minuscule pour le bâtiment et "Eglise" avec une majuscule pour la communauté.

 

reconstitution d'une "metting house" à Old Sturbridge

 

Comme les fidèles d'autres dénominations protestantes de cette époque, des unitariens et des universalistes appelaient leurs lieux de cultes "meeting houses". Cet usage semble exister aussi en Grande-Bretagne.

 

A l'instar des quakers de la "Société religieuse des amis" ou des humanistes religieux des "sociétés éthiques", des unitariens-universalistes appellent simplement leurs congrégations "sociétés". Dans le cadre de l'unitarisme-universalisme, une nouvelle religion libérale qui n'est pas spécifiquement chrétienne, le terme Church est largement conservé, mais il arrive souvent que des fidèles appellent leurs congrégations "sociétés", leurs lieux de réunion "meeting houses" et n'utilisent pas ou plus le terme "Eglise".

 

Pascal Acker, message au groupe Yahoo des Unitariens francophones, le 12 mai 2010

Repost 0
Published by Pascal Acker - dans le vocabulaire religieux
commenter cet article
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 09:27

amalia_ferenc.jpg

J’ai 26 ans et je suis un jeune pasteur unitarien. Je suis de né à Kolozsvár (Cluj Napoca), là où l’Eglise unitarienne a été fondée. J’ai grandi dans cette ville car ma famille est de là. Ma famille est de tradition unitarienne puisque les 7 dernières générations de mon côté de mon père ont travaillé pour cette Eglise. Aucun n’a été ministre ; ils étaient tous des juristes, mais mon grand père et son père ont été élus présidents de l’Eglise unitarienne de Transylvanie. Je ne suis pas le premier garçon dans ma famille proche et je ne suis pas le seul à être unitarien.


J'ai terminé mes études de théologie il y a deux ans, et je vais très bientôt être intégré comme ministre du culte. Pour l’instant je suis ministre adjoint dans une petite ville, Kerestúr, où nous avons une grande communauté qui gère un collège. Je suis à Kestur avec 4 autres ministres.


Ma femme, Amalia, est également unitarienne et ministre. Elle enseigne dans une école primaire et aime beaucoup ce travail avec les enfants. Nous allons d’ailleurs partir ce soir pour un camp de jeunes durant 3 jours.

 

Ferenc Miko participera au prochain colloque international « La liberté de conscience au cœur même des droits de l’homme. Hommage à Michel Servet et à Georges Biandrata », organisé par l’Association Biandrata à Saluzzo (Italie), les 21 et 22 mai 2010.

 

Les chrétiens unitariens du monde entier sont en relation de continuité avec l'Eglise unitarienne de Transylvanie qui, pour eux, est leur Eglise historique. Les chrétiens unitariens francophones ont ouvert une nouvelle rubrique afin de mieux la faire connaître. En plus, nombre de Roumains parlent notre langue, d'autant plus avec aisance que la leur est elle aussi une langue romane.

Repost 0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 10:36

pygmees_artisanat_congo_20.JPG

C'est le titre d'un groupe sur Facebook que Jean-Claude Barbier vient d'ouvrir sur Facebook. Pour ceux qui ont déjà une page dans cet espace, taper tout simplement "pygmées" dans le moteur de recherche (lien pour Facebook).

 

Ce groupe entend faire connaître des filières en faveur de ces populations qui sont basées sur des relations concrètes, interpersonnelles, vécues, et qui peuvent ainsi acheminer plus directement des aides sans passer par les méandres des grosses organisations humanitaires ou internationales (mais celles-ci ont toute leur importance bien entendu). Il s'agit d'ajouter la cavalerie légère à la cavalerie lourde ! C'est donc un complément.

 

C'est aussi la redécouverte de la relation caritative, plus ciblée, plus satisfaisante pour le suivi car elle s'inscrit dans une relation entre personnes qui se connaissent.

 

Grâce à notre partenariat avec l'Eglise unitarienne de la République démocratique du Congo "Lisanga ya bandimi na Nzambe", nous sommes à même de proposer une filière concrète (lien ). N'hésitez pas à l'utiliser et à la faire connaître !

Repost 0
Published by Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens - dans Lisanga (Congo RDC)
commenter cet article
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 12:02

La République démocratique du Congo (RDC), ex Zaïre, dont la capitale est Kinshasa, connaît la guerre civile dans sa partie Est, en contact avec l’Ouganda, le Rwanda et le Burundi, avec ingérence de milices armées. Les populations civiles trinquent et, parmi elles, les Pygmées sont les plus vulnérables : populations déplacées (1), vulnérables aux maladies car fragilisées par la malnutrition (2), femmes violées par les miliciens (3), manque d’argent pour acheter des médicaments et suivre des traitements (4), etc. L’Eglise est fréquemment endeuillées : elle a enterré deux de ses membres en septembre 2009 (message du 29 de ce mois), etc.


