Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

Jean-Claude Barbier, membre permanent du conseil d'administration de l'AFCU, adresse

Archives

21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 18:52

communication de Pierre Ulhig à la Semaine unitarienne de Nantes du 1er-4 mai 2008. P. Ulhig est l'animateur du mouvement Quaker francophones indépendants et en édite le blog (en lien réciproque avec l'AFCU, voir nos liens).

présentation du culte " non programmé "

Dans le culte, hommes et femmes sont égaux puisque tous possèdent individuellement et personnellement la Lumière ; tout le monde sans distinction peut lire un passage de la Bible, faire part d’une expérience ou apporter un témoignage, mais sous une forme spontanée, non préparée d’avance.

Le culte a le silence comme base ; il n’y a ni prêtre, ni pasteur qui officie ; tout est laissé à l’inspiration du moment. Il arrive parfois qu’un culte tout entier se passe en silence, mais ce silence n’est pas vide car chaque fidèle y cherche la présence et la direction divines. En fait, ils mettent en pratique l’affirmation de saint Augustin qui a dit que chaque chrétien est " roi, prophète et prêtre ".

Le culte débute avec la première personne qui pénètre dans la salle, en silence. Si quelqu’un veut faire partager une lecture, commenter ou apporter un témoignage, il se lève et prend la parole. A la fin de son intervention, il s’assied. Chacun est libre de prendre la parole. Le culte se termine lorsqu’une personne (désignée) sert la main de son voisin en signe de la paix du Christ. Tous saluent alors ainsi leurs voisins ; après quoi une personne se lève, dit un mot d'accueil à tous les présents et dirige les annonces de la journée, de la semaine ou du mois. Le culte dure environ une demi-heure.

comment cette forme de culte est-elle apparue ?

Notre mouvement vient de Georges Fox (1624-1691) qui a été outré de voir la non concordance de la vie des pasteurs de son époque avec les principes qu’ils prétendaient suivre. Il s’est rendu compte que la liturgie et les rites sont souvent vides de sens et relèvent d’une vie spirituelle superficielle. Le chrétien n’est pas seulement chrétien le jour du Seigneur ou lors du culte. C’est une unité de vie. On ne reçoit pas Christ lors d’un sacrement, on vit avec Christ l’instant présent, minute après minute, jour après jour, sa vie durant dans son attente.

base scripturale

Pourquoi un culte d’une demi-heure ? Simplement en référence à un texte de l’Apocalypse, 8, 1 " Quand il ouvrit le septième sceau, il y eut dans le ciel un silence d’environ une demi-heure ".

Pourquoi un culte silencieux ? La réponse est dans le chapitre 6 de l’évangile selon Matthieu (versets 5-15) :
Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens qui s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne leur ressemblez pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant que vous le lui demandiez ";

suit le Notre Père, puis

Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste comme les hypocrites qui se rendent le visage tout défait pour montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. Mais quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage afin de ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra ".

Lorsque l’évangéliste parle de la chambre et ajoute " ton Père qui est là dans le lieu secret ", il s’agit de sa chambre intérieure qui est en nous, au fonds de nous.

à quoi bon se réunir ?

Luc 22, 7-20 " Le jour des pains sans levain, où l’on devait immoler la Pâque, arriva, et Jésus envoya Pierre et Jean en disant : Allez nous préparer la Pâque, afin que nous la mangions. Ils lui dirent : Où veux-tu que nous la préparions ? Il leur répondit : Voici, quand vous serez entrés dans la ville, vous rencontrerez un homme portant une cruche d’eau ; suivez-le dans la maison où il entrera, et vous direz au maître de la maison : Le maître te dit : Où est le lieu où je mangerai la Pâque avec mes disciples ? Et il vous montrera une grande chambre haute, meublée : c’est là que vous préparerez la Pâque. Ils partirent et trouvèrent les choses comme il le leur avait dit ; et ils préparèrent la Pâque. L’heure étant venue, il se mit à table, et les apôtres avec lui. Il leur dit : J’ai désiré vivement manger cette Pâque avec vous, avant de souffrir ; car, je vous le dis, je ne la mangerai plus, jusqu’à ce qu’elle soit accomplie dans le royaume de Dieu. Et, ayant pris une coupe et rendu grâce, il dit : Prenez cette coupe, et distribuez-la entre vous (…). ".

Nous nous réunissons car nous formons une communauté et nous nous souvenons des paroles de Matthieu 28,20 " et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde ".

Mais avant de nous rendre au culte avec nos frères, n’oublions pas les paroles du Seigneur !
Matthieu 5, 23-24 – " Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; puis, viens présenter ton offrande ".

Partager cet article

Repost 0

commentaires