Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

Jean-Claude Barbier, membre permanent du conseil d'administration de l'AFCU, adresse

Archives

25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 17:12

Sur le plan économique, il s’oppose au protectionnisme en considérant que la libre circulation des marchandises et des services favorise un développement généralisé des uns et des autres, de part et d’autre des frontières. Il ne faut pas confondre le libéralisme avec le système économique lui même (capitalisme, capitalisme d’Etat, secteur coopératif / associatif, etc.).

Sur le plan politique
, le libéralisme peut admettre une intervention de l’Etat pour aider temporairement au fonctionnement du marché par exemple en cas de dysfonctionnement, mais il est en ce domaine minimaliste contrairement aux partisans de l’Etat providence qui doit s’occuper de tout. Les ultra-libéraux se situent à l’extrême et ne veulent pas de modération à la mondialisation des échanges.

Les libéraux se situent volontiers à Droite, mais ce n’est pas toujours le cas. Au Canada, par exemple, ils entrent dans des alliances politiques avec des partis qu’on peut considérer comme constitutifs d’une Gauche.

Appliqué aux religions
, le terme libéral s’oppose aux orthodoxies, lesquelles sont soucieuses de rappeler les dogmes (chez les catholiques), les professions de foi (chez les protestants). Le mouvement libéral est apparu au XVIIè siècle lorsque des pasteurs anglicans ou congrégationalistes refusèrent de souscrire à une confession de foi, laquelle était exigée lors de leur recrutement, en arguant que la liberté de conscience devait être respectée lors de la lecture en conscience de la Bible, de sa compréhension et des prêches en découlant.

Aux XIXè siècle, les protestants libéraux s’opposèrent aux " orthodoxes " de leur religion en acceptant le pluralisme théologique et en relativisant les expressions de la foi dont la forme est assurément liée à une culture et à une époque – et qui peuvent donc être reformulées à tout instant et sous d’autres cieux. Cette adaptabilité culturelle de la foi définit la contextualisation (chez les protestants) et l’inculturation (chez les catholiques).

Le protestantisme libéral, en se définissant, a servi de modèle à des courants au sein d’autres religions. On peut ainsi parler de juifs libéraux, de catholiques libéraux (par exemple pour les mouvements réunis au sein de la Fédération des réseaux des parvis). Au sein de l’islam moderne, ce sont les musulmans qui prônent la laïcité qui correspondent à cette dynamique.

Lire " le libéralisme évangélique " par Vincens Hubac (pasteur de l'Eglise réformée de France du Foyer de l’âme, à Paris), dans Evangile et Liberté, n° 214, décembre 2007, pp. 2-3

1 – la raison au service de la foi pour en dégager l’essentiel ; comprendre ce que l’on croit

2 –s’appuyer sur la Bible mais après en avoir fait une lecture critique des textes

3 – la valorisation de l’expérience personnelle de la foi

4 – les dogmes et les doctrines passent après la Parole de Dieu et l’expérience

5 – l’Eglise institutionnelle et les sacrements ont un rôle secondaire

6 – Dieu est souvent défini par l’Amour et l’Esprit

7 – l’universalisme : la grâce est accordée aux hommes quels qu’ils soient

8 – l’accent est mis sur l’enseignement de Jésus plus que sur sa personne ; rejet de l’interprétation expiatoire de sa mort

9 – l’optimisme anthropologique et la confiance en la liberté de l’homme.

10 - un christianisme ouvert à tous les autres courants religieux ou philosophiques ; c’est un humanisme. 


 C’est surtout la liberté de penser et de croire, pouvant aller jusqu’à la reconnaissance d’un christianisme athée * , qui caractérise ce courant chrétien. Etat d’esprit moderne, manière d’être s’inscrivant contre toute forme de pensée unique, de manipulation, le libéralisme s’inscrit aujourd’hui dans l’actualité, peut-être aussi dans l’urgence " (p. 3).
* des agnostiques, voire des athées, qui s’intéressent à Jésus (lequel, dans ce cas, n’est pas Dieu incarné).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans le vocabulaire religieux
commenter cet article

commentaires