(1) Suite aux guerres, le pays est dans une situation dramatique avec des populations déplacées : 321.000 personnes dans la province Orientale, 168.183 en Ituri, 1.131.568 au Nord-Kivu et 603.520 au Sud Kivu (situation octobre 2009). Dans la province de l’Equateur, l’Eglise unitarienne a eu 42 de ses membres qui ont été ainsi chassés de leurs territoires (message du 18 mars 2010).
(2) notamment le paludisme et les maladies pulmonaires, mais aussi maintenant le sida, l’alcoolisme, etc.
(3) dont 8 membres de l’Eglise (message du 18 mars 2010)
(4) message du 18 mars 2010.

 

pygmees_artisanat_congo_11.JPG
Les populations Pygmées nous apportent leur savoir faire en forêt, leur art de la cueillette et de la chasse, la préservation des ressources forestières, leur connaissance des plantes médicinales, leur connivence avec les animaux, leur apiculture avec les abeilles locales, leur vannerie de qualité, leurs sculptures sur bois, leurs talents musicaux et chorégraphiques. Egalement leur intelligence : ils sont déjà un certain nombre dans les instituts de niveau secondaire et universitaire.


Nombre d’entre eux ont opté pour l’Eglise unitarienne car celle-ci respecte leur façon de prier Dieu et leurs coutumes. Ils s’y sentent à l’aise, sans encadrement contraignant, mais au contraire ils y sont encouragés dans leur propre expression. Ils rendent culte à Dieu et aiment la compagnie spirituelle de Jésus. Ils sont tolérants et soucieux de leur liberté et de celle d’autrui. Ils se sont appropriés cette Eglise qui leur convient.


Ces chrétiens unitariens congolais de RDC, organisés en Eglise unitarienne « Lisanga ya bandimi na Nzambe » dans toutes les provinces où il y a des Pygmées, sont partenaires de l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) – le site de cette association (sur lequel vous êtes) héberge d’ailleurs le leur (lien). Leur président, Grégoire Bokungu, est membre du conseil d’administration de l’AFCU et membre du conseil de l’Eglise unitarienne francophone (EUfr). C’est dans le cadre de cette Eglise francophone qu’un programme a été mise sur place afin d’aider les étudiants pygmées (lien )


Sur décision de son bureau, l’AFCU a débloqué 500 euros pour aider les Pygmées de RD Congo, mais cela reste bien insuffisant par rapport aux besoins ! Nous vous demandons de joindre votre contribution à la nôtre. Les chèques français sont à envoyer à Jean-Claude Barbier (1) et les contributions en dollars américains à Christiane Geisler (2). Voir les adresses sur le site de l’EUfr (lien )


(1) membre de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU), fondateur de l’Eglise unitarienne francophone (EUfr).
(2) membre de l’Eglise unitarienne-universaliste de Philadelphie (aux Etats-Unis), membre du conseil de l’EUfr


Un grand merci pour ce que vous pourrez faire pour ces populations industrieuses mais qui ont besoin d’aide pour s’en sortir. Les unitariens français vous proposent une filière assurée, concrète, garantie pour leur venir en aide en ce moment particulièrement difficile de leur histoire. Leur site (ici hébergé) rendra compte de l’utilisation des fonds qu’ils auront reçus.


Repost 0
Published by Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens - dans Lisanga (Congo RDC)
commenter cet article
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 17:41

Ils relèvent des logiques sectaires (lien), mais en plus :


Ce sont des mouvements profondément réactionnaires,
politico-religieux de maintien d’une domination par une minorité ou prise de pouvoir par la force,
capables de financer des mouvements armés ou même d’avoir une organisation paramilitaire,
mobilisés sur des ennemis (réels, fantasmés, imaginaires),
et exprimant une haine des personnes (et pas seulement une lutte contre les idées).
Ils couvre systématiquement les passages à l’acte qui se font dans leurs rangs,
s’aménagent des vitrines légales et menant leurs activités par en dessous ou en toute clandestinité,

d’où une continuité entre une aile dite « modérée » par certains observateurs et une aile « activiste » versant sans état d’âme dans l'intimidation et parfois dans le terrorisme.

 

Exemples : mouvements islamistes djihadistes, sionistes ultra-orthodoxes, intégristes catholiques comme Dies Irae à Bordeaux (1), groupes racistes aux Etats-Unis brandissant la Bible, etc.

(1) groupuscule lié aux catholiques traditionalistes de la paroisse Saint-Eloi à Bordeaux et révélé par l'émission "les infiltrés" de France 2, fin avril 2010. Le fondateur en est Fabrice Sorlin, membre du Front national et que son parti présenta à des élections législatives.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans le vocabulaire religieux
commenter cet article