Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

Jean-Claude Barbier, membre permanent du conseil d'administration de l'AFCU, adresse

Archives

9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 11:12

Les unitariens sont héritiers, du fait de leur tradition historique, de la déclaration de Torda en 1568, laquelle affirma le droit pour tout ministre du culte de prêcher en toute liberté de conscience, ont toujours été sensibles aux droits de chaque personne humaine.


bon_samaritain.jpgIls apprécient que Jésus, maître spirituel pour tous les chrétiens et tous ceux qui se réfèrent à sa personne et à son enseignement, a su établir des relations concrètes et personnelles avec des personnes qu’il rencontra et qui étaient marginalisées, voire réprouvées par la société juive :
- des possédés par des démons qu’il délivra par exorcisme comme Marie de Magdalena, des aveugles et des sourds, des handicapés et des lépreux,
- des étrangers comme la Samaritaine et la Syro-phénicienne de Tyr, ou encore des soldats romains en exercice dans le pays.
- des femmes, adultères, à l’histoire conjugale mouvementée (la Samaritaine), des pécheresses notoires comme celle qui, à Béthanie, lui versa du parfum sur les pieds, ou encore des femmes impures car victimes d’un écoulement de sang,
- des publicains, douaniers ou percepteurs d’impôts pour le compte de la puissance occupante,
- etc.


Ils conseillent d’être attentifs aux gestes de compassion de Jésus vis-à-vis de ceux qui sont pauvres, qui souffrent dans leur chair, qui sont réprouvés par leur milieu, qui sont considérés comme pêcheurs. Comme Jésus, à nous de comprendre et d’aimer. Avec Jésus, bien d’autres grands sages de l’Humanité ont invité à la même attitude. Souvent, ne l’oublions pas, ces gestes et les actions charitables sont aussi importants que les discours que l’on peut faire pour défendre des causes. Les paroles et les gestes doivent aller de pair.


Ils rappellent que les condamnations morales contenues dans les textes sacrés comme dans la Bible et le Coran, contre les non pratiquants (les impies), les non croyants (les mécréants), les homosexuels (traités de pervers), les étrangers ennemis sur lesquels ont appellent les foudres célestes, sont en total contradiction avec les Droits de l’Homme tels que nous les concevons aujourd’hui. Il convient donc de lire ces passages en les resituant dans leur contexte historique et en aucun cas de leur conférer une valeur intemporelle comme le font les fondamentalistes.


Ils invitent, au-delà des analyses sociétales et politiques tout à faits légitimes par ailleurs, à transcender les idéologies et les conflits par des gestes individuels et personnels d’acceuil, de dialogue, d’amitié et de générosité.


Ce texte a été écrit en juillet 2013 en pensant au développement de l’homophobie en Afrique chrétienne et musulmane, pour un éventuel manifeste. En effet, les petites communautés unitariennes de cette région ne peuvent pas du tout s’y opposer par des prises de position (contrairement à ce que leur conseille maladroitement leurs partenaires américains, unitariens-universalistes), car elles seraient vite balayées par les pouvoirs publics, mais il reste que les chrétiens ont bien d’autres manières de s’exprimer que les discours militants ! A la manière de Jésus, les gestes sont souvent beaucoup plus éloquents.
Or ce langage concret vient d’être remis au premier rang par le pape François. Il est plus que jamais d’actualité et les chrétiens doivent l’oser comme ils l’ont toujours fait depuis le début du christianisme.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier
commenter cet article

commentaires