Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

Jean-Claude Barbier, membre permanent du conseil d'administration de l'AFCU, adresse

Archives

30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 17:56

Il faut imaginer nos appartenances, religieuses entre autres, comme des poupées gigogne qui s’emboîtent ou encore comme des cercles concentriques de plus en plus larges.

 

Le premier cercle est celui des militants actifs au niveau institutionnel, clercs ou laïcs, qui animent les associations, mouvements, communautés locales ou Eglises : participation à un bureau ou à une équipe, organisation de rencontres, de conférences débats, d’un forum, tenue d’un blog ou d’un site, etc.

 

Tout autour, dans un second cercle tout ceux qui participent régulièrement aux activités, qui sont intéressés de recevoir des informations, d’être tenus au courant ; ce sont en quelque sorte des pratiquants réguliers.

 

Un troisième cercle est composé de sympathisants qui peuvent avoir d’autres appartenances par ailleurs, pour qui ce n’est pas forcément une appartenance première, centrale, mais qui peuvent participer occasionnellement. Nombre de ces sympathisants partagent les idées, les valeurs, mais n’ont pas le temps de participer plus activement ; ils sont néanmoins heureux de se rattacher même de façon lointaine à une mouvance qui leur semble sympathique, positive. Pour certains c’est même un soulagement de savoir qu’ils ne sont pas les seuls à penser ceci ou cela et cette référence suffit à leur bonheur, à les sortir de leur solitude sinon de leur culpabilité d’hérétique.

fraternite.jpgLa mouvance est d’abord une famille idéologique où les gens partagent des idées et des valeurs. Elle suppose des points communs, des références fondatrices d’un accord. Cela peut être une profession de foi, des textes fondateurs, un manifeste, le positionnement dans une même histoire, le vécu dans une même culture. Elle suppose que des échanges aient lieu, qu’une communication soit possible, qu’un travail en commun puisse se faire, qu’une entente existe.

Elle peut être interne à une Eglise, par exemple une mouvance libérale au sein d’une Eglise conservatrice, où une aile réformatrice sinon contestataire, dissidente. Elle peut aussi être transversale à plusieurs communautés : croyants libéraux de toute Eglise ou communautés, unissez-vous ! Elle a vocation à s’internationaliser.

La mouvance en tout cas ne supporte pas les animosités, les polémiques violentes, les exclusions. Elle peut fédérer des groupes et mouvements divers à condition que ceux-ci soient en osmose – ce qui n’est pas le cas pour toute fédération. En conséquence, la gestion d’une mouvance suppose une attention aux uns et aux autres, la négociation et la réalisation de synthèses, la circulation de textes et d’une littérature sélective, la prudence pour éviter les fractures, mais aussi l’affirmation d’une identité commune, d’un créneau bien précis, de lieux de ralliement, en tout cas d’une visibilité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans le vocabulaire religieux
commenter cet article

commentaires