Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

Jean-Claude Barbier, membre permanent du conseil d'administration de l'AFCU, adresse

Archives

19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 00:00

Il y a dépassement ou élargissement d’un mouvement précédent, reprise de son corpus mais qui est désormais resitué dans une nouvelle perspective, sans toutefois que cela implique sa négation.

L’islam conserve les figures de Moïse et de Jésus, se réapproprie celle d’Abraham, et se centre sur celle de Muhammad ; à l’origine il fut un mouvement post-chrétien.

Le révérend Moon, arguant de l’échec des missions de Jean le Baptiste (qui s’est fait bêtement coupé la tête) et de Jésus le Christ (qui n’a pas su fonder une famille et se concilier les élites de son époque), se présente comme la nouvelle figure messianique (avec sa femme, la nouvelle Eve) chargée de restaurer le lien avec notre Créateur, lequel lien aurait été rompu comme chacun sait lors de la Chute.

Au sein d’une religion, le post-confessionnalisme vise un dépassement des appartenances pour valoriser ce qui est essentiel et commun à tous les croyants concernés (voir " Le christianisme post-confessionnel " http://prolib.net/chroniques/201.050120.xsmeconf.barbier.htm).

Il est distinct de l’œcuménisme qui en reste à une négociation entre les diverses confessions pour arriver à une inter-communion ou encore pour retrouver une unité perdue (version catholique).

Il ne préconise pas la sortie de la religion concernée comme le fait par exemple le post-christianisme.

L’unitarisme post-chrétien (représenté en France par la Fraternelle unitarienne, voir nos Actualités unitariennes du 13 février) dure tant que les problématiques débattues et les cérémonies restent d’inspiration chrétienne (voir " Christianisme d’ouverture et post-christianisme : faut-il inviter les autres à faire partie de nos communautés chrétiennes " dans la Correspondance unitarienne du mois de mars 2007, http://prolib.net/unit/cu065.ouverture.jcb.htm )

Mais on ne peut plus parler de post-christianisme lorsqu’il y a eu carrément largage du corpus originel comme dans le cas de l’unitarisme-universalisme. Il s’agit là d’un nouveau mouvement à part entière, vécu comme une nouvelle religion, tout à fait indépendant au niveau des croyances ou du moins se voulant comme tel, seule une filiation historique le reliant encore à l’unitarisme.

Partager cet article

Repost 0

commentaires