Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

Jean-Claude Barbier, membre permanent du conseil d'administration de l'AFCU, adresse

Archives

5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 04:15

Au XVI° siècle, Les réformés remplacent la messe dont le centre est l'eucharistie par le culte dont le centre est la prédication. Le culte est célébré tous les dimanches par la communauté toute entière qui se rend au temple pour louer Dieu, entendre sa Parole et le prier. Le chant des psaumes par l'assemblée des fidèles tient une place importante.

La Cène (qui remplace l'eucharistie) est célébrée en général 4 fois par an, lors des grandes fêtes chrétiennes et non plus tous les dimanches. Le pain et le vin (la communion sous les deux espèces) sont distribués aux fidèles.

coupe de communion démontable au XVIII° s. (Société historique du protestantisme français SHPF)

texte et illustration dans " Être protestant en France au XVIe siècle ", sur le site du Musée protestant virtuel : http://www.museeprotestant.org/Pages/Notices.php?scatid=&noticeid=413&tourid=1&order=8&Lget=FR

Frédéric Fournier, pasteur protestant de l'Eglise réformée de France à Saumur, explique ce rythme espacé de la Cène  : "Les Réformateurs, plus précisément les calvinistes, ont été très réservés au sujet de l'abondance des rites dans le culte. Ainsi ont disparu de nos cérémonies un certain nombre de gestes et d'objets (signe de croix, cierges, encens, absoute, etc.) et d'habits liturgiques (aube, étole, etc.). Nos pères en la foi ont, à juste titre, pensé que les rites pouvaient être dangereux, parce que pratiqués mécaniquement et reçu de manière magique. Les rites étaient censés faire venir Dieu, comme un maître appelle son chien. Or l'Eternel est souverain. De plus, ces rites visaient à maîtriser et enfermer la divinité. Mais Dieu, dans sa totale liberté, accorde sa grâce par ses moyens et non par les nôtres" (Evangile et Liberté, mars 2007, p. 5).

Nos Eglises historiques de Transylvanie et de Hongrie ont de même adopté une cène espacée, lors des grandes fêtes liturgiques : Noël, Pâques, Pentecôte, Jour d'action de grâce (Thanksgiving). Elles y ajoutent des occasions : confirmation (puisqu'elles pratiquent le baptême d'enfant), synode, anniversaire de l'église, etc.

Nombre de luthériens ont au contraire maintenu la cène hebdomadaire. Pensons aussi aux paroles de Jésus : lorsque vous serez plusieurs réunis en mon nom, je serai au milieu de vous ...

Partager cet article

Repost 0

commentaires