Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

Jean-Claude Barbier, membre permanent du conseil d'administration de l'AFCU, adresse

Archives

12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 04:56

Le mouvement « Jésus simplement » s’est distingué de la mouvance des Amis de Marcel Légaut en adoptant une théologie carrément unitarienne (Jésus est simplement un homme comme tout un chacun), sans pour autant se dire unitarien car ne se référant pas, surtout par ignorance catholique, à l’histoire des Réformes protestantes du XVIème siècle.

 

L’envoi fut donné en novembre 1995 par un père capucin défroqué, Georges Savage, et un réseau se constitua à partir de février 1996 (date du premier bulletin). Il fut animé par Agnès Munier jusqu’en décembre 2005. Cette mouvance s’est ouverte à d’autres spiritualités comme la méditation bouddhique.

 

Le mouvement diffuse un bulletin trimestriel « Jésus simplement » * à 90 personnes (là aussi souvent des couples) et son séminaire annuel, en septembre à Mirmande **, réunit de 20 à 30 personnes ; disons une mouvance de plus d'une centaine de personnes. Source : courriel de Bruno Ploix, fin mars 2010.  

* jusqu’à présent 58 numéros (février 1996-févier 2010 inclu) ; voir ci-dessous le logo et la citation en entête des bulletins

** à la Magnanerie, là où se réunissent les Amis de Marcel Légaut

 

Jésus simplement, le bâteau

Abraham partit ne sachant pas où il allait.

Mais parce qu’il ne savait pas où il allait, Il savait qu’il était dans la vérité. Grégoire de Nysse

 

Le mouvement a été productif de nombreux textes que l'on peut consulter sur son site . Les Cahiers Michel Servet (n° 5, mai 2005) ont publié le document d'un des membres de ce réseau : "A la recherche du vrai visage de Ieshoua" par Etienne Godinot (39 p. + couv.).  

 

A noter que ce mouvement ne fait pas partie de la Fédération des réseaux des parvis.


« Il y a des hommes et des femmes qui croient assez en Jésus pour s’inspirer foncièrement de lui dans leur vie, mais sans jamais penser qu’il soit Dieu, Fils Unique, Seconde Personne de la Trinité.

 

Il y a des hommes et des femmes qui, ayant cru longtemps que Jésus était Dieu, soit par discipline, soit par conformisme, soit par conscience profonde et vivante d’un mystère d’Amour, ont cessé de croire en lui de cette façon, par prise de conscience d’un Jésus, prophète exceptionnel de Dieu , et témoin non moins exceptionnel de la grandeur de l’homme, ferment d’humanité par le témoignage de toute sa vie et de sa mort.

 

Ces hommes et ces femmes se trouvent en porte-à-faux constant et en frustration fondamentale dans les expressions de la vie de l’Eglise, même la plus ouverte :
- son type de structure, d’autorité et de partage,
- sa prière liturgique, foncièrement trinitaire,
- sa façon de parler de Jésus ou de s’adresser à lui,
- son interprétation imposée des récits évangéliques,
sans pouvoir faire état de leurs propres manières d’être disciples de Jésus, de s’inspirer de lui dans leur vie, sans pouvoir proposer d’autres types de célébrations qui leur sembleraient plus authentiques ».

 

Georges Sauvage, le 5 novembre 1995, bulletin « Jésus simplement » n° 1, 15 février 1996

à suivre ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans PARVIS (France)
commenter cet article

commentaires