Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

Jean-Claude Barbier, membre permanent du conseil d'administration de l'AFCU, adresse

Archives

2 décembre 2007 7 02 /12 /décembre /2007 05:34
catholiques-traditionnalistes-du-Chardonnet--Paris.jpgla hiérarchie visible : belle ordonnance lors d'une messe des catholiques traditionalistes de la paroisse du Chardonnet à Paris (tenue par des Lefevristes)


" Au cours de l'histoire de l'Eglise, la conception de la fonction de leader a changé. Ces changements résultent des différentes conceptions de l'Eglise. La conception prédominante ("stricte") voit la prêtrise comme partie d'une pyramide. 


Le sommet de cette pyramide, qui est le plus haut niveau de la hiérarchie, s'élève jusqu'au ciel et participe donc pleinement à la vie divine. La vie surnaturelle descend de ce sommet, par l'intermédiaire de la prêtrise, de la médiation sacramentelle, vers les régions inférieures de l'Eglise et atteint enfin la base de la pyramide, c'est-à-dire les laïcs. 


Les sacrements sont essentiellement des " instruments de la grâce " et ne sont effectifs que s'ils sont utilisés par des ministres ordonnés. Au long des siècles, cette conception de l'Eglise a donné lieu à un système juridique élaboré, transcrit finalement dans un code de loi canonique.


Dans ce modèle, un prêtre est " ordonné " lors de sa désignation. Ce qui signifie qu'il est changé par essence, parce que sa personne tout entière et sa nature sont sanctifiées. Par son ordination, il est admis dans le domaine spécial du saint et du surnaturel, ce qui le transporte au-delà du domaine de la nature et du profane. 


En conséquence, il est aussi le seul à pouvoir accomplir des actions sacramentelles qui soient " valides " (c'est-à-dire reconnues par la loi). Se fait ainsi jour une distinction " de nature " indélébile entre laïcs et ministres ordonnés. Evidemment, dans cette conception, on ne peut concevoir une situation telle que celle d'un prêtre à temps partiel. On est prêtre par essence, c'est-à-dire de la tête aux pieds, depuis le matin jusqu'au soir, " pour l'éternité ".


Dans la vision hiérarchique toujours actuelle de l'Eglise [catholique] et du ministère, le prêtre ordonné joue le rôle d'une " charnière " dans la médiation de la grâce, une fonction imprenable et fermée à la compétition interne : le ministre ordonné définit l'Eglise, qui ne peut pas fonctionner en son absence. 


Dans le modèle " organique ", la situation est différente : c'est la communauté de foi qui décide quelle variété de ministères est nécessaire, ici et maintenant. Tant que la menace de compétition détermine la vision de l'église et du ministère, il n'y a aucune place pour une connexion organique permettant aux différents ministres de coopérer.


Concrètement, tant que le modèle hiérarchique restera prédominant, il n'y aura pas de place pour ceux que nous appelons aujourd'hui des " travailleurs pastoraux ". Du point de vue de l'" église pyramide " ils ne peuvent qu'être considérés avec suspicion, parce que l'on a peur de voir apparaître un " clergé parallèle " s'ajoutant à celui des " prêtres validement ordonnés "


Selon une analyse de dominicains néerlandais, traduite en français par Lucienne Gouguenheim et publiée par " Nous sommes aussi l’Eglise ", voir les messages des 1 et 2 décembre 07 dans nos Actualités unitariennes.

Partager cet article

Repost 0
Published by des dominicains néerlandais - dans le vocabulaire religieux
commenter cet article

commentaires