Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

Jean-Claude Barbier, membre permanent du conseil d'administration de l'AFCU, adresse

Archives

13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 10:36

Europe--European_Unitarian_Universalists_logo.gifUn hymne composé par le révérend Mark Belletini * pour l’European Unitarian Universalists (EUU) ( lien), à chanter sur l'air de l’0de à la joie de Beethoven, à la gloire de l’unitarisme européen, publié dans « Curriculum : the garden of Unitarian Universalisme » par Melinda Sayavedra et Marilyn Walker ( lien), reproduit dans le bulletin du mois de janvier 2011 de l’Unitarian Universalist Fellowship of Paris (UUFP), et traduit en français par Jean-Claude Barbier (chrétien unitarien, Bordeaux).


* Mark Belletini est pasteur émérite à la Première Eglise unitarienne-universaliste de Columbus dans l’Etat de l’Ohio, aux Etats-Unis. Il a exercé son ministère durant 30 ans, desservant des congrégations en Californie et dans l’Ohio. Il est diplômé de l’université d’Oakland et de la Faculté de théologie Starr King School for the Ministry (à Berkeley, en Californie). Il a dirigé la commission chargée des hymnes unitariens-universalistes (Hymnbook Resources Commission), laquelle a publié en 1993 « Singing the Living Tradition » (Chantons notre tradition vivante). Lui-même a publié en son nom « Worship in UU Congregations », en décembre 1991, édité par l’Unitarian Universalist Association (UUA), puis « A Sonata for Voice and Silence: Meditations » en mai 2008, aux éditions Skinner House


Des rives lumineuses qui vont de Gibraltar à la Baltique, grises ardoise, / Des pentes vertes de Transylvanie aux grandes places publiques de Londres, / Nos ancêtres libres ont parcourus cette terre, en interrogeant, en parlant, en chantant, en écrivant / En vivant dans leurs vies, ce message : «Dieu est Un, vivez jusqu’au bout en restant debout ».


De la flamme qui prit l'Espagnol (1) à la flamme en nos cœurs, / court un fil d'or du courage liant la science, l’histoire, l’art ; / Et nous, maintenant, avec fierté, nous nous souvenons du livre de Rakow (2) consacré à la paix, / Près de la Vistule qui la première s’ouvrit afin que nos âmes s’affranchissent.

(1) Michel Servet, qui fut mit sur le bûcher à Genève le 27 octobre 1553 et que Calvin appelait « l’Espagnol » non seulement pour rappeler son origine mais aussi pour le démasquer aux yeux des Français.

(2) le Catéchisme de Rakow publié en 1605 par la Petite Eglise polonaise (anti-trinitaire) et qui reflète les enseignements du théologien italien Faust Socin.


Des retentissants échos des sermons de David prêchés devant la cour royale de son pays (3), / en passant par les textes insistants du jeune Spinoza, qui scandalisèrent le port de la Hollande, / court une route, une merveille autoroute, qui draine, pour nous, tous les chemins ; / puissions nous humblement, avec sagesse, joyeusement, reprendre maintenant cette ancienne espérance.
(3) Ferencz David, né à Cluj Napoca vers 1510-1520, mort emprisonné dans la forteresse de Deva en novembre 1579.


Liberté, Raison, Tolérance et oui, l'amour aussi, que la peur ne peut vaincre, / Sont les pancartes de signalisation sur cette route, qui nous guident jusqu’à son terme, / Là où nous trouverons ce que tous les prophètes disaient en poésie ou ont vécu en faits/ Moyens et fins sont également Un, comme les fleurs chantent déjà dans leurs semences.


texte original en anglais :


From the bright strand of Gibraltar to the Baltic, gray as slate. / From green slopes in Transylvania to great London's squares of state,/ Our free forbears, questing, speaking, singing, writing, roamed this land. / Living in their lives the message, "One is God, live out your stand." / From the flame that took the Spaniard to the flame within our hearts / Runs a golden thread of courage binding science, story, art. / And we now with pride remember Rakow's book of studied peace, / Near the Vistula first opened, then within our souls released. / From loud echoes of the sermons David preached before his court, / Through tough text of young Spinoza, scandalizing Holland's port ,/ Runs a road, a marvel highway, leading all the way to us; / May we humbly, wisely, gladly take up now this ancient trust. / Freedom, Reason, Tolerance and yes, the love that fear can't rend ,/ Are the way-signs on that roadway, bearings leading to its end, / Where we'll find what all the prophets spoke in verse or lived in deed/ Means and ends are also ONE, as flowers sing within their seed.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mark Belletini - dans nos chants et prières
commenter cet article

commentaires