Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

Jean-Claude Barbier, membre permanent du conseil d'administration de l'AFCU, adresse

Archives

31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 14:06
bujumbura_incendie_marche_central.jpgIl est 7 heures ce dimanche matin 27 janvier 2013 . Beaucoup de gens dorment encore et d'autres se préparent à aller à leurs églises respectives. Je reçois un message SMS de la part de Nepo, membre de notre Eglise. Le texte est très court : " Pasteur, le marché central est en feu ! ". Je vérifie aussitôt l’information auprès de gens de ma connaissance qui travaillent à ce marché ou qui y ont des parents. Certains n'étaient pas au courant et d'autres étaient déjà en ville espérant contre tout espoir de sauver quelque chose !      
Je me suis rendu à deux heures au Marché central. Des gens s’évanouissaient. La Croix-Rouge et Médecins sans frontières ont été submergés ; les ambulances et les véhicules de Police prenaient les blessés en direction des divers hôpitaux de la ville. Il y avait des appels par mégaphone et aussi par des stations de radio afin que le personnel médical en repos retourne à son travail. La scène était pathétique et dans ma vie (j’ai 36 ans), je n'ai jamais rien vu de pareil !
 
Il est important de savoir que notre économie est essentiellement informelle. Ce marché est le foyer de plus de 5000 personnes dont les affaires peuvent être petites et moyennes, voire plus grandes. A ce chiffre, il faut ajouter les jeunes qui vendent des choses en mouvement ici et là, des milliers d'intermédiaires entre acheteurs et vendeurs potentiels et vous obtenez facilement près du double du nombre de personnes dont la subsistance dépend directement de ce marché. Une étude commandée par la Banque mondiale l'an dernier a déclaré que les transactions quotidiennes sur le marché central sont de 5000 $, 0000. Il s'agit de la première entreprise dans le pays bien avant la brasserie Brarudi qui dessert aussi le Rwanda et la partie orientale de la République démocratique du Congo. Il est clair qu'il faudra des années avant que les gens se remettre sur pieds.
bujumbura_incendie_marche_central_scene1.jpg
La situation aujourd'hui est que des milliers de familles ont tout perdu, les prix alimentaires ont triplé en particulier pour le riz et les haricots (ce que les gens mangent tous les jours). Certaines Eglises ont annoncé qu'elles reçoivent déjà de nombreuses personnes qui menacent de se suicider. Nous n'avons pas de psychologues qui peuvent aider et les Eglises devront jouer un rôle de réconfort. Déjà dimanche, une femme avec un bébé sur le dos est entrée dans les flammes et un autre homme, d'origine sénégalaise, est entré lui aussi résolument en force dans le feu et a été consumé.
 
Du côté de notre Eglise unitarienne, nous avons 3 membres qui faisaient des affaires au Marché central et qui ont tout perdu ; en plus de nombreuses personnes dépendent indirectement des transactions qui s’y font. Hier, mardi, 5 personnes sont venues à l'église demander de la nourriture et ce nombre va augmenter dans les jours à venir. La paroisse catholique, qui est dans notre quartier, a reçu encore un plus grand nombre. Le curé de cette paroisse, à qui j'ai parlé au téléphone ce matin, a accepté que plusieurs personnes restent dans son église. Depuis hier, 2 membres de notre communauté sont à notre lieu de culte, prêts à parler aux gens qui viennent demander du soutien. Nous avons mis en place un comité pastoral pour organiser des permanences et voir comment héberger ceux qui dormaient sur place au marché et qui se retrouvent sans abri.
 
Message du révérend Fulgence Ndagijimana, le mercredi 30 janvier 2013.
l’International Council of Unitarians and Universalists (ICUU) se propose de centraliser les dons afin d’éviter que ceux-ci ne se trouvent trop amputés par des frais de transfert monétaire. Vous pouvez envoyer un chèque à la trésorière : ICUU Finance Department, attn: Susan Greenber, PO Box 300 Hastings on Hudson, NY 10706 USA, ou bien payer via Paypal à treasurer@icuu.net.
Ajout du 6 mars 2013
A la date du 5 mars, les sommes reçues ont permis à l'Eglise unitarienne du Burundi d'aider trois groupes de femmes soit 21 femmes au total, ainsi que 6 autres personnes individuelles. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fulgence Ndagijimana - dans ACUB (Burundi)
commenter cet article

commentaires